Le dossier du nouveau domicile des Sénateurs ne préoccupe pas Craig Anderson.

Le RendezVous raté, pas une distraction

Le présent des Sénateurs d’Ottawa vient d’être chamboulé pas à peu près, et leur avenir à long terme est incertain alors que l’idée de déménager l’équipe plus près du centre-ville se trouve remise aux calendes grecques avec le déraillement du projet « RendezVous LeBreton » confirmé mercredi.

Survenant à peine quelques jours après la vente de feu qui a vu les attaquants Mark Stone, Matt Duchene et Ryan Dzingel quitter la capitale pour se retrouver à Las Vegas et Columbus, la nouvelle est venue ajouter encore plus de négativisme dans le giron de l’équipe dirigée par Guy Boucher.

L’entraîneur-chef dont le futur est tout aussi incertain, son contrat venant à échéance à la fin de la présente saison, souhaite que ses joueurs actuels ne regardent pas plus loin que le bout de leur nez en ces moments de grande incertitude.

« Aujourd’hui, nous jouons un match (contre Edmonton) et on ne joue pas les 18 qu’il reste à notre calendrier. Personne parmi nos joueurs ne sera impliqué dans les plaines LeBreton, ça n’a rien à voir avec la tâche à accomplir aujourd’hui... Personne ne sait ce qui va arriver dans trois ou quatre mois, quels joueurs vont signer des contrats, quels jeunes vont se développer plus qu’on pense pendant l’été », a souligné Boucher.

« Il y a des choses qui se produisent que tu n’attends jamais. Alors pourquoi perdre du temps à s’attendre à des choses dont on n’a aucune idée si elles vont arriver ou non », a-t-il ajouté.

Le vétéran gardien Craig Anderson a eu une bonne réponse quand il s’est fait demander si les nouvelles concernant la médiation entre le propriétaire Eugene Melnyk et son ancien partenaire John Ruddy qui n’a pas abouti à une résolution représentaient une quelconque autre distraction pour lui. « Je vais nager en Floride quand cette affaire-là (un nouvel aréna) va se réaliser », a-t-il blagué.

Plus sérieusement, il a ajouté : « Il semble que toutes les mauvaises nouvelles s’accumulent. Comme joueurs, on ne regarde pas trop loin dans les affaires politiques ou d’affaires. On ne peut embarquer là-dedans, on doit laisser ça aux personnes qui ont le pouvoir. Pour cette ville où je suis depuis longtemps, tu espères des bonnes nouvelles... Si LeBreton n’est pas la lumière au bout du tunnel, peut-être qu’il y a un meilleur plan à l’horizon qu’on ne connaît pas encore. Quand une fenêtre se ferme, habituellement, une autre s’ouvre. On va l’espérer. »

Le défenseur Mark Borowiecki, qui avait fait beaucoup jaser en début de saison en participant à un vidéo promotionnel où il a interviewé Melnyk, estime qu’en attendant, son équipe doit tenter de faire la paix d’une façon ou d’une autre avec des partisans qui sont désabusés.

« Je comprends, je viens d’Ottawa, j’aime cette ville de tout mon cœur et j’en suis très fier. Quand tu vois une partie de notre base de partisans qui sont mécontents comme ça, ce n’est pas plaisant. Je pense que la responsabilité nous revient en tant qu’organisation d’essayer de les rejoindre et de faire amende honorable, mériter à nouveau leur confiance et leur respect. Les gens ont le droit d’être fâchés. Mais moi, je vais venir à cet aréna chaque jour et je vais me botter le c... pour faire tout ce que je peux pour cette équipe. Ma femme et moi allons nous impliquer dans cette ville, c’est tout ce qu’on peut faire et on va demander aux amateurs de nous donner une chance à ce niveau », a souligné Borowiecki.

+

Duclair indigné

L’échange qui l’a amené de Columbus samedi dernier a permis à l’attaquant Anthony Duclair de se rapprocher de son patelin de Montréal, ce qui fait qu’il a pris connaissance de la nouvelle concernant un joueur des Marquis de Jonquière dans la Ligue nord-américaine de hockey, Jonathan-Ismaêl Diaby, qui a été la cible de propos racistes lors d’un match à St-Jérôme la fin de semaine dernière.

« J’ai vu ça et c’est désagréable à voir qu’il y a des incidents comme ça en 2019. Je peux dire que je ne suis pas nécessairement surpris, ça arrive à chaque jour. En même temps, il faut qu’il y ait des punitions pour ces personnes-là parce que ce n’est pas acceptable », affirmait l’attaquant des Sénateurs, qui est Noir lui aussi.

Duclair, qui a joué avec Diaby aux niveaux pee-wee et bantam avec les Conquérants des Basses Laurentides, a indiqué qu’il n’a jamais eu d’incidents du genre pendant ses années au hockey junior à Québec et dans la LNH, mais il y a été confronté lorsqu’il était plus jeune.

Batherson rappelé

Meilleur compteur du club-école de Belleville, Drake Batherson a été rappelé pour une troisième fois cette saison jeudi afin de remplacer au pied levé l’attaquant recrue Rudolfs Balcers, qui était grippé selon ce qu’a rapporté l’équipe. Guy Boucher l’a inséré dans un alignement à 12 attaquants, retranchant le défenseur Christian Wolanin.

« Il (Wolanin) est un défenseur de haute qualité au niveau offensif, mais il a encore du chemin à faire défensivement. Pour jouer, il doit être meilleur que quelqu’un d’autre », a indiqué Boucher, qui a expliqué avoir aussi retranché Balcers lors du match de mardi à Washington « parce qu’il avait eu un mauvais match, une pratique ordinaire et son éthique de travail n’était pas où elle doit l’être ».

But rapide

Le but d’Oscar Lindberg mardi contre Washington a établi une nouvelle marque d’équipe pour le filet le plus rapide par un joueur qui effectuait ses débuts dans l’uniforme des Sénateurs. En comptant à 3:16 minutes du début du match, il éclipsait le record détenu par Andreas Dackell (5:20) depuis le 5 octobre 1996 dans un match nul de 3-3 contre Montréal.