Chris Phillips .

Le record d'Alfredsson à la portée de Phillips

Quand il a signé son tout nouveau contrat, hier après-midi, Chris Phillips a songé au record qui est désormais à sa portée.
Daniel Alfredsson demeure, pour l'heure, le joueur qui a enfilé le maillot des Sénateurs le plus souvent. Il l'a fait à 1178 reprises avant de quitter Ottawa pour se joindre aux Red Wings de Détroit l'été dernier.
Phillips a pris part à son 1126e match, hier soir, à Calgary. S'il demeure en santé, ce qui n'a jamais vraiment été un problème dans le passé, il pourra rejoindre et dépasser son grand ami avant la fin de 2014.
«Ce serait un immense honneur», acquiesce Phillips.
«Je suis très fier d'avoir évolué à Ottawa pendant si longtemps. Fracasser un record de longévité, ça me remplirait de fierté.»
Le vétéran - il fêtera ses 36 ans dimanche - n'a jamais voulu quitter la capitale.
Il a commencé à négocier avec le directeur général Bryan Murray vers la fin du mois de novembre. Pour simplifier les choses, il n'a même pas eu recours aux services d'un agent.
Le processus a quand même été laborieux. Mardi, voyant approcher à grands pas la date limite des transactions, le joueur était sincèrement inquiet.
«Je me suis réveillé mercredi matin. J'ai reçu un coup de fil de Bryan à 9h45. Il m'invitait à venir le rejoindre dans son bureau. Il voulait que ça se règle.»
Les deux parties ont mis un peu d'eau dans leur vin.
Baisse de salaire
Phillips voulait obtenir un contrat de plus d'une saison. Murray lui a consenti un pacte de deux ans.
En retour, le vétéran acceptera une légère diminution de salaire. Il gagne 3,25 millions$ US cette saison. Il touchera 2,5 millions$ US lors des deux prochaines campagnes.
«Les négociations ne sont jamais faciles. En bout de ligne, Chris tenait mordicus à rester. Ce fut un facteur déterminant. Quelques équipes m'ont appelé au cours des dernières semaines pour s'enquérir de sa disponibilité. Je leur ai répondu à ce moment-là qu'il n'était pas vraiment disponible parce que nous allions tout faire en notre possible pour le garder avec nous», a indiqué Murray.
Coéquipiers heureux
Phillips porte une lettre sur son chandail depuis bientôt huit ans. Les deux autres membres du trio de leadership étaient heureux de savoir qu'il ne partira pas.
«Je n'ai pas souvent eu la chance de rencontrer des gens comme Chris Phillips», a indiqué Jason Spezza.
«Cette nouvelle me réjouit à plusieurs niveaux. Je suis content pour Chris. Je suis content pour la Ville d'Ottawa. Je suis content pour l'organisation des Sénateurs. Il fait partie des meubles. Nous avons tous beaucoup d'admiration pour lui.»
«Il se vide les tripes chaque soir. Quand il prend la parole dans le vestiaire, tout le monde écoute. Ce sont des qualités qui sont dures à trouver», a lancé, quelques minutes plus tard, Chris Neil.
Phillips n'a pas eu à faire de grands discours après avoir signé son contrat. Il s'est présenté au Scotiabank Saddledome en fin d'avant-midi pour prendre part aux rencontres d'équipe en préparation du match contre les Flames.
Il ne voulait pas nécessairement que ce soit une journée spéciale. La simple idée de ne rien changer à sa routine lui semble réconfortante.
«Notre équipe est sur la pente ascendante. Je veux juste continuer à donner un coup de main parce que je serais heureux de remporter d'autres championnats à Ottawa.»