Bobby Ryan domine la Ligue nationale avec un différentiel de plus neuf, mais il n’a toujours pas marqué cette saison.

Le nouveau Ryan poursuit son chemin

La statistique frappe. Bobby Ryan présente un différentiel de plus neuf après cinq parties. Il s’agit non seulement de la meilleure fiche chez les Sénateurs. Il domine carrément la Ligue nationale de hockey !

« Je vous parie que vous n’auriez jamais pensé voir ça de votre vivant », rigolait l’ailier droit américain, après l’entraînement de lundi.

« J’ai toujours présenté un différentiel positif. Il m’est peut-être arrivé une ou deux fois de terminer la saison dans le négatif. Pas plus ! »

« Mais c’est vrai que je ne me suis jamais approché du sommet de la LNH... »

Ryan, de bonne humeur, a continué de s’amuser avec la chose. « Moi, vous savez, tant qu’on ne commence pas à me parler du trophée Selke... »

La statistique n’a rien pour surprendre Guy Boucher. L’entraîneur-chef des Sénateurs roule les yeux de la même manière chaque fois qu’on s’émerveille du retour en force de l’attaquant qui touche un salaire annuel de 7 millions $US.

« Bobby continue de jouer exactement comme il jouait dans le dernier mois de la saison régulière, le printemps dernier. Vous êtes nombreux à penser qu’il s’est réveillé durant les séries. C’est faux. C’est faux ! Il jouait aussi bien en fin de saison, c’est juste qu’il n’était pas capable de la mettre dedans », s’emporte-t-il.

Ryan cherche lui aussi à relativiser les choses. « La saison a comme qui dirait bien débuté pour nous », dit-il, en se rappelant du match inaugural du 5 octobre dernier. Ce soir-là, Ryan et ses compagnons de trio Derick Brassard et Mark Stone ont tous présenté une fiche de plus 4 dans le revers en fusillade contre les Capitals de Washington.

« Après, les choses ont simplement continué de bien aller pour nous. »

Brassard, généreux

Brassard, Ryan et Stone ont effectivement continué leur bon début de saison durant la conquête des provinces de l’ouest canadien. Les trois joueurs se complètent si bien, en fait, que Boucher ne peut simplement pas trouver une bonne raison de les séparer.

Ryan estime qu’une grande part des succès du trio revient à son joueur de centre.

Brassard, tout comme lui, a connu une saison régulière 2016-17 décevante. 

Tout comme Ryan, le Hullois s’est mis à produire au meilleur moment possible, quand les séries de la coupe Stanley ont pris leur envol.

« En ce moment, je dirais que Derick joue avec toute la confiance dont il a besoin. Sans vouloir chercher d’excuses, il est facile de reconnaître que le changement d’organisation n’a pas été facile pour lui. Il devait se familiariser avec un nouveau système, l’an dernier. Il semblait souvent hésitant. Il avait l’air du gars qui ne voulait pas déplaire à ses coéquipiers. Il finissait souvent par effectuer des passes qui n’étaient pas nécessaires. »

« Il a changé d’attitude. En ce moment, il décoche un tir maintenant et se pose des questions sur la pertinence ou non de lancer plus tard. Et, vous savez quoi ? La rondelle trouve son chemin. Il a retrouvé sa confiance. Il transporte la rondelle et n’a pas peur de prendre ses chances à un contre un. Il est en train de redevenir le Derick que j’ai affronté pendant de nombreuses années », complète Ryan.

Dans cette dernière déclaration. le très honnête athlète a ouvert lui-même une porte sur une autre statistique. Celle-là le fait moins bien paraître. 

C’est vrai que la rondelle « trouve son chemin » lorsque Brassard décoche des lancers. Il a déjà marqué trois buts cette saison.

Ryan n’a toujours pas fait allumer la petite lumière rouge. Son prochain but sera son premier de la saison.

« J’aimerais vraiment briser la glace sous peu. Ce serait bien agréable. J’espérais vraiment reprendre là où j’avais laissé », dit celui qui a marqué six buts dans les séries de 2017.

« Je préfère quand même continuer de jouer avec énergie et m’impliquer dans l’échec-avant. Tant que mon trio conservera son différentiel positif, je serai heureux. »

Brown perd son partenaire

Logan Brown était un peu triste de voir Alex Formenton prendre le chemin de London, dimanche. Formenton, qui est âgé de 18 ans, est allé rejoindre son club junior dans la LHOntario. Cela fait en sorte que Brown est le dernier adolescent à gagner sa croûte chez les Sénateurs. «Nous avons passé beaucoup de temps ensemble dans les dernières semaines. Nous étions les deux seuls joueurs qui vivaient à l’hôtel. Nous avions pris l’habitude de voyager ensemble. Alex est un vrai bon kid. Il connaîtra beaucoup de succès dans la LNH d’ici quelques années», estime-t-il. Brown, qui est âgé de 19 ans, pourrait bien être le prochain à quitter pour la LHOntario. «J’essaie de ne pas trop y penser. Je me contente de faire mont travail ici chaque jour en attendant», dit celui qui a joué un seul match jusqu’à maintenant.

Burrows s’habitue... lentement

Pour une deuxième fois en autant de semaines, Alexandre Burrows croisera ses anciens coéquipiers et amis. Le vétéran de 36 ans a été très touché par l’accueil qui lui a été réservé lors du match disputé à Vancouver, la semaine dernière. Les émotions devraient être moins intenses, ce mardi, dans le deuxième match Sénateurs/Canucks, puisque celui-ci sera présenté à Ottawa. «Dans ma préparation d’avant-match, j’essaie de me concentrer de la même façon chaque soir. J’essaie de rester concentré sur ce que je dois faire. La semaine dernière, ça s’est bien passé», rappelle celui qui a porté l’uniforme bleu et vert pendant 12 saisons. «Nos matches contre les Canucks seront toujours un peu spéciaux, mais je vais essayer de toujours me concentrer sur les deux points.»

Entre les lignes

Les Canucks se sont aussi entraînés au Centre Canadian Tire, lundi. L’ambiance n’est pas joyeuse au sein de l’équipe qui a signé une seule victoire à ses quatre premières parties de la saison. Surtout que ces quatre parties ont été disputées à domicile! «Nous devrons faire mieux, tout le monde sait cela», a déclaré le capitaine Henrik Sedin devant les journalistes... En reconstruction, les Canucks ont annoncé la mise sous contrat d’un de leurs espoirs. Jonah Gadjovich, gros ailier gauche repêché en deuxième ronde, en 2017, a inscrit neuf points à ses huit premiers matches de la saison dans la LHOntario... Trois attaquants des Senators de Belleville – Mike Blunden, Vincent Dunn et Max McCormick – ont écopé de suspensions d’une partie dans
la Ligue américaine.