Soignant une sévère entorse à une cheville, Mark Borowiecki n'a pas participé au voyage en Californie des Sénateurs le mois dernier et donc, n,a pas été exposé à la COVID-19.
Soignant une sévère entorse à une cheville, Mark Borowiecki n'a pas participé au voyage en Californie des Sénateurs le mois dernier et donc, n,a pas été exposé à la COVID-19.

Le mal pour un bien de Borowiecki

Mark Borowiecki n’était pas du voyage fatidique des Sénateurs d’Ottawa en Californie le mois dernier et y pensant avec le recul, il estime que c’était une bonne chose.

Soignant une sévère entorse à une cheville, le vétéran défenseur n’a ainsi pas été exposé au coronavirus (COVID-19) qui a infecté six membres de l’équipe (dont cinq joueurs), sept en comptant l’analyste à la radio Gord Wilson.

«C’est un heureux hasard, un mal pour un bien, a-t-il commenté jeudi lors d’une vidéoconférence avec les médias locaux. Ce n’est jamais plaisant d’être blessé, mais en regardant en arrière, je me compte chanceux. La Californie semblait être un épicentre du virus en Amérique du Nord à ce moment, et comme des coéquipiers ont été malades ensuite, j’étais content d’être à la maison alors que pour moi, la santé de Tara (son épouse) et Miles (son fils de huit semaines) sont la priorité numéro un, ça passe avant tout.»

Ils seraient maintenant tous rétablis, comme l’a souligné l’entraîneur-chef D.J. Smith la veille. «Mais c’était quand même alarmant, alors qu’on en apprend de plus en plus sur ce virus. Je n’aurais jamais pensé avoir à composer avec quelque chose comme ça dans ma vie. Heureusement, les gars dans mon métier sont des jeunes hommes en pleine forme, et ce n’est pas le groupe le plus à risque. Tu t’inquiètes que ça atteigne des membres de ta famille, et on doit être reconnaissant que tout le monde dans l’équipe est rétabli, ou sur le point de l’être... Nous sommes tous dans le même bateau maintenant face à ça, il faut faire des sacrifices qui ne sont pas si difficiles que ça, il faut juste rester chez nous pour protéger les gens plus vulnérables», a-t-il ajouté, relatant qu’un de ses cochambreurs à l’université Clarkson fait sa résidence dans un hôpital à Philadelphie.

L'entraîneur-chef des Sénateurs d'Ottawa, D.J. Smith

Borowiecki estime qu’il est maintenant rétabli de sa blessure subie en février, mais il n’a pas patiné pour mettre sa cheville à l’épreuve, même si ça serait permis par la LNH. «J’évite encore toute situation qui pourrait m’exposer au virus, a-t-il dit. Je m’entraîne tous les jours et je peux courir, sauter, etc. J’imagine que si la saison est relancée, je devrais pouvoir jouer.»

Dans les circonstances, Borowiecki a mentionné qu’il ne pense pas trop à son avenir avec les Sénateurs, lui qui pourrait devenir joueur autonome sans compensation cet été. Il connaissait la meilleure saison offensive de sa carrière, menant les défenseurs du club avec sept buts (il a aussi récolté 11 passes).

«Je vais devoir envoyer une note à ‘Chabby’ (Thomas Chabot), je l’ai battu par un but, a-t-il blagué. Je suis un gars qui se met toujours beaucoup de pression, c’en est même un défaut. Cette année, je savais que je devais parier sur moi-même et répondre à l’appel. Je voulais contribuer alors que c’est une année importante pour moi. J’étais content d’obtenir ces résultats et j’espère continuer. Ce n’était rien de compliqué, j’ai juste eu confiance en mon tir un peu plus.»

L’arrière de 30 ans qui est originaire de Kanata ne s’est pas arrêté à penser qu’il pourrait avoir joué son dernier dans l’uniforme de la seule organisation qu’il a connue. «C’est une question intéressante, mais je n’y ai pas pensé beaucoup vu que je n’y suis pas préparé. Dans les circonstances, les pourparlers (pour un contrat) sont passés au second plan. Y penser génère beaucoup d’émotions alors que j’ai donné tout ce que j’ai et que j’ai saigné souvent pour cette organisation. Ne plus faire partie de cette équipe serait un changement difficile, c’est certain. Mais on ne sait pas ce que l’avenir nous réserve, on va donc attendre de voir», a-t-il indiqué.

Un leader au sein d’une formation en reconstruction, Mark Borowiecki portait fièrement un chandail d’Almonte pour l’entrevue et il invite les gens à encourager les entreprises locales. Il a aussi révélé que les joueurs de l’équipe ont l’intention de faire une contribution collective pour aider la communauté. «On attend des directives afin de faire quelque chose de bien», a-t-il souligné.