Âgé de 29 ans, Andrew Hammond cherche un moyen de relancer sa carrière.

Le Hamburglar soumis au ballottage

La situation devant le filet des Sénateurs d'Ottawa s'est clarifiée jeudi alors qu'ils ont profité d'une journée de congé à leur retour de Winnipeg pour soumettre Andrew Hammond au ballottage.
Le directeur général Pierre Dorion va se croiser les doigts pour qu'un autre club ayant besoin d'un gardien substitut à un prix relativement modique (1,35 million $ US pour un an) lui fera une faveur d'ici midi vendredi, sinon c'est son adjoint Randy Lee, responsable du club-école de Belleville, qui va se retrouver avec un problème sur les bras, avec quatre gardiens pour deux places devant le filet sur le bord de la 401.
Il serait cependant surprenant que ça se produise, surtout que son personnel d'entraîneurs, Guy Boucher et le responsable des gardiens Pierre Groulx en tête, n'ont donné qu'une trentaine de minutes de jeu à celui qui est surnommé le « Hamburglar », lundi dernier sur l'Île-du-Prince-Édouard, où il ne devait pas trop y avoir de dépisteurs pour le voir repousser quatre des cinq tirs dirigés vers lui à la fin d'un revers de 8-1 contre les Devils du New Jersey.
Hammond cherchait à profiter du camp d'entraînement pour montrer qu'il est bien rétabli de l'opération à une hanche qu'il a subie à la fin du mois de février dernier, mettant fin à une campagne cauchemardesque où il a aussi été blessé à l'aine à deux reprises, forçant le club à faire l'acquisition de Mike Condon en l'absence prolongée de Craig Anderson pour être au chevet de son épouse qui composait avec un diagnostic de cancer. « Je veux juste montrer que je suis en santé et jouer du mieux que je le peux, on verra ce qui arrivera ensuite », avait dit Hammond à la première journée du camp d'entraînement, où il s'était présenté en sachant qu'il se retrouvait derrière Anderson et Condon.
Il reste à voir où il se retrouvera dans l'échiquier à Belleville, échiquier qui comprend aussi les Danny Taylor, Marcus Hogberg et Chris Driedger, rétabli d'une blessure à l'aine qui l'a tenu à l'écart du camp à Ottawa. « Les gens peuvent douter de ma sincérité, mais j'étais content pour (Condon) l'an passé. Et là, je suis sensiblement dans la même situation que lui au camp de l'an passé (troisième gardien à Montréal), et il s'en est bien tiré. Les choses peuvent changer vite dans cette ligue », avait commenté Hammond il y a deux semaines.
Hammond, qui a présenté une fiche de 2-3-0 à Binghamton avec une moyenne de 3,24 avant sa dernière blessure, aurait certes besoin de jouer plusieurs parties pour prouver qu'il est capable de retrouver le niveau de jeu qui lui avait permis de mener les Sénateurs en séries éliminatoires au printemps 2015.
Rappelé en raison d'une blessure à Anderson, le cerbère issu des rangs universitaires américains (Bowling Green) s'était retrouvé à être la seule option pour l'équipe quand Robin Lehner a subi une commotion cérébrale en même temps que Clarke MacArthur lors d'un match contre les Hurricanes de la Caroline présenté le 15 février 2015 au Centre Canadian Tire. Il a alors connu une poussée aussi irrésistible qu'inattendue pour permettre aux siens de se qualifier pour les séries éliminatoires.
Les Sénateurs reviennent de Winnipeg «amochés»
Guy Boucher noteque les siens doivent afficher plus de discipline, alors qu'ils ont écopé de 16 minutes de punition contre les Jets.
À moins d'une semaine de l'ouverture de la saison régulière, l'objectif principal des Sénateurs d'Ottawa était de demeurer en santé lors de leurs deux derniers matches hors-concours.
Ce but fixé par l'entraîneur-chef Guy Boucher n'a pas été atteint mercredi soir lors de la défaite de 5-3 aux mains des Jets de Winnipeg alors qu'en mêlée de presse après coup, il a révélé que deux de ses joueurs étaient « amochés », sans les identifier.
Il a d'ores et déjà annoncé que les deux joueurs relégués aux gradins lors de cette rencontre, le défenseur Chris Wideman et l'attaquant Max McCormick, seront de l'alignement samedi lorsque son club disputera son sixième et dernier match du calendrier présaison, contre le Canadien de Montréal au centre Bell.
Boucher a aussi mentionné après ce deuxième revers cette semaine qu'il n'aime pas la tendance observée cette semaine, alors que son club n'a pas donné la même priorité à son jeu défensif que lors de ses trois premiers gains du camp d'entraînement.
« Nous devons reprendre nos bonnes habitudes de gestion de la rondelle, on ne l'a pas fait et ça leur a donné des chances de compter. Nos joueurs savent comment le faire, mais ils doivent s'en rappeler. Ce match ne nous a pas permis de retrouver ces bonnes habitudes, nous avons essayé d'être trop fancy, de faire des jeux qui n'étaient pas là. Est-ce que c'est parce que c'était un match hors-concours et que les gars ne veulent pas se blesser ? Je comprends ça, ce n'est pas ma première année dans la LNH. Tu essaies d'entrer dans le concept d'équipe, tout en t'assurant de ne pas te blesser, donc tu n'es pas pleinement impliqué. Je comprends, mais ça n'empêche pas de bien gérer la rondelle », a-t-il déclaré. 
Boucher notait également que les siens doivent afficher plus de discipline, alors qu'ils ont écopé de 16 minutes de punition contre les Jets, plusieurs pour des coups de bâton. Winnipeg a profité de ses sept supériorités numériques pour compter trois de ses buts aux dépens du gardien Mike Condon, qui a fait face à 33 lancers.
Dzingel se sent bien
Du côté de l'infirmerie, la bonne nouvelle est que l'attaquant Ryan Dzingel a bien réussi sa rentrée, jouant 17:27 minutes alors qu'il avait raté les 10 premiers jours du camp en raison d'une élongation musculaire à l'aine.
« C'était une nouvelle expérience pour moi. Je me suis senti assez bien rapidement, donc je pensais pouvoir revenir plus rapidement, mais (les thérapeutes) ont dit qu'il fallait faire attention avec l'aine », avait-il dit avant le match.
Étant un vétéran à sa deuxième saison, Dzingel ne pense pas que son absence lors des quatre premières parties de la présaison va l'affecter en début de campagne. « Si c'était ma première année, ce serait le cas à 100 %, mais je connais le système de l'entraîneur, je sais ce que j'ai à faire et je suis dans la meilleure condition physique de ma vie. Je suis arrivé au camp bien préparé, et je pense que je suis un joueur en bonne forme. J'ai juste besoin d'obtenir des répétitions », a-t-il ajouté.