Il reste un match à jouer avant la pause. Guy Boucher espère que ses joueurs ne l’oublieront pas avant d’affronter les Coyotes à Ottawa.

Le défi de rester concentré

Guy Boucher espère que ses joueurs ne regarderont pas plus loin que le bout de leur nez mardi soir.

L’entraîneur-chef des Sénateurs d’Ottawa ne voulait vraiment pas parler de la pause de 10 jours sans partie qui attend les siens après leur match contre les Coyotes de l’Arizona au Centre Canadian Tire.

Après cette rencontre, la plupart de ses ouailles vont quitter la frigide capitale pour aller se prélasser sur différentes plages à travers le sud, et le souhait du pilote est évidemment qu’ils ne perdent pas leur concentration alors qu’ils se sont mis à jouer du meilleur hockey depuis qu’ils ont mis un terme à une série de huit revers consécutifs.

Les Sénateurs sont bien loin de la course pour une place en séries, mais ils ont quand même montré des signes encourageants en remportant quatre de leurs six derniers matches, étant dans le coup lors de leurs deux défaites, à San Jose il y a 10 jours (4-1) ainsi qu’à Saint-Louis samedi dernier (3-2).

« Je ne parlerai pas de la pause. Elle va arriver quand elle va arriver. Nous avons eu une pratique (lundi), les gars étaient bien concentrés. Nous avons un match (mardi) et on va garder notre focus seulement là-dessus », a commenté Boucher lors de son point de presse de lundi.

« Les gens vont dire qu’on joue bien dernièrement, mais honnêtement, ça fait longtemps qu’on le fait. Même pendant notre série de huit matches sans victoire, on jouait vraiment bien. Nous n’avons pas eu de diminution dans la façon dont on joue, mais nous avons eu une amélioration avec certains individus qui jouent mieux et prennent de l’expérience. On a des joueurs qui sont revenus (de blessures) ce qui nous donne plus de profondeur et de qualité. Mais au niveau des performances à chaque match, nous avons été pas mal réguliers », a ajouté Boucher.

Celui-ci aimerait voir son club offrir une meilleure opposition aux visiteurs de mardi soir, des Coyotes qui avaient rossé son club 5-1 le 30 octobre dernier à la fin d’un long voyage marqué par une balade dans un Uber de Phoenix désormais célèbre après la mise en ligne par le chauffeur, quelques jours plus tard, d’une vidéo de plusieurs joueurs critiquant l’entraîneur-adjoint Martin Raymond.

« Ça va être important »

Le défenseur Thomas Chabot, qui était dans le Uber en question, ne pense pas qu’il sera trop difficile de penser seulement à la tâche à accomplir contre les Coyotes, même si de son côté, il va prendre ensuite le chemin de la Californie pour représenter l’équipe au Match des étoiles de la LNH à San Jose vendredi et samedi.

« Je pense que ça va être important de se concentrer comme il faut sur le dernier match (avant la pause). On en a parlé au début de la pratique, on a une chance d’avoir une fiche de 3-1 à nos quatre derniers matches. On voulait avoir un push avant le break justement. Avec ce match-là, on pourrait avoir un très bon mois en plus (fiche de 4-4-1 jusqu’à maintenant), donc ça serait important de finir sur une bonne note. Après ça, c’est certain que le repos va être bien mérité pour l’équipe, on travaille fort depuis le début de la saison et tout le monde sait à quel point la saison est exigeante. En même temps, ça va être une bonne expérience pour moi au Match des étoiles », a confié Chabot, qui disait avoir apprécié de passer du temps avec son paternel lors du voyage des pères du week-end, en Caroline et à Saint-Louis.

+

Colin White

WHITE PRÉPARE SON RETOUR

Portant fièrement un chandail numéro 87 des Patriots de la Nouvelle-Angleterre (Rob Gronkowski), le centre Colin White s’est présenté dans le vestiaire après avoir patiné une dizaine de minutes pour donner des nouvelles de sa blessure à l’épaule, subie il y a 10 jours à Los Angeles quand Jake Muzzin l’a plaqué très solidement.

« Ça va bien, je pense être de retour après la pause (1er février à Pittsburgh). J’ai recommencé à lancer et je n’ai pas de douleur, je patine depuis cinq jours. Pas de contact encore, mais après une couple de jours de congé, je vais revenir tôt pour reprendre les traitements. C’est dommage parce que ça allait bien, mais en même temps, avec la pause, je ne vais rater que (cinq) matches et non sept ou huit. C’est une des bonnes mises en échec que j’ai encaissée dans ma vie, c’était très propre comme coup », a-t-il fait savoir.

Natif de Boston, White s’entraîne au même gymnase que plusieurs joueurs des Patriots l’été et partage un spécialiste du conditionnement physique.

« J’ai mis ce chandail qui traînait dans ma garde-robe pour les gars. J’ai gagné quelques paris avec ce résultat. C’était tout un match, les dernières minutes, j’ai eu une poussée d’adrénaline comme je n’en avais pas eu depuis un bout de temps », a-t-il raconté.