Jean-Gabriel Pageau et Thomas Chabot entrevoient avec optimisme le début de saison des Sénateurs qui affronteront les Maple Leafs à Toronto, mercredi soir.

Le club de Chabot et Tkachuk

Les sceptiques sont nombreux à l’aube de la nouvelle saison des Sénateurs d’Ottawa.

S’ils ont un quelconque espoir de les confondre, leurs deux jeunes piliers, le défenseur Thomas Chabot et l’ailier gauche Brady Tkachuk, vont devoir continuer leur progression, qui a déjà été impressionnante.

L’arrière québécois de 22 ans n’a pas été victime de la fameuse guigne de la deuxième année l’an dernier, et il entend bien enchaîner avec une meilleure saison après avoir signé une prolongation de contrat de 64 millions $ pour huit ans pendant le camp d’entraînement.

Et Tkachuk ne veut même pas entendre parler du concept du sophomore jynx, lui qui a affiché ses couleurs en étant le meilleur compteur de son équipe avec six points en quatre parties préparatoires.

« Je pense que je peux élever mon jeu de quelques crans encore. J’ai pris du poids cet été et j’ai acquis de la confiance. C’est certain que ça va m’aider, je suis excité en sachant que j’ai encore plus à offrir. Cette guigne, je ne veux pas y penser. Mon frère (Matthew, à Calgary) n’a pas vécu ça. Quand tu fais les bonnes choses, ça ne s’applique pas à toi. J’espère bien que ce sera mon cas », a confié Tkachuk mardi avant de prendre le chemin de Toronto avec le reste de ses coéquipiers.

L’attaquant de 20 ans a récolté 22 buts et 45 points en 73 matches à sa saison recrue après avoir été le quatrième choix au total du repêchage de 2018. Tkachuk aurait pu ajouter que son père Keith n’a pas vu sa production diminuer à sa deuxième saison, passant de trois buts et huit points en 17 matches à sa saison recrue en 1991-1992 à Winnipeg à une explosion de 28 buts et 51 points en 83 parties l’année suivante, soit l’année de l’expansion qui a vu les Sénateurs revenir dans la LNH.

Lors de cette campagne, Ottawa a terminé au dernier rang de la LNH et raté les séries pour une première de quatre années consécutives. L’édition de cette année aimerait bien éviter d’être écartée de l’après-saison pour une troisième fois consécutive, après avoir terminé aux 30e et 31e rangs lors des deux campagnes précédentes. Ça prendrait évidemment un revirement de situation remarquable sous les ordres du nouvel entraîneur-chef D.J. Smith. Chabot croit cependant que c’est possible.

« Ça va être différent de l’an dernier, c’est certain. Veux, veux pas, on a perdu des morceaux lors de la période d’échange, mais je pense qu’on est satisfaits de ce qu’on a dans la chambre. Oui, on est jeunes, mais on a une équipe avec beaucoup de talent. On est rapides et je pense qu’on va essayer de profiter de ça pour appliquer beaucoup de pression sur l’autre équipe, être toujours dans leur face. Si on fait ça, ça va nous aider à avoir du succès cette année », souligne l’arrière de Sainte-Marie de Beauce, auteur de 55 points (dont 14 buts) en 70 matches en 2018-2019.

« Moi, personnellement, tout ce que je veux, c’est continuer à m’améliorer... Les gens oublient souvent que c’est seulement ma troisième année dans la ligue. Le monde pense que ça fait plus longtemps que ça. Le leadership... j’essaie de continuer à en démontrer de plus en plus. On a des gars qui sont ici depuis longtemps et c’est le fun d’apprendre d’eux, de voir comment ils agissent et réagissent », ajoute Chabot.

Un de ces vétérans est le Gatinois Jean-Gabriel Pageau, qui apprécie l’attitude de ces deux jeunes vedettes. « Voir des jeunes comme ça qui sont talentueux et qui ont du leadership déjà en eux, c’est beau à voir. Ils travaillent à chaque pratique en plus, ça tire le groupe vers le haut », estime-t-il.

Smith ne veut pas trop mettre de pression sur eux, cependant. « Ils vont s’améliorer de façon significative au cours de la saison. Ils vont plus porter attention aux détails alors que présentement, ils se fient sur leur talent et leur désir bruts. C’est la même chose pour les autres jeunes du club », a-t-il noté.