Pierre Dorion (centre) a mentionné l’arrestation de son assistant Randy Lee (droite) comme une «balle courbe» lancée en sa propre direction.

Le cas Randy Lee, une autre «courbe»

DALLAS — Pierre Dorion a parlé jeudi des « balles courbes » qui ont été lancées dans sa direction au cours de la dernière année.

« Quand vous êtes à la tête des opérations hockey, tout tombe sur vos épaules et personne ne vous donne un guide expliquant comment être un d.g. Bien des choses furent des courbes auxquelles on ne s’attendait pas », a-t-il lancé.

Il parlait évidemment du conflit entre les conjointes d’Erik Karlsson et Mike Hoffman qui l’a forcé à échanger ce dernier, mais également de l’arrestation de son assistant Randy Lee il y a trois semaines à Buffalo, lors des séances d’évaluation physique des meilleurs espoirs en vue du repêchage.

Deux semaines après qu’il ait été accusé de harcèlement envers un jeune homme de 19 ans qui l’avait ramené d’un restaurant à son hôtel, les Sénateurs ont annoncé la semaine dernière que Lee était suspendu jusqu’à ce que la question de sa culpabilité soit débattue en cour (ils n’ont pas spécifié si c’était avec ou sans paie).

Dorion a été invité à revenir sur cette décision jeudi et il ne s’est pas défilé.

« Nous pensons avoir pris la bonne décision avec Randy Lee. En 23 ans avec l’organisation, il n’y avait jamais été impliqué dans un incident. Le processus se poursuit. Le 6 juillet, il va pouvoir répondre de ses accusations et à partir de là, nous allons réévaluer la situation. Il sait que ce sera le cas, notre dernière conversation remonte au jour où nous l’avons suspendu. Randy est quelqu’un qui a à cœur le bien de notre organisation », a-t-il affirmé.

Interrogé à savoir ce qui s’était passé pendant les deux semaines où Lee était demeuré en poste, Dorion a dit que c’était pour que l’organisation « effectue sa propre enquête ».

« Encore une fois, il n’a été impliqué dans aucun incident en 23 ans avec notre organisation. Les gens ne devraient pas sauter aux conclusions trop rapidement, il faudrait s’assurer de parler de faits parce qu’il s’agit de procédures légales ici », a-t-il ajouté.

Alors qu’il parlait des problèmes de son adjoint ainsi que de son équipe, il était paradoxal de lui rappeler qu’il y a à peine un an, il était à Las Vegas en tant que finaliste au titre de directeur général de l’année dans la LNH, son club ayant causé des surprises en se qualifiant pour les séries, puis en passant à un but près de se rendre en finale de la coupe Stanley.

« Ça fait partie du travail. Si vous parlez aux 30 autres directeurs généraux, on se fait tous lancer des courbes à l’occasion et c’est à nous de composer le mieux possible avec ça. Nous, à Ottawa, on a un bon groupe et peu importe la situation, on sait qu’on va faire de notre mieux... C’est quand les choses sont au plus mal que tu vois le caractère et l’appui réel des gens qui t’entourent. J’ai de bons amis, de bons enfants, une bonne blonde et il n’y a pas de trouble », a-t-il indiqué.

L’absence de Lee à la table de repêchage sera compensée par quelques autres employés du département hockey, dont l’ancien responsable du vidéo Tim Pattyson, maintenant responsable de l’analyse de données.

Dorion a également laissé entendre que c’est lui qui s’occupe de la recherche d’un nouvel entraîneur pour le club-école de Binghamton, alors que Kurt Kleinendorst a été remercié de ses services à la fin de la dernière saison. Il tiendra des entrevues en fin de semaine et espère nommer ce nouvel entraîneur d’ici au 1er juillet.

Dorion a aussi réitéré son appui à l’entraîneur-chef Guy Boucher, qui sera de retour pour la troisième et dernière saison de son contrat. « J’ai 100 % confiance en Guy Boucher, 100 % confiance qu’il est notre “coach”, le gars qui peut nous ramener en séries. Aucun doute là-dessus.

LES SÉNATEURS EN BREF

Reste du calendrier dévoilé

Alors que la LNH avait annoncé mercredi que les Sénateurs inaugureront leur saison 2018-2019 en recevant les Blackhawks de Chicago le 4 octobre, une première dans leur histoire, le reste du calendrier régulier a été dévoilé jeudi et il a permis de découvrir que Mike Hoffman effectuera son retour à Ottawa dans l’uniforme des Panthers de la Floride le 19 novembre prochain, huit jours après que les Sénateurs lui aient rendu une visite à Fort Lauderdale.

Son autre visite sera le 28 mars. Parmi les autres faits saillants du calendrier, notons les deux visites en une semaine des champions de la Coupe Stanley, les Capitals de Washington, les 22 et 29 décembre, ainsi que cele des finalistes, les Golden Knights de Vegas, le 8 novembre.

Le Canadien sera en ville les samedi 20 octobre et jeudi 6 décembre. La Bataille de l’Ontario va reprendre dès le deuxième match de la saison avec une visite à Toronto le 6 octobre (les Maple Leafs seront de passage les 16 et 30 mars seulement). Ottawa jouera deux parties en deux soirs à 16 occasions (contre 19 l’an dernier).

Les Sénateurs effectueront également un retour au Nassau Veterans Coliseum pour affronter les Islanders le 5 mars, ces derniers partageant leur calendrier entre Brooklyn et Long Island l’an prochain.

Le plus long séjour à domicile du club sera du 10 au 23 octobre, une séquence de cinq parties de suite au Centre Canadian Tire, alors qu’il y aura deux voyages de quatre matches en novembre et février.

La campagne des Sénateurs va prendre fin le 6 avril à Colombus.

Entre les lignes

Le match des étoiles de la LNH aura lieu le 26 janvier au SAP Center de San Jose, la compétition d’habiletés ayant lieu la veille.

La LNH a fait savoir que le plafond salarial pour la saison prochaine a été fixé à 79,5 millions $ (US), alors que le plancher sera de 58,8 M $.