Tout le monde est sur le qui-vive chez les Sénateurs d’Ottawa, en attendant de savoir si le capitaine Erik Karlsson sera échangé. «Ce ne sont pas des moments faciles pour nous», avoue Mark Stone.

Le calme avant la tempête ?

Ça semblait être le calme plat dimanche dans le dossier explosif d’un échange possible d’Erik Karlsson. Le calme avant la tempête ?

Le capitaine et double récipiendaire du trophée Norris pourrait être la pièce maîtresse d’une mégatransaction avant l’heure limite de 15 h en ce lundi 26 février, une perspective qui enflamme les réseaux sociaux depuis déjà quelques jours.

Mais samedi lors du match contre les Flyers de Philadelphie, un revers de 5-3, c’était business as usual, comme disent nos amis anglophones.

Karlsson a joué pendant 24:50 minutes, finissant la rencontre avec un différentiel de moins-1. Si c’était son dernier match dans l’uniforme, il n’y a rien laissé paraître. Avant la partie, il a rencontré un jeune homme atteint du cancer, Nicholas Labonté-Therrien, à qui il a donné son chandail autographié avant qu’il ne regarde la séance d’échauffement à partir du banc de l’équipe locale. Pendant le match, c’est une photo de Karlsson qui accompagnait une publicité invitant les détenteurs d’abonnements saisonniers à renouveler ceux-ci en vue de la saison 2017-2018.

À la fin de la rencontre, il n’a pas cherché à ramasser la rondelle, prenant rapidement le chemin du vestiaire quand la défaite a été confirmée et filant à l’anglaise, les responsables des communications du club indiquant qu’il n’était pas disponible pour une entrevue d’après-match.

Son entraîneur-chef Guy Boucher n’avait pas grand-chose à dire sur le sujet, lui qui affirme que les rumeurs ne sont pas un sujet de discussion quand il s’entretient avec ses joueurs. « Il (Karlsson) se présente à chaque match et il travaille à chaque match. On n’a parlé que de hockey avec lui, a-t-il affirmé. Il faudrait que vous demandiez à lui (s’il est affecté), je n’ai pas de réponse pour ça. »

Quelques-uns de ses coéquipiers ont discuté de la possibilité, cependant, et l’assistant-capitaine Mark Stone était certes celui qui semblait le plus déçu que la situation en soit rendue là, avec une organisation qui soupèse le pour et le contre de se départir d’une supervedette considérée parmi les cinq meilleurs joueurs dans le circuit Bettman à l’heure actuelle.

« Il est le visage de la franchise depuis quatre ou cinq ans, c’est difficile pour nous comme joueurs d’entendre des rumeurs à son sujet. Mais quand tu ne gagnes pas des matches continuellement et que tu n’es pas compétitif chaque année, les noms de tout le monde vont être discutés », a lancé Stone.

« Ce ne sont pas des moments faciles pour nous, on ne se comptera pas de cachettes. Nous sommes sur le qui-vive parce qu’on ne veut pas perdre de coéquipiers et tout le monde dit qu’on va en perdre en effet. C’est la nature de la business, on comprend ça, mais c’est difficile d’écarter ça de nos esprits... C’est très décevant de voir (Derick Brassard) partir, j’avais une bonne chimie avec lui », a aussi dit Stone.

Sujet de rumeurs lui aussi, l’attaquant Mike Hoffman a renchéri : « On sait qu’il pourrait y avoir d’autres changements. Ce ne serait pas facile en tout cas de perdre un gars comme Erik (Karlsson), c’est notre meilleur joueur et notre capitaine. »

Karlsson, qui est le deuxième meilleur compteur des siens cette saison avec ses 42 points (dont 5 buts) en 56 parties, susciterait l’intérêt de formations comme le Lightning de Tampa Bay, les Golden Knights de Vegas, les Sharks de San Jose et les Predators de Nashville, selon les informateurs de TSN, Bob McKenzie et Pierre LeBrun en tête. La transaction pourrait être encore plus compliquée parce qu’en plus d’absorber le salaire de 6,5 millions $ de Karlsson pour le reste de cette saison (il est sous contrat pour la prochaine et pourrait signer une prolongation après le 1er juillet), il est question que les Sénateurs cherchent à inclure l’attaquant Bobby Ryan et son contrat de 7,5 M$ par an dans un tel échange.