Le bulletin d'une saison décevante

C'est le temps des examens dans les universités de la région - et les bulletins de notes vont suivre peu après. Les Sénateurs d'Ottawa, eux, ont déjà raté le test final que représentent les séries éliminatoires. Leurs notes sont donc affectées, sauf dans le cas d'un joueur exceptionnel... Sans plus tarder, les notes du professeur.
Le «bollé» de la classe
<p>Erik Karlsson</p>
Pour avoir amassé 82 points en 82 parties, devenant le premier défenseur depuis Bobby Orr à mener la LNH pour les passes (66) et finissant aussi premier pour le temps de glace (28:58 minutes/match), en plus d'avoir 21 points de plus que le deuxième meilleur compteur de son équipe, Mark Stone, le capitaine Erik Karlsson mérite certes un A+ ainsi qu'un troisième trophée Norris.
Les «A»
<p>Jean-Gabriel Pageau</p>
Malgré une saison collective décevante, il y a quand même quelques Sénateurs qui ont connu des saisons plus que satisfaisantes.
Dans ce lot, il y a certes Mark Stone, auteur de 61 points avant d'être sonné par Dustin Byfuglien, et le gardien numéro un Craig Anderson, qui a été le deuxième cerbère le plus occupé de la LNH en faisant face à 1915 lancers en 60 parties. Sa fiche de 31-23-5 avec une moyenne de 2,78 et un taux d'efficacité de ,916 sont fort respectables, considérant également la qualité des tirs dirigés vers lui, surtout en première moitié de saison.
Zack Smith et Jean-Gabriel Pageau ont largement dépassé les attentes placées en eux, finissant l'année sur le premier trio avec Stone. Qui aurait prédit que Smith, laissé de côté pour un match en début de saison, produirait 25 buts? Et que le centre gatinois en produirait 19, lui, incluant 7 en désavantage numérique, un sommet dans la LNH et plus que 14 équipes du circuit à lui seul?
Les «B»
<p>Cody Ceci</p>
Mike Hoffman a enchaîné sur sa saison recrue de 27 buts en secouant les cordages deux fois de plus cette saison, et il risque de doubler son salaire de 2 millions $ cet été. Il a cependant ralenti en deuxième moitié de saison, comme il l'avait fait l'an passé, ce qui peut s'expliquer en partie par la profonde léthargie, puis l'absence prolongée, de son centre attitré, Kyle Turris. Ça n'a jamais «cliqué» avec Mika Zibanejad.
On va donner un B- à Bobby Ryan, qui est cher payé (7 M $) pour ses 22 buts et 56 points. À sa décharge, il n'a raté qu'une partie cette saison même s'il l'a disputée en bonne partie avec un doigt fracturé où il n'avait aucune sensation.
Le défenseur Cody Ceci (10 buts, 26 points) a connu une solide saison, surtout une fois qu'il a été jumelé avec Dion Phaneuf après son acquisition de Toronto. Ce dernier a fait bonne impression même s'il n'a joué que 20 parties avant d'être blessé.
À cause de cet échange qui pourrait rapporter l'an prochain et parce qu'il s'est départi des contrats de Colin Greening et Jared Cowen, on va aussi donner cette note au d.g. Bryan Murray. C'est probablement une note appropriée pour l'ensemble de son oeuvre en neuf ans au «deuxième étage» à Ottawa.
Les «C»
<p>Marc Méthot</p>
<p>Curtis Lazar</p>
Chris Neil a été égal à lui-même, s'avérant un solide joueur de quatrième trio alors qu'il a été invité à perdre une vingtaine de livres l'été dernier. L'autre dur à cuire du club, le défenseur Mark Borowiecki, a donné tout ce qu'il avait pendant 63 parties, dont 3 où il a été appelé à jouer à l'aile gauche, avant de voir sa saison être interrompue par une blessure au genou.
Marc Méthot a eu une saison correcte, même si son total de 12 points n'est pas très impressionnant quand on sait qu'il joue aux côtés de Karlsson.
Kyle Turris n'a récolté que 30 points en 57 parties, mais il faut lui donner crédit pour avoir joué sur une seule jambe pendant près de deux mois à partir de décembre. Mika Zibanejad a beau avoir obtenu 21 buts et 51 points, il admet lui-même qu'il n'a pas affiché la constance nécessaire pour le remplacer.
Curtis Lazar est bien sympathique, mais il n'a pas progressé au rythme attendu d'un premier choix. Le fait qu'il ait été utilisé à l'aile la plupart du temps, alors qu'il était plus à l'aise au centre d'un quatrième trio en fin de saison, ne l'a pas aidé.
Rappelé à mi-chemin, Ryan Dzingel a joué 30 parties et il a connu des hauts et des bas, montrant quand même un bon coup de patin.
Après avoir patienté longtemps pour être utilisé en début de saison, le défenseur Chris Wideman a connu une saison recrue solide avec ses 6 buts et 14 points, au point où il a été invité au Championnat mondial par l'équipe américaine.
Les «D»
<p>Andrew Hammond</p>
Sauveur de la saison dernière, Andrew Hammond a été incapable de répéter ses exploits (fiche de 7-11-4), sa campagne partant mal avec quelques blessures. Il a cependant terminé en force pour finir avec un taux d'efficacité respectable de ,914.
Alex Chiasson a beau travailler fort soir après soir, il reste qu'il a été limité à 8 buts et 6 passes. Il y a une possibilité que l'équipe ne lui fasse pas d'offre qualificative cet été.
«E» pour Échec
<p>Patrick Wiercioch</p>
Patrick Wiercioch, qui se dit un défenseur à caractère offensif, a été limité à cinq passes en 52 matches. Il serait surprenant qu'il soit de retour l'an prochain.
Comme il a été congédié cette semaine, il faut mettre l'entraîneur-chef Dave Cameron et ses adjoints dans le même lot. Les insuccès des unités spéciales et le manque de structure en défensive les auront poussés vers la porte de sortie.
Les incomplets
<p>Chris Phillips</p>
Scott Gomez, Nick Paul, Matt Puempel, Fredrick Claesson, Michael Kostka, Buddy Robinson et les grands blessés Clarke MacArthur et Chris Phillips n'ont pas joué suffisamment pour être notés. S'il l'avait fait, Gomez aurait eu un «F», il n'a eu aucun impact en fin de saison.