Brady Tkachuk

Le bulletin de mi-saison

ANAHEIM — Les Sénateurs d’Ottawa ont franchi allègrement le cap de la mi-saison en même temps qu’ils ont amorcé la nouvelle année.

S’ils avaient une résolution à prendre quand ils ont amorcé 2019, ce serait probablement de garder le cap sur leur reconstruction amorcée lors de la période des échanges de l’an dernier.

Comme ils ont glissé au dernier rang du classement général de la LNH avec leur séquence de huit défaites consécutives (0-7-1), un bilan des performances individuelles après 43 matches (plutôt que 41) ne peut pas être très positif.

Il y a quand même des lueurs d’espoir au sein de la troupe de Guy Boucher, dont les succès doivent être évalués pour l’instant sur la base de la progression de ses jeunes joueurs.

Les « A »

Mark Stone : ses mauvais matches, comme celui de dimanche contre la Caroline, sont très rares. Meilleur joueur de son club plus souvent qu’autrement et son meilleur compteur (20 buts, 47 points), ainsi que son leader dans le vestiaire.

Thomas Chabot : le défenseur québécois est devenu une super vedette dès sa deuxième saison avec sa récolte de 38 points en 38 matches avant d’être blessé à une épaule.

Craig Anderson : la série de défaites coïncide avec son absence en raison d’une commotion cérébrale. Il était le gardien le plus occupé de la ligue auparavant et présentait une bonne fiche (14-13-4, 3,58 et ,905) même en se faisant poivrer de tirs à chaque match.

Brady Tkachuk : le premier choix au dernier repêchage contribue en attaque (10 buts, 20 points en 32 matches) à 19 ans et apporte un élément de robustesse et d’enthousiasme qui est contagieux.

Colin White : le centre recrue a fait des pas de géants à sa deuxième saison chez les pros, pivotant le premier trio et comptant 5 de ses 10 buts en avantage numérique.

Les « B »

Matt Duchene : deuxième meilleur compteur des siens (42 points, dont 18 buts), il est bien meilleur à domicile (26 points, plus-6) qu’à l’étranger (16, moins-11), où ses carences défensives sont plus difficiles à dissimuler.

Ryan Dzingel : il marque des buts encore cette saison (17), mais demeure un joueur frileux. Risque d’être échangé d’ici à la date limite des échanges.

Ryan Dzingel

Bobby Ryan : il ne produira jamais à la hauteur de son salaire, mais il demeure un joueur solide, plus habile que la moyenne.

Dylan DeMelo : un des joueurs acquis contre Erik Karlsson, il s’est avéré un solide partenaire pour Thomas Chabot.

Maxime Lajoie : la surprise du dernier camp, le défenseur recrue a offert une contribution inattendue en attaque (7 buts, 13 points) et son différentiel de moins-17 est fonction du fait qu’il affronte les meilleurs trios adverses.

Maxime Lajoie

Christian Jaros : un autre défenseur recrue qui apprend son métier sur le tas.

Les « C »

Zack Smith : fouetté par son passage au ballottage à la fin du camp d’entraînement, il a connu un bon début de saison, mais il n’a pas compté à ses 11 derniers matches.

Zack Smith

Mark Borowiecki : il tente de jouer un rôle de leader sur une troisième paire de défenseurs. Sacrifie tellement son corps qu’il commence à être blessé plus souvent qu’à son tour.

Mikkel Boedker : le joueur obtenu des Sharks contre Mike Hoffman est un joueur honnête de troisième trio.

Chris Tierney : l’autre joueur acquis dans l’échange de Karlsson a commencé la saison en force, mais a été relégué au quatrième trio récemment.

Ben Harpur : le robuste défenseur a connu des hauts et des bas, ce qui est normal dans son cas.

Ben Harpur

Les « D »

Cody Ceci : le vétéran défenseur a compté cinq buts, mais il en a vu autant, sinon plus, dévier sur lui dans son propre filet.

Magnus Paajarvi : il a récemment perdu son partenaire régulier du quatrième trio, Tom Pyatt. Avec trois buts et une passe à sa fiche, il risque de changer d’adresse bientôt lui aussi.

Les incomplets

Jean-Gabriel Pageau, Anders Nilsson, Justin Falk, Rudolfs Balcers, Nick Paul, Christian Wolanin et Marcus Högberg n’ont pas assez joué pour être notés.

Rudolfs Balcers

Les dirigeants

Pierre Dorion (C-) : le DG a fait un échange qui se défend au début du camp d’entraînement quand il a expédié Erik Karlsson à San Jose en retour de Dylan DeMelo, Chris Tierney, de l’espoir Josh Norris (récent médaillé d’argent au Championnat mondial junior avec Équipe USA) et de plusieurs choix au repêchage.

Mais il ne semble pas avoir fait beaucoup de progrès dans ses négociations avec les joueurs autonomes potentiels que sont les piliers de l’équipe Mark Stone et Matt Duchene, de même que Ryan Dzingel. Il a beaucoup de pain sur la planche d’ici à la date limite des transactions du 20 février. Et il est loin d’être certain qu’Anders Nilsson soit la solution à son problème de gardien substitut en l’absence de Mike Condon.

Guy Boucher (C) : l’entraîneur-chef fait de son mieux dans des circonstances pas évidentes. Il ne se plaint pas d’être à la barre d’une équipe qui a clairement affiché qu’elle est en reconstruction et il utilise les jeunes du club à profusion. Thomas Chabot, Colin White, Maxime Lajoie et Christian Jaros se développent bien et comme Tom Pyatt est parti la semaine dernière, il ne pourra plus faire damner les amateurs en l’utilisant.

Pour mériter un nouveau contrat à la fin de la saison, s’il survit jusque là évidemment, il faudrait que la brigade défensive montre des signes de progrès, comme le jeu de puissance l’a fait sous sa direction.

Guy Boucher