Erik Brännström

L’apprentissage se poursuit pour les jeunes Sénateurs

Les Sénateurs vont reprendre l’entraînement dans les prochaines heures. Logan Brown, lui, pourrait prendre le chemin de Belleville.

Le rendement de cet ancien choix de première ronde a chuté, au cours des dernières semaines. Même s’il a marqué seulement un but en 23 parties, la direction tenait à ce qu’il prolonge un peu son séjour dans la LNH.

Durant notre rencontre, Pierre Dorion nous a révélé qu’il voulait lui permettre de jouer au moins 20 matches, dans la LNH. «On voulait lui donner une audition d’au moins 20 matches consécutifs, pour ne pas qu’il ressente la peur de se faire renvoyer dans les mineures après chaque partie», dit-il.

On apprend que le même pacte a été conclut avec le défenseur Erik Brännström.

«Quand nous les avons rappelés, tous les deux, il était déjà acquis qu’ils auraient une vingtaine de matches pour faire leurs preuves. Dans le cas de Brännström, nous avons constaté que sa confiance commençait à faire défaut. Nous l’avons renvoyé dans les mineures. Les blessures ont fait en sorte que son séjour à Belleville n’a pas été très long. Depuis le jour où nous l’avons rappelé, il est un joueur très différent.»

Q: Est-ce qu’une audition d’une vingtaine de matches peut aussi servir à ramener sur terre certains jeunes joueurs qui sont très confiants, en leur permettant de découvrir tout ce qui leur reste à développer?

R: Je ne saurais mieux dire! Parfois, les joueurs intelligents sont capables de comprendre bien des choses par eux-mêmes. Il est assez facile de jouer quatre ou cinq matches, après un rappel, sur l’adrénaline. Les 20 ou 25 matches qui suivent peuvent être plus difficiles.

Jean-Gabriel Pageau

Q: Parlons un peu du repêchage de 2020…

R: Je dois me fier à ce que nos dépisteurs me disent, parce que je n’ai pas encore eu l’occasion de faire beaucoup de dépistage du côté amateur. Je prévois me rendre au Championnat mondial junior. Je vais ensuite passer un peu plus de temps sur la route en deuxième moitié de saison. On me dit que les cinq choix que nous détenons dans les deux premières rondes pourront nous aider, énormément, dans le développement à long terme. On dit qu’il y aura beaucoup de très bons joueurs de la LNH dans le groupe des 20 plus beaux espoirs. On me dit qu’on trouvera aussi quelques espoirs intéressants jusqu’à la fin de la troisième ronde. Ça ne peut que nous aider.

Q: À quel point est-ce que ce repêchage monopolise vos ressources?

R: Nous avons embauché un dépisteur à temps complet de plus à la fin de la dernière saison. Je vais me permettre de faire plus de voyages en deuxième moitié parce que je sais que notre équipe est entre bonnes mains avec D.J.

Q: Vous devez garder un œil sur les Sharks de San Jose, puisqu’ils vous céderont leur premier choix…

R: (Rires.) Les Sharks? C’est une des 15 équipes de l’Association Ouest. Rien de plus. On va peut-être leur accorder un peu plus d’attention vers la fin de la saison. D’ici là, il reste tellement de hockey à jouer. Il ne faut pas trop accorder d’importance aux succès ou aux échecs des Sharks de San Jose.

Dylan DeMelo

Q: Aviez-vous ciblé leur premier choix en 2020 en pensant à leur cycle de progression?

R: Quand nous avons conclu cette transaction, nous savions qu’il y aurait plus de profondeur dans le repêchage de 2020 que dans celui de 2019. Mes dépisteurs m’en parlaient depuis longtemps. Dans toutes mes discussions, avant de conclure une transaction, je ciblais toujours les choix de première ronde de 2020, au détriment des choix de première ronde de 2019.

Q: Puisque votre banque d’espoirs est déjà bien garnie, pourriez-vous cibler davantage vos besoins en prévision des prochains repêchages?

R: C’est quelque chose qu’on pourrait faire. En ce qui a trait aux espoirs, en ce moment, nous avons de la quantité. Nous pourrions ajouter de la qualité. Nous pourrions par exemple échanger un choix de deuxième ronde et un choix de première ronde pour nous avancer de quelques échelons, en première ronde. Deux choix de deuxième ronde pourraient être cédés à une autre équipe, en retour d’un choix de première ronde. Tous ces scénarios sont possibles. On verra bien ce qui se présentera, lors du week-end du repêchage.