La série retourne à Ottawa

Un autre très gros match pour Craig Anderson, vendredi soir, au Centre Bell. Les Sénateurs d'Ottawa refusent de mourir.
«Moi, je vois cette formation jouer de cette façon depuis trois mois. Depuis le début des séries, avec les matches qui sont présentés à la télévision nationale, le pays au grand complet peut voir la même chose que moi. Nous n'allons jamais abdiquer», a lancé Dave Cameron après le match remporté 5-1 par son équipe contre le Canadien de Montréal.
Il y aura un match numéro six, dimanche soir, au Centre Canadian Tire.
L'entraîneur-chef d'Ottawa n'est pas surpris du rendement de sa troupe. Il est encore moins surpris des prouesses de son gardien, qui a stoppé 45 autres rondelles dans cette partie.
Il en a stoppé une vingtaine au troisième tiers.
«Je vais me répéter. Anderson a prouvé à maintes reprises qu'il est capable de briller dans les séries. Pourquoi diable quelqu'un serait-il surpris de le voir gagner des matches aujourd'hui?»
Cameron a été un peu surpris, et pas agréablement, de la façon dont la soirée d'Anderson s'est terminée.
Avec un peu plus de deux minutes à faire, après un coup de sifflet, les esprits se sont échauffés devant son filet. Un échange de coups de bâton a pris fin quand Brandon Prust lui a enfoncé sa palette dans l'estomac.
«Un cheap shot de sa part, a tonné l'entraîneur-chef d'Ottawa. Je connais Prust depuis très longtemps et je sais qu'il est un joueur très respecté, mais ce qu'il a fait dans ce match est indéfendable.»
Quand il s'est présenté au podium, quelques minutes plus tard, l'entraîneur de Montréal Michel Therrien a eu l'occasion de défendre son joueur. «Je n'ai aucun commentaire sur ce sujet», a-t-il répondu, la mine basse.
Therrien a reconnu qu'Anderson a eu le dessus sur son gardien Carey Price, dans le cinquième duel de la série.
La star du Canadien a découvert juste avant de sauter sur la patinoire qu'il se retrouvait parmi les trois finalistes pour l'obtention du trophée Vézina, qui est remis annuellement au meilleur gardien de la LNH.
Pour une rare fois, il ne semblait clairement pas à l'aise.
Il a débuté le match en offrant un cadeau à un joueur qui en avait grand besoin. Bobby Ryan a ouvert la marque. Il s'agissait de son premier but depuis le 19 mars.
«Un but qui fait beaucoup de bien au moral», a-t-il insisté.
Patrick Wiercioch, Erik Karlsson et Erik Condra ont marqué les buts qui ont permis aux Sénateurs de se forger une bonne avance. Ryan a complété son doublé en faisant dévier un lancer de la pointe de Mike Hoffman dans la dernière minute de la partie.
«Nous avons assez d'expérience pour comprendre que nous sommes encore dans le fauteuil du conducteur dans cette série», assure Price.
Anderson bien calme
Tom Gilbert a été le seul joueur à déjouer Anderson.
Le gardien des Sénateurs n'avait pas l'air trop fatigué après ce match.
«Nous avons encore une grosse montagne à remonter», a-t-il résumé après la partie.
Le gardien, contrairement à son entraîneur, n'est pas rancunier. Il n'en veut pas à Prust.
«Personne n'a été blessé. Tout est beau. Je suis prêt à continuer», assure-t-il.