Bobby Ryan souriait après avoir marqué un but chanceux contre le Lightning de Tampa Bay. C’était avant qu’il se blesse au doigt. Les Sénateurs seront privés de ses services contre les Panthers de la Floride.

La liste de blessés s’allonge

SUNRISE — Parce que les choses n’allaient pas déjà suffisamment mal...

Les Sénateurs n’ont qu’un match à jouer avant la pause de Noël. Un autre match qu’ils n’ont pas vraiment le droit de perdre, contre une autre formation qui croupit dans les bas-fonds du classement de l’Association Est.

À la veille de ce duel contre les Panthers de la Floride, Pierre Dorion a convoqué les journalistes pour faire trois tristes annonces. En gros, trois joueurs d’expérience ont déclaré forfait.

Bobby Ryan s’est encore blessé à un doigt. Le même fichu doigt qui lui cause constamment des ennuis. «Cette fois, au moins, il n’y a pas de fracture. Il y a quand même beaucoup d’enflure. Il y en a tellement qu’il n’est pas capable de manier son bâton», explique le directeur général.

Il ne s’absentera probablement pas trop longtemps. Il pourrait même revenir immédiatement après la pause. Les Sénateurs rendront visite aux Bruins de Boston, le 27 décembre.

Zack Smith est blessé, lui aussi. Dans son cas, il s’agit de quelque chose d’entièrement nouveau. «Une épaule, annonce l’entraîneur-chef Guy Boucher. Il devrait avoir besoin de quelques semaines, au moins, pour s’en remettre.»

«Il va subir un examen d’imagerie par résonance magnétique. On verra ce que nous diront ses résultats.»

Le troisième vétéran mal en point, c’est Craig Anderson. Dans son cas, on parle d’un simple virus.

On pense qu’il pourrait s’en remettre dans les prochaines heures, mais le degré d’optimisme à cet égard n’est pas trop élevé.

On peut aussi ajouter le nom de Dion Phaneuf à la liste de ceux qui s’absenteront. Le nouveau père demeure, pour l’instant, auprès de sa femme et de son bébé tout neuf.

«Nous avons eu notre large part d’embûches à surmonter dans les dernières semaines», reconnaît Boucher en secouant la tête.

L’entraîneur a beaucoup de sympathie pour Ryan, en particulier.

L’ailier américain connaissait un bon début de saison avant de subir une fracture à un doigt, à la fin du mois d’octobre.

Il a mis beaucoup de temps à retrouver sa vitesse de croisière.

«Dernièrement, ça va bien. Dernièrement, je revois le Bobby Ryan des séries éliminatoires du printemps dernier. Il bouge ses pieds. Il lui arrive de nous surprendre avec sa vitesse. Il est capable de s’imposer dans des situations où la circulation est dense. Il réussit à compléter des jeux là où on a l’impression qu’il n’y a rien à faire. Il fonce au filet, ça lui a permis de marquer quelques buts», commente Boucher.

«Dernièrement, j’utilise Bobby avec Mark Stone. Ils sont tous les deux très responsables. Je n’ai jamais peur de les envoyer sur la patinoire pour affronter les meilleurs éléments adverses.»

Ryan est aussi le meilleur joueur de son équipe dans les tirs de barrage. Il aurait été utile, jeudi, à Tampa...

Ligue américaine

Face aux Panthers, Boucher choisira probablement de répartir les quelques joueurs de talent qui lui reste au sein de ses trois premiers trios.

Sa quatrième unité sera formée de trois attaquants fraîchement rappelés du club école de Belleville.

Chris DiDomenico arrivera en Floride dans les prochaines heures. Il devrait former un trio avec Filip Chlapik et Nick Paul.

«Les gars de la Ligue américaine devront trouver une façon de nous aider», annonce le coach.

Mike Condon est prêt à remplacer Anderson, au besoin. 

Le gardien de buts numéro deux n’a pas gagné depuis le 1er décembre.

«Il faut voir le bon côté des choses»

Matt Duchene fait de gros efforts pour garder une attitude positive.

On voulait lui parler du fait que les Sénateurs n’ont pas vraiment le droit de trébucher, contre les Panthers. Il nous a répondu qu’il faut plutôt voir le bon côté des choses. « Dans nos quatre dernières parties, nous avons conservé une fiche de 2-1-1. Si nous pouvons tout simplement gagner notre prochain match, notre fiche sera de 3-1-1. Ce sera une belle façon de conclure ce segment du calendrier. »

Il ne veut pas sombrer dans la complaisance. Il n’est pas heureux, par exemple, d’avoir perdu le dernier match en tirs de barrage.

« Les tirs de barrage, c’est une loterie. Nous sommes contents d’avoir obtenu un point, mais nous aurions préféré ramasser le deuxième point qui était à l’enjeu, car nous en avons grandement besoin », dit-il.

Duchene a été un des trois joueurs désignés par Guy Boucher pour prendre part au concours d’habiletés. Son lancer a été stoppé par Andrei Vasilevskiy. « C’était un beau lancer. Il a fait un super arrêt », croit Duchene.

« Ces temps-ci, on dirait que je suis toujours à un centimètre de la cible », complète celui qui a inscrit seulement deux buts en 19 rencontres avec sa nouvelle équipe.