Le directeur général des Sénateurs, Pierre Dorion
Le directeur général des Sénateurs, Pierre Dorion

La formule de la loterie du prochain repêchage convient à Dorion

Pierre Dorion connaît désormais la formule de la loterie qui mènera au prochain repêchage de la Ligue nationale de hockey.

Et elle lui convient parfaitement.

Des partisans des Sénateurs d’Ottawa estiment que d’autres équipes ont été injustement favorisées, lorsque les bonzes du circuit ont choisi la formule. Il s’agit des huit formations qui, après avoir participé aux prochaines séries de la coupe Stanley, pourraient quand même obtenir le premier choix.

Dorion refuse de se comparer.

«Je me dis, au fond, que notre situation n’a pas changé. Quand la saison régulière a été interrompue, nous avions environ 25 % des chances de remporter la loterie et d’obtenir le premier choix. C’est pas mal la même chose, aujourd’hui.»

«La Ligue a décidé. Nous, on est satisfait.»

À LIRE AUSSI: Entrevues de fin de saison: «Tout va se passer virtuellement», dit Dorion

S’ils sont très chanceux, au terme du tirage, les Sénateurs détiendront les deux premiers choix.

Dans le scénario où ils sont les plus malchanceux, ils glisseront au cinquième et au sixième rangs.

«D’une façon ou d’une autre, nous allons obtenir deux solides joueurs. Il y a une différence de talent entre les deux meilleurs espoirs et les autres. Dans les deux cas, nous allons quand même améliorer notre organisation.»

Le directeur général a fait ces déclarations durant une conférence Zoom durant laquelle il a répondu aux questions des journalistes, jeudi après-midi.

Cet événement ressemblait, en quelque sorte, la traditionnelle conférence de presse dans laquelle il dresse son bilan de saison.

Le contexte ne se prêtait pas aux grandes confidences.


« La Ligue a décidé. Nous, on est satisfait. »
Pierre Dorion

On a tout de suite constaté que Dorion n’a pas visité sa coiffeuse depuis plusieurs semaines.

«La dernière fois que j’ai eu une coupe de cheveux qui ressemblait à ça, j’étais à l’école secondaire», a-t-il expliqué à un collègue de TSN 1200.

«Il n’est pas question que je laisse ma copine s’approcher de ma tête avec des ciseaux.»

Sinon, plutôt que de parler d’une saison qu’on savait finie depuis un certain temps, l’homme s’est surtout concentré à parler de l’avenir.

On ne sait pas quand, exactement, aura lieu le repêchage.

Encore une fois, cette situation ne l’offusque pas.

«C’est même à notre avantage, parce que ça va nous donner le temps de nous préparer le mieux possible. Nous allons continuer de nous rencontrer de façon régulière, dans le prochain mois. Ce n’est pas une course. Notre principal objectif consiste à préparer la meilleure liste d’espoirs possible», explique-t-il.

Le dépisteur des Sénateurs, Trent Mann

Les ventes de feu des deux dernières années ont permis aux Sénateurs de mettre plein de choix en banque.

À l’heure actuelle, ils détiennent trois choix de première ronde, quatre choix de deuxième ronde et deux choix de troisième ronde.

«On nous répète depuis longtemps que le repêchage de 2020 en sera un de qualité. Les 15 à 20 premiers joueurs sélectionnés deviendront de très bons joueurs dans la LNH. Dans le reste des trois premières rondes, on devrait être capables de trouver plusieurs joueurs qui, sans devenir de grandes vedettes, seront de solides joueurs.»

Les prochaines semaines seront donc ponctuées de rencontres virtuelles.

Quelques espoirs, qui figurent sur la liste d’Ottawa, n’ont toujours pas été interviewés.

Dorion entend passer beaucoup de temps à discuter avec ses dépisteurs.

«Je croyais que j’étais un bon dépisteur, à une certaine équipe. Je crois que Trent Mann est un bien meilleur dépisteur que moi», dit Dorion.

«Nous sommes très chanceux. Malgré tout ce qui nous arrive, nous misons toujours sur un des groupes de dépisteurs les plus doués de toute la LNH. Et notre dépisteur en chef, Trent Mann, est un des meilleurs de la profession.»