La chicane et la victoire pour les Sénateurs

Les Sénateurs d'Ottawa n'avaient pas signé une seule victoire à domicile contre l'Avalanche du Colorado au cours des 10 dernières années. Ils ont enfin réussi à mettre fin à cette séquence, jeudi soir.
Ils ont signé une victoire de 5-3 pour entreprendre la saison du bon pied au Centre Canadian Tire.
Faut croire qu'ils avaient juste besoin d'une bonne chicane de famille.
C'est Erik Karlsson qui nous a tout raconté. Il paraît que la querelle a éclaté au premier entracte, dans le vestiaire, quand l'Avalanche menait 3-1.
«Nous nous sommes criés des bêtises pendant quelques minutes. À la fin, nous avons pris quelques bonnes respirations. Puis, Paul est arrivé. Il nous a donné ses directives très calmement. L'allure de la rencontre a changé au début de la deuxième.»
«Des fois, une bonne chicane, ça fait du bien. Je suis convaincu que ça va se produire à nouveau cette saison», prévient le nouveau capitaine.
Les Sénateurs ont aussi eu un coup de pouce. Ils ont affronté un gardien des ligues mineures.
En début de journée, l'entraîneur-chef de l'Avalanche, Patrick Roy, a fait savoir que son gardien de buts numéro un Semyon Varlamov n'était pas disponible. Légère blessure à l'aine.
Le second, Reto Berra, a entrepris le match devant le filet. Mais il n'est pas resté longtemps. Moins de trois minutes après la mise en jeu initiale, il a été renversé par Kyle Turris. Il a eu besoin de l'aide d'un thérapeute pour retrouver le chemin du vestiaire.
Tout d'un coup, les Sénateurs avaient 57 minutes pour mettre à l'épreuve Calvin Pickard, un ancien choix de deuxième ronde qui n'avait encore jamais eu la chance d'arrêter une seule rondelle dans la Ligue nationale de hockey.
Le pauvre a fait ce qu'il a pu. Il a réussi ses plus beaux arrêts vers la fin du deuxième tiers.
Il a flanché en troisième.
Zack Smith, David Legwand, Bobby Ryan et Clarke MacArthur l'ont déjoué. Chris Neil a complété la marque dans un filet désert.
Alex Tanguay, John Mitchell et Gabriel Landeskog ont inscrit les autres buts de la rencontre.
Les Sénateurs avaient signé leur dernière victoire à domicile contre l'Avalanche en mars 2004.
Craig Anderson n'avait jamais battu l'Avalanche, tout court.
«C'est une victoire qui me fait vraiment beaucoup de bien», dit celui qui a effectué 28 arrêts.
Il a surtout stoppé Nathan MacKinnon à sept occasions. La jeune star néo-écossaise a connu une grosse soirée.
La direction des Sénateurs était fière d'annoncer, en début de saison, que le match serait présenté à guichets fermés. Pourtant, lorsque la rondelle a été mise en jeu, vers 19h45, des rangées entières étaient vides au niveau 300.
Les Sénateurs ont bien vendu 500 billets aux membres du Red Scarf Union, dans le but de devenir la première équipe de hockey nord-américaine à compter sur sa propre section d'Ultras.
Les apprentis Ultras ont mis de la vie dans le CCT. Surtout en troisième période. Ils ont aussi passé une bonne partie des deux premiers engagements assis, dans le silence le plus complet. Ça, c'est un peu contraire à la culture des supporters.