La Caroline inhospitalière

RALEIGH - Chaque fois que les Sénateurs d'Ottawa ont une occasion de rattraper les Canadiens de Montréal en tête de la division Atlantique, ils s'effondrent comme un château de cartes.
Ça leur est encore arrivé vendredi soir au PNC Arena de Raleigh, un endroit où ils en arrachent année après année. Ils ont beau avoir un nouvel entraîneur-chef en Guy Boucher cette saison, et ils avaient beau avoir remporté les deux premiers matches entre les deux clubs cette saison à Ottawa, ils ont encaissé un cuisant revers de 3-0 devant une petite foule de 11 327 amateurs.
Ce revers a porté leur fiche en Caroline du Nord à 2-11-3 au cours des 10 dernières années. La bonne nouvelle est que c'était l'unique fois où ils rendaient visite des Hurricanes cette saison. L'autre bonne affaire est que les Panthers de la Floride, qui accusent quatre points de retard sur eux, se sont inclinés 4-2 devant les Flames de Calgary vendredi soir. Les deux équipes s'affronteront dimanche soir dans un véritable «match de quatre points».
«Je n'étais pas ici dans le passé. Ma fiche (avec Tampa Bay) ici était bonne, j'espérais que ça déteigne sur le club, mais ça n'a pas été le cas. Ils sont sortis en force, on savait qu'ils jouaient bien à domicile, donc il n'y avait pas de raison de ne pas être prêt pour leur poussée en première période. Mais on n'était tout simplement pas là, pas là du tout», a commenté l'entraîneur-chef Guy Boucher après coup.
Les Hurricanes (25-24-8) ont ouvert le pointage dès la deuxième minute de jeu quand Jordan Staal a réussi à enrouler la rondelle autour du filet, son tir frappant le poteau à la droite du gardien Craig Anderson avant de franchir tout juste la ligne des buts. 
Domination totale
Ce but a amorcé une domination totale de l'engagement par la formation locale, qui a eu le meilleur 19-7 au chapitre des tirs au but. Seule la tenue solide du gardien des Sénateurs leur a permis de demeurer dans ce match. 
Toujours privés des blessés Mark Stone et Mike Hoffman, sans oublier Bobby Ryan, les visiteurs ont beaucoup mieux joué au deuxième tiers, mais ils se sont butés à un Eddie Lack aussi bon que chanceux par moments. Il a effectué un bon arrêt contre Chris Wideman sur un retour de tir de Curtis Lazar, son premier en cinq matches. Tom Pyatt a aussi raté le filet de peu en tentant de le contourner quand il a coupé devant lui en désavantage numérique. Et en début de troisième, Jean-Gabriel Pageau a frappé un poteau et Turris une barre horizontale sur un tir partiellement arrêté par le gardien des Hurricanes.
Elias Lindholm et Victor Stalberg avaient auparavant ajouté à l'avance des Hurricanes en fin d'engagement, des buts où Craig Anderson n'a pas eu beaucoup d'aide de ses coéquipiers.
Anderson a fait face à un barrage de 44 lancers au cours de la rencontre, alors que Lack a obtenu son premier jeu blanc et neuvième en carrière en effectuant 34 arrêts.
«Nous n'avons pas rebondi après un mauvais début de match. Ils ont bien joué, mais nous n'avons pas joué de la façon dont on voulait le faire. Ils ont joué avec beaucoup plus d'ardeur que nous. Ça s'est reflété au tableau indicateur et au niveau des lancers, ainsi que probablement à toutes les autres statistiques. On doit oublier ce match et revenir en force, les deux autres matches de ce voyage seront encore plus importants. Les absents ne sont pas une excuse, on a réussi à gagner sans eux au New Jersey (mardi)», a souligné le défenseur Dion Phaneuf, qui a été séparé de son partenaire habituel Cody Ceci pour la majeure partie de la soirée.
Les Sénateurs (32-21-6), qui accusent toujours un retard de deux points sur Montréal avec deux parties de plus à jouer, ont pris le chemin de Fort Lauderdale immédiatement après la rencontre en vue du troisième match de ce voyage de quatre qui se terminera le lendemain à Tampa Bay.
Un match « à jeter aux poubelles »
Craig Anderson a bien fait son possible, mais il n'a pas pu tout arrêter, et encore moins marquer, dans la défaite contre les Hurricanes.
«Il faut jeter ce match aux poubelles. Ils ont bien joué, on savait qu'ils jouent bien à domicile. Il faut leur donner du crédit, ils ont bien joué. J'y ai joué assez souvent pour savoir que c'est un édifice où il est difficile de gagner. C'est une leçon pour nous d'être prêt à jouer, peu importe si l'adversaire est devant ou derrière nous au classement», a souligné le gardien qui a fait face à 44 tirs dans la défaite.
Anderson n'a pas aimé les deux derniers buts en fin de deuxième tiers, alors que les siens ont chaque fois cafouillé après des mises au jeu perdues dans leur zone. «C'était serré, mais on leur a donné deux buts sur des mises au jeu. Ils ont eu le meilleur dans les cercles toute la soirée, ils ont été meilleurs d'un bout à l'autre. Ils nous ont montré leur meilleur match, pas nous», a-t-il ajouté.
Les Hurricanes ont effectivement gagné 64 % des mises au jeu. Kyle Turris n'en a gagné qu'une sur neuf.
«Il y a eu des bonds un peu bizarres à gauche et à droite sur ces deux buts. Le deuxième, j'ai tenté de sortir la rondelle, elle a frappé mon propre gars et est revenue dans notre zone. Les bonds n'étaient pas de notre côté, mais ce n'est pas une excuse», a noté le centre Jean-Gabriel Pageau.
Celui-ci a aussi frappé un poteau et s'est buté à Eddie Lack à quatre reprises en plus. «J'ai manqué des belles chances, une belle passe de 'Brass' (Derick Brassard) où le gardien a fait un bel arrêt. C'est 'plate' un peu, ça aurait pu donner un match plus serré en troisième période, mais on leur avait donné une trop grosse avance», a-t-il dit.