Joueur jamais repêché, Jack Rodewald pourrait effectuer ses débuts dans la LNH avec les Sénateurs, vendredi au New Jersey.

La belle histoire de Jack Rodewald

Jack Rodewald n’a pas eu l’occasion de jouer son premier match en carrière dans la LNH, chance qui est plutôt allée à la recrue tchèque de 20 ans, Filip Chlapik.

Ça ne l’a pas empêché d’être nettement plus en demande dans le vestiaire des Sénateurs jeudi matin, quelques heures avant l’affrontement contre les Flyers. C’était compréhensible aussi, parce que ce n’est pas tous les jours qu’un joueur qui n’a pas été repêché et qui était dans la ligue East Coast il y a un an à peine débarque dans le vestiaire d’une équipe du circuit Bettman.

« C’est une bonne histoire pour vous autres ça, hein », a lancé l’entraîneur-chef Guy Boucher aux médias lors de son point de presse matinal.

C’est effectivement le cas. Le rouquin de 23 ans originaire de Winnipeg a signé un contrat de la LNH pas plus tard que mardi dernier, ce qui lui a permis d’obtenir l’appel tant convoité par tout hockeyeur. Son ancien pacte de la Ligue américaine, signé l’an dernier après un essai professionnel de 20 parties, ne lui aurait pas permis de le faire auparavant.

« Les derniers trois ou quatre jours ont été pas mal spéciaux pour moi, c’est vraiment très plaisant, a dit l’ancien des Pats de Regina et des Warriors de Moose Jaw, dans la LHOuest. J’ai su par le biais de mon agent en fin de semaine que ça se tramait (un contrat), puis avec les blessures qu’il y a ici, j’ai su que je montais. C’est une vague d’émotions que j’ai vécues, c’est vraiment spécial jusqu’à maintenant. »

Rodewald n’a pas joué contre les Flyers alors que Guy Boucher a choisi d’y aller avec un alignement à sept défenseurs et 11 attaquants, donnant une chance aux autres joueurs rappelés récemment, Chris DiDomenico et Max McCormick, d’endosser l’uniforme. Il pourrait cependant faire ses débuts vendredi au New Jersey.

Tout un accomplissement pour un joueur qui a joué pour les Marlies de Toronto et leur club affilié d’Orlando, dans la ligue East Coast, en 2015-2016 à sa sortie des rangs juniors, avant de participer au camp des recrues des Sénateurs l’an dernier comme simple invité, commençant la saison à Wichita (ECHL) avant d’être promu à BInghamton.

« Il y a eu des hauts et des bas, le chemin que j’ai pris implique beaucoup de travail ardu. Parfois, tu doutes de toi-même, mais en arrivant ici, ça fait que le chemin est encore plus spécial.. J’aurais souhaité être repêché moi aussi, mais ça n’est pas arrivé et maintenant, je dois juste travailler plus fort que Les gars qui ont été repêchés, qui travaillent fort eux aussi », a souligné Rodewald, qui avait trois buts et une passe à sa fiche cette saison, alors qu’il avait compté 18 buts avec 9 passes en 66 parties l’an passé à Binghamton.

Rodewald étant originaire de Winnipeg, il connaît le vétéran des Sénateurs Mark Stone depuis quelques années, ayant patiné avec lui à l’occasion. « Il s’est rendu ici grâce à son éthique de travail, estime Stone. Il joue du hockey nord-sud, il patine bien et il est gros et fort. Il a amélioré son niveau d’habiletés, il m’a dit qu’il est devenu un bien meilleur joueur quand j’ai patiné avec lui, pas l’été dernier, mais le précédent. Je suis content pour lui et j’ai hâte de le voir à l’œuvre. »

Chlapik impressionne Boucher

Chlapik, l’ancien des Islanders de Charlottetown qui avait fait bonne impression au camp d’entraînement, devait être utilisé sur une deuxième unité de jeu de puissance par Guy Boucher, qui a été impressionné par sa progression au cours de la dernière année. « Je l’aime beaucoup, le gars veut être ici. Il a tout ce qu’il faut en attaque, il a du caractère et il apprend vite. Il est certes un bel espoir. On aurait préféré lui donner plus de temps dans la Ligue américaine, mais nous avons une situation d’urgence ici », a indiqué Boucher.

« Je pense que les neuf parties que j’ai jouées dans la Ligue américaine m’ont aidé, tous les joueurs sont plus gros et forts à ce niveau-ci. J’ai tenté de jouer à ma façon et montrer que je méritais un rappel... J’ai eu beaucoup de chances de marquer (avec Belleville) et si mon premier but chez les pros arrivait ici à la place, ce serait un gros boni. J’espère juste avoir l’occasion de jouer un match », a confié Chlapik avant de savoir qu’il serait bel et bien de l’alignement, lui qui avait amassé trois passes avec Belleville.