« Les Canadiens sont un des meilleurs clubs de la ligue », a reconnu le capitaine Erik Karlsson en marge de la conférence de presse où la tenue de la Classique LNH100 Banque Scotia a été annoncée vendredi.

La bataille de la 417/40 reprend

En attendant de s'affronter dehors en décembre prochain, les Sénateurs d'Ottawa et les Canadiens de Montréal ont trois gros affrontements à se livrer à l'intérieur au cours des huit prochains jours.
Ça commence sur les chapeaux de roue avec une série aller-retour samedi soir au Centre Canadian Tire et dimanche soir au Centre Bell, quatre gros points de classement à l'enjeu alors que seulement un point sépare le premier rang de la division Atlantique détenu par la troupe de Claude Julien de la deuxième place occupée par la bande dirigée par Guy Boucher, qui a cependant toujours une partie de plus à disputer.
La rivalité entre les deux équipes, qui a grimpé en intensité après les affrontements en séries en 2013 et 2015, pourrait ainsi passer à un autre niveau.
« Les Canadiens sont un des meilleurs clubs de la ligue et ça fait plusieurs années que c'est le cas. On espère qu'on va continuer à progresser pour devenir un de ces clubs... C'est un club contre qui on a joué souvent au cours des dernières saisons et on veut être meilleurs que cette équipe. On va commencer par se concentrer par le match de (samedi), c'est tout ce qui importe. On passera à l'autre match ensuite, qui s'adonne à être contre eux également. On ne s'occupe pas du résultat, on veut juste jouer à notre façon pour se donner une chance d'avoir du succès », a souligné le capitaine Erik Karlsson en marge de la conférence de presse où la tenue de la Classique LNH100 Banque Scotia (voir page 2 et 3) a été annoncée vendredi.
Les deux clubs ne se sont pas affrontés depuis le deuxième match de la saison régulière, le 15 octobre dernier au CCT alors qu'Ottawa l'avait emporté 4-3 en tirs de barrage. Beaucoup d'eau a coulé sous les ponts depuis alors qu'au milieu d'une campagne mouvementée, le Tricolore a congédié son entraîneur Michel Therrien le mois dernier pour le remplacer par Claude Julien, limogé une semaine plus tôt par les Bruins de Boston.
L'entraîneur-chef des Sénateurs Guy Boucher n'avait pas trop le goût de parler des affrontements à venir jeudi soir après le revers de 2-1 contre les Blackhawks de Chicago, disant qu'il commencerait la préparation pour affronter les Canadiens « seulement vendredi, je vais les regarder pour la première fois en plusieurs mois », quand il a donné une journée de congé - une autre - à ses joueurs.
« Montréal, c'est une équipe de très haut niveau, avec le vent dans les voiles et un gardien de but de premier plan. Ça va être le même genre de match (que jeudi), des matches très serrés, avec de l'intensité. C'est très bon pour les partisans et c'est très bon pour nous de participer à ça », a souligné Boucher.
Les Canadiens ont une fiche de 8-4-0 depuis que Julien, l'ancien entraîneur des Olympiques originaire d'Orléans, a pris la barre de l'équipe le 14 février dernier.
« C'est un bon défi pour nous, on va essayer d'en profiter samedi alors que ce sont des parties le fun à jouer. On peut bâtir sur ce qu'on a fait (contre Chicago jeudi), même si on n'a pas compté beaucoup de buts », notait le centre gatinois Derick Brassard, plongé dans cette rivalité pour la première fois alors qu'il en est à sa première saison avec les Sénateurs.
Moment bien choisi
Ancien dépisteur-chef des Canadiens et maintenant directeur général des Sénateurs, Pierre Dorion apprécie de voir cette rivalité naturelle prendre de l'ampleur.
« Pour moi, le match en plein air de la saison prochaine rappelle plein de souvenirs de mon enfance. Mon idole de jeunesse était Guy Lafleur, qui est ici aujourd'hui. La rivalité fait que le match (la Classique LNH100) va être encore plus spécial, il y a une grande signification historique. Et là, les deux clubs bataillent pour la première place, on va espérer que ce soit le cas aussi l'année prochaine. Le moment ne pouvait être mieux choisi pour cette annonce, en tout cas », a-t-il indiqué.
Karlsson, quand il s'est fait demander à quel point il était important pour son club de finir au premier rang, a rétorqué : « Je ne sais pas, je n'ai jamais été premier... Nous, tout ce qu'on veut, c'est gagner le plus de parties possible. On finira où on finira au classement à la fin du calendrier régulier. »
Condon devrait être devant le filet
Malgré le retour sur la patinoire de Craig Anderson, Mike Condon devrait être devant le filet contre Montréal.
Les Sénateurs ont cédé le gardien Chris Driedger à leur club-école de Binghamton vendredi, ouvrant la porte à un retour de Craig Anderson pour ce week-end important contre les Canadiens.
Guy Boucher avait cependant dit jeudi qu'il pourrait au mieux agir comme substitut alors qu'il espérait pouvoir lui donner un départ mardi à Boston. Il faudra attendre à samedi matin pour savoir s'il pense se raviser. Jusqu'à nouvel ordre, Mike Condon devrait donc affronter le club qui l'a soumis au ballottage en septembre dernier pour la première fois depuis son arrivée dans la capitale.
«Ça devrait être un match amusant contre Montréal, qui est premier dans la division. Nous sommes juste derrière eux avec un match en main, il faut le faire compter... Ça n'a pas de signification particuière pour moi, c'est (le ballottage) arrivé il y a si longtemps. C'est la business, tu vas jouer sur différentes équipes pendant ta carrière. Je n'ai que de l'admiration et du respect pour tout le monde là-bas, ils m'ont donné ma chance. Ça va être un gros match (samedi), deux gros points de classement», a dit Condon jeudi soir après une autre solide performance, contre Chicago cette fois.