Chris Kelly a pu représenter le Canada aux Jeux olympiques, ce qu’il ne pensait pas avoir le temps de faire avant de mettre un terme à sa carrière de joueur. «Ce n’est pas l’année que j’anticipais», avoue-t-il.

Kelly revient comme entraîneur

Réduite à sa plus simple expression avec la récente démission de l’adjoint au DG Randy Lee, la direction hockey des Sénateurs d’Ottawa s’est dotée d’un nouveau membre qui ne sera pas de surplus mardi avec l’annonce de l’embauche de Chris Kelly.

L’ancien centre qui a passé sept saisons dans la capitale en plus de gagner la coupe Stanley avec les Bruins de Boston a décidé d’accrocher ses patins après la saison dernière, partagée entre les Senators de Belleville, l’équipe olympique canadienne dont il a été le capitaine ainsi que les Ducks d’Anaheim.

Âgé de 37 ans, Kelly n’a pas cherché d’invitation à un camp d’entraînement cet été et il n’était pas intéressé non plus à aller finir sa carrière en Europe, avec trois jeunes enfants inscrits à l’école à Ottawa, où il a établi sa résidence principale il y a déjà quelques années. Il était donc heureux d’accepter l’offre de son ancien club pour devenir «entraîneur du développement», où il sera appelé à travailler avec les espoirs de l’équipe pour appuyer son ancien coéquipier Shean Donovan.


« Je pense que je peux transmettre quelques petits trucs appris au fil de ma carrière. »
Chris Kelly

«Je n’étais pas vraiment certain de ce que je voulais faire une fois que le hockey serait terminé pour moi. Mais alors que je suis arrivé plus près de la réalisation que ma carrière de joueur tirait à sa fin, je voulais rester dans le monde du hockey, que j’adore. Je voulais rester impliqué et on me donne une belle chance de le faire», a-t-il raconté mardi après avoir dirigé la circulation lors de l’entraînement facultatif tenu par les vétérans de l’équipe au Sensplex.

Une belle carrière
Kelly pense pouvoir faire profiter les jeunes de l’organisation de son expérience de 845 matches dans la LNH après avoir joué quatre saisons dans les mineures à sa sortie des rangs juniors, lui qui avait été un choix de troisième ronde par Ottawa en 1999.

«J’avais discuté avec Shean et j’étais au camp de développement (cet été) pour donner un coup de main et j’ai été très impressionné par les espoirs du club, pas seulement sur la glace, mais en dehors de celle-ci également. Comme Shean, je pense que je peux transmettre quelques petits trucs appris au fil de ma carrière pour les aider sur et hors de la glace», estime celui qui a récolté 123 buts et 168 passes pour 291 points en carrière dans la LNH.

Limité à deux passes lors de ses 12 parties avec les Ducks à son retour des Jeux olympiques de PyeongChang où il a aidé le Canada à remporter la médaille de bronze, Kelly savait qu’il était temps pour lui de passer à autre chose. Il est donc très serein avec sa décision, prise après une saison pas comme les autres.

«À ce temps-ci l’an passé, j’espérais avoir une invitation au camp des Oilers d’Edmonton avec l’intention de me tailler un poste avec eux, ce qui ne s’est pas matérialisé. Je pensais peut-être prendre ma retraite à ce moment-là, mais finalement, j’ai pu aller à Belleville, ce qui a été une bonne expérience. Puis je suis allé à la coupe Spengler (remportée par le Canada) et aux Olympiques. Quand je regarde en arrière, ce n’est pas l’année que j’anticipais, mais ça s’est avéré une bonne expérience. J’ai rencontré plein de gens intéressants et j’ai fait des choses que je ne pensais jamais faire», dit-il.

«J’ai appris beaucoup et j’ai notamment réalisé qu’il ne faut pas que ta fierté et ton égo prennent le dessus. Bien des bonnes choses peuvent arriver si ce n’est pas le cas. Je suis retourné dans la Ligue américaine 14 ans plus tard et j’ai juste cherché à être un bon pro, une bonne personne. Toutes les organisations recherchent ça et si je peux aider les jeunes de l’équipe à réaliser ça, je vais avoir fait mon travail», a-t-il ajouté.

Chris Kelly ne s’est pas fixé d’objectif pour sa nouvelle carrière d’entraîneur, ayant simplement l’intention de savourer le moment présent dans son nouveau rôle.