Erik Karlsson a récolté un but et une passe à son 600e match en carrière.

Karlsson tranche

Au cours d’une saison qui est loin d’être mémorable, Erik Karlsson aura au moins réussi à souligner son 600e match en carrière d’une façon dont il va se rappeler.

Son but à 32 secondes de la prolongation, sur un puissant tir sur réception, a permis aux Sénateurs d’Ottawa de remporter une victoire de 2-1 aux dépens des Ducks d’Anaheim jeudi soir au Centre Canadian Tire, mettant ainsi un frein à une série noire de six revers de suite.

Le capitaine a aussi obtenu une passe alors qu’il est devenu le huitième joueur de l’histoire de l’équipe à atteindre le cap des 600 parties jouées, le troisième défenseur après Chris Phillips et Wade Redden. Ses deux points lui permettent de s’approcher à un seul point d’Alexeï Yashin au troisième rang de tous les temps chez les Sénateurs alors qu’il en a 490 en carrière.

«On savait qu’on avait perdu six matches consécutifs et on voulait mettre un terme à cette séquence aussi tôt que possible, à la maison en plus. On a joué un bon match même s’ils ont obtenu un bon nombre de chances de compter, a souligné Karlsson après coup. Ça a été un bel effort d’équipe... Je suis chanceux d’avoir joué autant de matches et j’espère en jouer 600 autres, mais le plus important, c’était la victoire. C’est la meilleure chose, c’est bien de voir qu’on l’a obtenue.»

Pour y arriver, les hommes de Guy Boucher ont resserré leur défensive considérablement devant le gardien Mike Condon, qui a effectué 30 arrêts.

Il n’a cédé que devant Ryan Kesler avec 54 secondes à faire au temps réglementaire, alors que les visiteurs avaient retiré leur gardien à la faveur d’un sixième attaquant. Il a fallu un jeu parfait pour le battre, Kesler faisant dévier une passe de Richard Rakell dans la lucarne.

«Ça a été un solide effort de tout le monde, notre gardien, nos défenseurs et nos attaquants. Ce n’était que juste qu’on sorte d’ici avec quelque chose, absolument. Il (Condon) n’aurait rien pu faire sur le but égalisateur, on n’a pas eu de chance de sortir la rondelle de notre zone, ils l’ont manufacturé eux-mêmes», estimait l’entraîneur-chef Guy Boucher.

Bobby Ryan a ouvert le pointage à la 45e minute de jeu après deux premières périodes sans but, faisant dévier le tir sur réception de Mike Hoffman lors d’un avantage numérique à quatre contre trois.

Les Ducks ont contesté la validité du but parce que Ryan était près de l’enceinte du filet du gardien Ryan Miller, mais les reprises vidéo ont bien montré que Ryan n’avait effleuré le cerbère qu’après que la rondelle ait atteint le fond du filet.

Mauvaise nouvelle, Ryan n’a pas été en mesure de terminer le match contre son ancien club, encore une fois en raison d’une blessure à son index de la main gauche. «Ce n’est pas cassé, mais on verra combien de temps il sera au rancart. C’est le reflet de notre saison, on obtient quelque chose de positif et il faut vivre avec quelque chose qu’on ne voulait certainement pas», a ajouté Boucher.

Matt Duchene avait commencé le match en force en obtenant deux bonnes chances de marquer dès sa première présence, mais Miller, qui a fait face à 32 lancers, a résisté chaque fois. Condon a fait face à plus de tirs, mais moins d’entre eux étaient de haute qualité, mais il a été très solide quand Rakell a fait dévier un tir passe de Ryan Getzlaf.

Les gardiens ont été tout aussi solides au deuxième tiers, alors que les faits saillants ont surtout été les tirs sur la barre horizontale coup sur coup de l’ancien Sénateur Jacob Silfverberg et de Zack Smith.

Les Ducks (25-17-10) n’ont pas aimé le travail des officiels dans ce match. «Je ne suis pas content avec certaines choses. Quand vous donnez deux buts en avantage numérique et qu’ils sont tous deux arrivés à quatre contre trois, quelqu’un a eu un effet sur le résultat du match», a commenté l’entraîneur-chef Randy Carlisle.

Les Sénateurs (16-24-9) passeront maintenant le prochain week-end à l’étranger, rendant visite aux Flyers de Philadelphie samedi après-midi, puis au Canadien de Montréal dimanche, également en après-midi.

>> Sommaire du match

Grosse performance de Condon

Le système d’alternance que Guy Boucher veut préconiser devra peut-être attendre alors que Mike Condon mériterait de rester devant le filet des Sénateurs après sa performance contre les Ducks.

Il n’a rien pu faire sur le but égalisateur, contrairement à sa sortie précédente contre Boston où il avait été faible sur le but gagnant.

« C’est une bonne sensation, ça faisait un bout de temps qu’on n’avait pas vu l’édifice bruyant à la fin, que les gars n’étaient pas souriants après un match. On se sent mieux. Quand ils ont compté à la fin, on s’est juste dit qu’il fallait continuer à jouer, a raconté Condon. Tom Pyatt a soutiré une punition juste après, nous étions dus pour quelque chose comme ça. Beau jeu de “Karl” (Erik Karlsson) pour le but gagnant. Je pense que c’était un de nos matches les plus complets défensivement de l’année. C’est le style qu’on veut jouer. »

Condon a confié qu’il a effectué un changement à son équipement lors de ses trois derniers départs pour tenter de faire tourner sa chance. « Je me sens un peu plus à l’aise, je suis content. J’espère que ça va continuer. Je ne veux pas me porter malchance, mais j’ai cessé de porter un protège-cou, ça me permet de mieux suivre la rondelle », a-t-il dit.

Dans un autre coin du vestiaire des gagnants, Matt Duchene savourait cette trop rare victoire depuis qu’il est arrivé à Ottawa. « On a montré beaucoup de caractère pour finalement sortir de cette mauvaise séquence. Si on a une chance de revenir dans la course, ça va être en continuant à se présenter comme ça. C’est bien pour (Condon), il a été fantastique à ses deux derniers départs, on n’avait pas fait le travail pour lui. C’était bien d’aller chercher le gain pour lui, il le méritait », a dit Duchene, qui a refilé le disque à Karlsson sur le but gagnant.