Erik Karlsson a suscité l’intérêt de plusieurs équipes. Mais aucune n’était prête à payer le prix fixé par les Sénateurs d’Ottawa pour leur capitaine.

Karlsson reste... pour l’instant

Pierre Dorion a résisté à la tentation d’échanger son joueur de concession, Erik Karlsson.

Le directeur général des Sénateurs d’Ottawa a cependant écouté attentivement les propositions de plusieurs de ses collègues – de Vegas, Tampa Bay, Nashville et San Jose selon Dame rumeur – avant la date limite des transactions et il reste à voir comment le capitaine de son club réagira à cet état de fait. Karlsson pourrait encore être échangé au prochain repêchage alors qu’il amorcera la dernière année de son contrat le 1er juillet prochain, moment où il pourrait négocier une prolongation à son pacte.

« On pensait avoir un club pour participer aux séries cette saison, un club qui pourrait faire du bruit en séries, et maintenant nous sommes en 29e place. Quand ça arrive, il y a des décisions difficiles qui doivent être prises et tout doit être révisé. J’ai reçu des appels concernant tous les joueurs sur notre alignement au cours des derniers mois, et on se devait en tant qu’organisation d’écouter chaque offre sur chaque joueur », a commenté Dorion d’entrée de jeu.

Au sujet plus particulier de Karlsson, il a ensuite noté : « On ne cachera pas le fait qu’Erik Karlsson est un joueur spécial, notre joueur de franchise. Évidemment, quand j’ai dit clairement que nous n’étions pas contents plus tôt cette saison, plusieurs équipes ont appelé au sujet d’Erik. Si un joueur de son calibre était sur le marché, je téléphonerais aussi, et j’appellerais chaque jour probablement. Mais Erik est un joueur de franchise et il n’y avait pas d’échange pour un joueur de franchise qui aurait pu nous satisfaire parce qu’on voulait faire un échange “de hockey” », a-t-il dit, spécifiant plus tard en français que Karlsson était « disponible », mais que le mandat de son propriétaire Eugene Melnyk était de faire une bonne transaction au niveau hockey (et non seulement financier).

Il faudra attendre à mardi matin à Washington pour savoir ce qu’en pense Karlsson, lui qui a patiné avec ses coéquipiers sur l’heure du midi au Sensplex, mais n’a pas rencontré les médias par la suite, 90 minutes avant l’heure limite pour les échanges dans la LNH.

Dorion ne pense pas que la relation du double récipiendaire du trophée Norris avec l’organisation sera affectée par cet épisode. « Erik et moi avons une excellente relation, je le connais depuis qu’on l’a repêché alors qu’il pesait 159 livres. Nous avons eu une bonne rencontre dans mon bureau ce matin. Nous avons parlé beaucoup, c’est le capitaine de notre équipe. Il aime être à Ottawa, je pense qu’il veut être un Sénateur à vie, je ne veux pas parler pour lui. On verra ce que les prochains mois vont apporter, mais si Erik Karlsson est ici le 1er juillet, nous allons lui offrir un contrat », a déclaré Dorion, ajoutant ensuite qu’il avait seulement écouté les offres pour celui-ci, qu’il n’en avait pas sollicité.

Certaines offres pour Karlsson « étaient un peu insultantes pour un joueur de sa trempe », a noté l’homme de hockey d’Orléans. « Ça prendrait un échange spécial pour transiger Erik Karlsson, et cette semaine, ça n’a pas été mis sur la table. J’écoute toujours, on avait même eu des offres pour Erik au cours de l’été... Pour certains clubs, il était plus attrayant maintenant parce qu’il aurait pu les aider en séries pour deux années. »

Les Sénateurs n’ont pas reçu d’assez bonnes offres pour leurs autres joueurs qui faisaient l’objet de rumeurs de transactions, les Mike Hoffman, Zack Smith, Jean-Gabriel Pageau et possiblement Bobby Ryan, que le club aurait souhaité liquider avec son lourd contrat en marge d’une transaction impliquant Karlsson.

Ayant déjà échangé des vétérans comme Derick Brassard, Dion Phaneuf et Nate Thompson, Pierre Dorion s’est donc contenté d’effectuer quelques transactions mineures lundi, Ian Cole passant aux Blue Jackets de Columbus contre un choix de troisième ronde et un espoir, l’attaquant Nick Moutrey, tandis que le centre de quatrième trio Nick Shore, obtenu contre Phaneuf, n’a fait que passer lui aussi, étant cédé aux Flames de Calgary contre un choix de septième ronde en 2019.

Le vétéran défenseur Johnny Oduya a pour sa part été réclamé au ballottage par les Flyers de Philadelphie.

Gustavsson, la cible de l’échange de Brassard

L’échange qui a envoyé le Gatinois Derick Brassard à Pittsburgh vendredi va rapporter gros dans un avenir plus ou moins rapproché, Pierre Dorion en est convaincu.

Le DG des Sénateurs pense que le jeu valait la chandelle de sacrifier un centre « de haute qualité » âgé de 30 ans pour obtenir le premier choix des Penguins de Pittsburgh au repêchage de juin prochain, ainsi qu’un choix de troisième ronde en 2020 pour le défenseur Ian Cole, mais surtout parce qu’il a permis de mettre la main sur un espoir de premier plan devant le filet, le Suédois de 19 ans Filip Gustavsson.

« C’était le gardien qu’on ciblait pour le futur. C’est le meilleur gardien que j’ai vu dans le junior. Quand je suis allé en Suède il y a quelques semaines, je l’ai vu jouer avec le club de Lulea, il est le gardien numéro un là et il a eu une excellente deuxième moitié de saison. C’est quelqu’un qu’on a vraiment ciblé, a dit Dorion. Quand on sacrifie un joueur de qualité (comme Brassard), on obtient un espoir de qualité. »

Gustavsson, qui mesure 6’ 2’’ et pèse 183 livres, a été un choix de deuxième ronde (55e au total) des Penguins au repêchage de 2016 et il a été nommé le gardien par excellence du dernier Championnat mondial junior. En 19 parties avec Lulea cette saison, en Ligue élite suédoise, il a une fiche de 8-10-0 avec une moyenne de 2,21 et un taux d’efficacité de ,916.

Ayant déjà signé un contrat avec les Penguins, il va s’amener en Amérique du Nord une fois sa saison terminée en Suède pour finir la campagne à Belleville et il pourrait jouer avec les petits Senators dès la saison prochaine.

« Il va commencer sa carrière professionnelle en Amérique du Nord l’an prochain à Belleville, à moins qu’il ne cause une surprise et ne tasse un des deux gars ici (Craig Anderson et Mike Condon) dès le départ », a-t-il souligné.

Högberg détrôné

À son arrivée à Belleville, Gustavsson deviendra le cinquième gardien à jouer des matches, après Andrew Hammond, Danny Taylor, Marcus Högberg et Chris Driedger. Högberg, un choix de troisième ronde en 2013, devait être le gardien d’avenir quand il a traversé l’Atlantique, mais il n’aura pas gardé le titre longtemps. Il n’a joué que 11 matches à Belleville (fiche de 3-8, moyenne de 3,65) et 12 à Brampton, dans la ligue East Coast, où il a été cédé à nouveau lundi.