Erik Karlsson

Karlsson ne regrette rien

Erik Karlsson s’attend à passer par toute une gamme d’émotions samedi lorsqu’il va affronter les Sénateurs d’Ottawa pour la première fois.

Mais après un entraînement de ses Sharks de San Jose vendredi après-midi sur le campus de l’Université d’Ottawa, le défenseur vedette échangé au premier jour du camp d’entraînement, après des mois des spéculations sur son avenir, se sentait «assez normal».

«Nous sommes arrivés hier et je me sens normal. Je suis allé à la maison (dans le Glebe), on patine ici aujourd’hui. Ça aurait été peut-être un peu différent si nous avions pratiqué au CCT (Centre Canadian Tire), mais pour l’instant, je me sens assez calme. Un peu anxieux et les sensations sont un peu différentes. C’était bien de pouvoir dormir à la maison», a-t-il dit d’entrée de jeu lors d’un point de presse fort couru.

Karlsson, qui demeure un joueur autonome potentiel le 1er juillet prochain, a dit qu’il n’a «aucun regret» par rapport à la façon dont les choses ont tourné pour lui avec les Sénateurs, seul club qu’il a connu lors des 10 premières années de sa carrière. 

Il ne sait pas trop comment il va réagir quand la foule du CCT va le saluer pendant le match de samedi. 

«Je n’ai aucune idée de ce que je vais faire, j’essaie de ne pas y penser. Je sais que ça s’en vient, je sais que c’est là, mais ce qui va arriver dans le moment va arriver, je vais essayer de le savourer. Je n’ai eu que de bons souvenirs ici et je regarde vers l’avant en espérant pouvoir en créer de nouveaux. Demain après-midi va être un autre de ces bons souvenirs», a ajouté le défenseur qui a récolté deux buts et 13 passes en 26 matches avec les Sharks cette saison.