Erik Gustafsson met en échec Jean-Gabriel Pageau au cours de la première période, mercredi, à Chicago.

Karlsson «dévasté» par la défaite suédoise

CHICAGO — La victoire du Canada contre la Finlande mercredi aux Jeux olympiques de PyeongChang, et l’élimination surprise de la Suède aux mains de l’Allemagne n’a fait jaser qu’un petit peu mercredi alors que les Sénateurs et les Blackhawks se préparaient pour leur affrontement.

Il y a bien le capitaine des Sénateurs Erik Karlsson qui s’est dit « dévasté » par le revers de ses compatriotes, lui qui s’est levé très tôt pour regarder la rencontre à la télévision, émettant des messages d’encouragement sur son compte Twitter pendant celle-ci.

« La Suède ne ramènera pas de médailles au hockey cette fois. J’imagine que je vais devoir encourager le deuxième pays qui est mon chez-moi à la place », a-t-il écrit après la défaite en prolongation du « Tre Kronor », ajoutant des petits drapeaux de la Suède et du Canada.

Karlsson n’a cependant pas voulu en parler après la pratique optionnelle des siens au United Center, réservant ses commentaires pour après le match contre les Hawks, probablement pour éviter surtout de parler des nouvelles rumeurs d’échange le concernant, fondées ou non.

Ce qui est apparemment certain, c’est que ses coéquipiers des Sénateurs ne lui ont pas tiré la pipe pour cette défaite inattendue.

« Non, on ne l’a pas taquiné. Ça aurait été différent s’il y avait un membre de l’équipe, là on aurait pu le faire. Mais ce n’était pas le cas », a souligné l’attaquant Mark Stone.

Ce n’est évidemment pas le cas parce que la Ligue nationale de hockey a décidé de ne pas interrompre ses activités pour permettre à ses meilleurs employés de prendre le chemin de la Corée du Sud afin de se disputer l’or olympique. Karlsson aurait assurément été là, et Stone aurait possiblement eu la chance de faire partie de l’équipe nationale canadienne si le commissaire Gary Bettman et compagnie avaient pu s’entendre avec le Comité international olympique.

« C’est dommage, je sais que plusieurs gars dans la ligue voulaient y aller pour représenter leur pays, c’est tellement un gros événement sportif. Les joueurs de hockey adorent représenter leur pays lors de n’importe quel tournoi, surtout au plus haut niveau possible comme aux Olympiques, a souligné Stone. Mais en même temps, c’est cool de voir d’autres gars jouer, j’ai plusieurs amis qui sont là-bas, comme Kels (l’ancien Sénateur Chris Kelly, capitaine d’Équipe Canada). J’ai aussi grandi avec (Quinton) Howden qui joue aussi pour le Canada, ainsi que Brooks Macek, un gars de Winnipeg qui joue pour l’Allemagne (adversaire des Canadiens en demi-finale). »

Le centre Matt Duchene a remporté l’or aux Jeux de 2014 à Sotchi, en Russie, et il suit ce qui se passe présentement à PyeongChang d’un œil plutôt distrait.

« Je ne regarde pas trop ça. Je n’allais certainement pas me lever à 7 h le jour d’un match (des Sénateurs) pour regarder Canada-Finlande. Mais je les encourage à distance, il y a plusieurs gars que je connais qui sont là-bas », a confié Duchene.

Son coéquipier à Sotchi Jonathan Toews a suivi les tournois masculin et féminin avec plus d’attention et il entendait regarder la finale opposant le Canada aux États-Unis chez les femmes après le match de mercredi soir. « Ce sont deux équipes qui s’affrontent très souvent et la rivalité est grande. J’ai hâte de regarder ça, surtout que je connais plusieurs joueuses de la formation canadienne », a-t-il indiqué.

Dumont retourne avec le Lightning

C’est parce que l’attaquant Bobby Ryan devrait être en mesure de jouer jeudi soir et qu’ils avaient besoin d’une place pour lui dans l’alignement que les Sénateurs ont soumis Gabriel Dumont au ballottage avec l’intention de le céder au club-école de Belleville, sauf que son ancien club, le Lightning de Tampa Bay, a contrecarré ce plan, sélectionnant l’attaquant québécois au ballottage. Comme il avait été acquis par Ottawa par cette même voie à la fin novembre, le Lightning a pu le céder à sa filiale de Syracuse. « Je le connais depuis longtemps, j’ai contribué à le faire repêcher chez les juniors ainsi que par Montréal, avant de le diriger (à Hamilton) et maintenant dans la LNH. J’ai toujours eu beaucoup de respect pour lui, j’aime l’individu, il a d’excellents éléments intangibles... Pierre voulait réduire notre nombre de joueurs, donc si on ne peut l’avoir avec nous, c’est bien qu’il aille à un endroit qu’il connaît et une équipe qui le respecte et reconnaît sa valeur », a dit Guy Boucher au sujet de Dumont, qui a récolté un but et une passe en 23 parties avec Ottawa.