Erik Karlsson a enfilé le chandail des Sharks après avoir participé à un premier entraînement avec ses nouveaux coéquipiers

Karlsson débarque à San Jose

Erik Karlsson a amorcé ce qu’il a qualifié de « nouveau chapitre » mercredi quand il s’est rapporté au camp des Sharks de San Jose.

L’ancien capitaine et joueur de franchise des Sénateurs a participé à un premier entraînement avec ses nouveaux coéquipiers en matinée, puis il a été présenté à la presse locale lors d’une conférence tenue dans un hôtel du centre-ville.

À cette occasion, il a peu parlé de tout ce qui s’est passé dans la capitale nationale pour qu’il aboutisse dans le nord de la Californie. « C’était une tempête parfaite dans le mauvais sens », a-t-il déclaré au sujet de la cauchemardesque saison 2017-2018 de son ancienne équipe, une campagne marquée ensuite par les accusations de cyberintimidation déposée par son épouse Melinda à l’endroit de la fiancée de son ancien coéquipier Mike Hoffman.

Concernant l’échange de jeudi dernier qui l’a vu passer aux Sharks contre deux joueurs de la LNH, deux espoirs et au moins deux choix de repêchage, il a réitéré qu’il ne tenait pas rancune à la direction des Sénateurs d’avoir mis fin à son séjour de neuf ans à Ottawa, où il entend conserver sa résidence principale.

« C’était leur décision d’aller dans cette direction. Et je la respecte. Je ne leur souhaite que du bien... Et j’espère qu’ils vont accomplir tout ce qu’ils espèrent réaliser », a-t-il noté.

Karlsson venait d’endosser le chandail bleu sarcelle des Sharks, après que le DG Doug Wilson se soit dit « convaincu qu’il va avoir fière allure en teal ». « Ça fait ressortir mon bronzage », a blagué le Suédois qui a raconté avoir réussi à jouer quelques rondes de golf de plus au Royal Ottawa alors qu’il attendait son visa de travail.

Le directeur général des Sharks de San Jose, Doug Wilson, et l’entraîneur, Peter DeBoer, ont accueilli officiellement Erik Karlsson dans l’organisation californienne.

Sur un sujet plus sérieux, celui de la possibilité de signer une prolongation de contrat avec les Sharks, il s’est fait plus avare de commentaires.


«  Pour l’instant, je me concentre sur le début de la saison, je veux commencer du mieux que je peux pour aider cette équipe à gagner des matches.  »
Erik Karlsson

« Pour l’instant, je me concentre sur le début de la saison, je veux commencer du mieux que je peux pour aider cette équipe à gagner des matches. J’en suis là et nous allons partir de là », a-t-il noté, lui qui devrait attendre après la date limite des échanges de la fin février pour obtenir un contrat avec le maximum de huit ans des Sharks, selon une clause obscure de la convention collective de la LNH.

Les Sharks ont déjà commencé une sérieuse campagne pour le convaincre de rester avec eux pour plusieurs années, Wilson étant venu à Ottawa la semaine dernière pour compléter les négociations avec les Sénateurs et lui souhaiter la bienvenue dans son équipe, qui a acheté une pleine page d’annonce dans un journal local et une affiche le long d’une autoroute passante pour souligner son arrivée. L’entraîneur-chef Peter DeBoer a aussi révélé mercredi qu’il avait rencontré Karlsson et son épouse à Toronto quelques jours avant l’échange, passant « du temps de qualité avec des gens de qualité », a-t-il dit. « Il n’aura pas à s’ajuster, il a juste à jouer à sa façon, il est un des meilleurs joueurs au monde », a-t-il mentionné en conférence de presse.

Lors de son point de presse avant de quitter le Centre Canadian Tire jeudi dernier, Karlsson n’avait pas prononcé le nom du propriétaire des Sénateurs Eugene Melnyk, qui est blâmé par plusieurs amateurs pour son départ controversé. À l’inverse, il a louangé le propriétaire des Sharks Hasso Plattner, à qui il n’a pourtant parlé qu’au téléphone.

Mark Stone nie vouloir quitter Ottawa

Tant que leur avenir avec les Sénateurs ne sera pas clarifié, il risque d’y avoir des rumeurs de toutes sortes concernant Mark Stone et Matt Duchene qui vont fuser de toutes parts.

On en a eu un premier aperçu mercredi alors que l’animateur de TVA Sports Louis Jean a affirmé dans le cadre d’une intervention à l’émission de Dave Morrissette mardi soir que Stone souhaiterait quitter la capitale nationale vu que l’équipe ne parvient pas à mettre sous contrat ses meilleurs joueurs comme Erik Karlsson. 

« Ce qu’on m’a dit, c’est que Mark Stone ne veut plus être à Ottawa. Il ne veut plus jouer à Ottawa », a dit Jean, qui a travaillé dans la région d’Ottawa il y a quelques années. Il a ajouté un « bémol » à cette information plus tard dans l’entrevue en disant que la situation pourrait changer si l’équipe redevenait compétitive et qu’il se voyait confier le titre de capitaine.

Stone a semblé surpris lorsque Le Droit lui a demandé ce qu’il pensait de cette affirmation. « Qui a dit ça ? Je n’ai jamais entendu parler de Louis Jean auparavant, je ne sais pas où il aurait pu trouver cette information. J’adore ça ici, le dernier mois a été très bon pour moi. J’ai aimé mes quatre années précédentes ici et je veux rester ici. Donc encore une fois, je ne sais pas qui est Louis Jean et je n’ai jamais dit ça une seule fois », a-t-il affirmé.

Stone, qui a signé un contrat d’un an pour 7,35 millions $ juste avant de passer devant un arbitre en août, a ensuite ajouté qu’il « aime ce qu’on a dans le vestiaire, on a ajouté de bons morceaux, de bonnes personnes. Nous avons des jeunes avec beaucoup de talent qui vont contribuer tout de suite... On forme de bons liens comme groupe, on va être un groupe de 22 joueurs, pas un show d’un ou deux joueurs. »

Les Sénateurs devront attendre le début du mois de janvier avant de reprendre les négociations avec lui.