Dans la séquence de huit parties sans défaite en temps réglementaire des Sénateurs, Karlsson avait été «limité» à six passes avant d'y aller d'un but et deux passes jeudi contre Montréal.

Karlsson avait besoin d'une pause

Erik Karlsson a finalement brisé sa résolution du Nouvel An de ne plus parler aux journalistes locaux, vendredi.
Le défenseur des Sénateurs ne s'était pas rendu disponible aux médias depuis la publication d'un mystérieux tweet sur son compte personnel, où il avait dit que «2013 a été la pire année de tous les temps. Vivement 2014», accompagnant le tout d'une photo où il n'avait pas l'air trop joyeux.
Karlsson a mentionné vendredi qu'il ne fallait pas faire tout un plat de son silence radio depuis.
«J'avais besoin d'une petite pause, a-t-il lancé. Je voulais mettre l'accent sur mon jeu. Nous avons commencé à gagner des parties et je me sens mieux avec ma façon de jouer. Tout le monde a besoin d'une petite pause parfois.»
L'année 2013 au niveau hockey n'a effectivement pas été facile pour lui. On a qu'à penser à sa déchirure au tendon d'Achille, en février dernier, à la suite du coup de patin de Matt Cooke, qui a gâché sa saison 2013. Ou au départ de son ami et mentor Daniel Alfredsson, l'été dernier.
Mais son message du 31 décembre n'explique pas sa décision de prendre congé des journalistes, a-t-il dit.
«Non, je pense que c'était juste un mauvais synchronisme avec tout. L'un n'a rien à voir avec l'autre. C'était un choix personnel de prendre un congé pendant que nous étions sur la route. Nous étions partis un bout de temps, je voulais me concentrer à jouer et à gagner des parties, ce que nous avons fait. Nous avons traversé des moments difficiles, et je pense que récemment, on s'est mis à gagner et tout le monde se sent mieux. On fait tous les choses différemment parfois et pour moi, c'était de m'évader un peu de tout ce qui était en dehors de la patinoire. Ça m'a beaucoup aidé», a ajouté Karlsson.
«Limité» à six passes
Dans la séquence de huit parties sans défaite en temps réglementaire des Sénateurs, Karlsson avait été «limité» à six passes avant d'y aller d'un but et deux passes jeudi contre Montréal.
Il est toujours le meilleur marqueur de son équipe avec ses 11 buts et 35 passes pour 46 points, ce qui est aussi un sommet chez les défenseurs de la LNH.
Pendant le dernier voyage, Karlsson n'avait même pas voulu commenter sa sélection au sein de l'équipe olympique de la Suède. Il l'a fait vendredi: «J'attendais ce jour-là depuis longtemps. Quand ce moment va arriver, je vais être très excité. Ça va être une expérience qui, je l'espère, va changer ma carrière un peu.»
Le numéro 65 des Sénateurs espérait bien avoir la chance de compter un but contre son compatriote Henrik Lundqvist (qui sera son coéquipier à Sotchi) lors du match contre les Rangers, samedi. Leur entraîneur Alain Vigneault a cependant contrecarré ses plans; c'est Cam Talbot qui affrontera les tirs des Sénateurs lors de ce premier d'une série de deux matches en deux jours pour les Blueshirts, qui seront à Washington dimanche.