Les Sénateurs se sont contentés de choisir Brady Tkachuk (centre) au 4e rang avant d’échanger le 22e choix obtenu de Pittsburgh pour Derick Brassard aux Rangers de New York.

Juste un échange de choix

DALLAS — Pierre Dorion avait bien dit jeudi qu’il allait se concentrer sur le repêchage en fin de semaine.

Le d.g. des Sénateurs a tenu parole alors que même si plusieurs observateurs s’attendaient à ce qu’il échange quelques-uns de ses vétérans, il s’est contenté de choisir Brady Tkachuk au 4e rang avant d’échanger le 22e choix obtenu de Pittsburgh pour Derick Brassard aux Rangers de New York, reculant de quatre rangs pour obtenir un choix de deuxième ronde (le 48e). Avec la 26e sélection, il a opté pour le défenseur Jacob Bernard-Docker (voir autre texte).

Ironiquement, les Sénateurs avaient donné leur deuxième choix (33e) à ces mêmes Rangers dans l’échange qui leur avait permis d’acquérir le centre gatinois contre Mika Zibanejad. Choix refilé ensuite à Detroit par les Rangers.

Ça a été l’un des deux seuls échanges que le commissaire Gary Bettman a eu à annoncer pendant la première ronde (l’échange qui a envoyé Philipp Grubauer et Brooks Orpik au Colorado contre un deuxième choix a été effectué avant le début de l’encan). L’autre a vu les Maple Leafs reculer eux aussi de quelques rangs (25e au 29e rangs) dans un troc avec les Blues de St. Louis, qui leur ont cédé un choix de troisième ronde pour parler plus tôt.

Dorion pourra toujours se reprendre samedi avec ses vétérans. 

Il n’a rien fait pour arrêter les rumeurs lui prêtant l’intention d’expédier son capitaine Erik Karlsson dans le désert de l’Arizona alors qu’il a eu une longue conversation avec son homologue des Golden Knights de Vegas, George McPhee, moins d’une heure avant le début du repêchage, au vu et au su de tous les journalistes présents à Dallas.

Plus tôt dans la journée, un autre nom s’est ajouté à la liste de vétérans que les Sénateurs seraient intéressés à liquider cet été dans l’espoir d’améliorer leur sort alors que le gardien Craig Anderson, par l’entremise de son agent, aurait exprimé le souhait de poursuivre sa carrière ailleurs, après sept saisons dans la capitale nationale.

Âgé de 37 ans, il ne sera pas nécessairement évident de l’insérer dans le jeu de chaise musicale annuel des gardiens puisqu’il vient de connaître une des pires saisons de sa carrière, avec une moyenne de 3,32 et un taux d’efficacité de ,898.

Avec Grubauer qui a été échangé, il y a une option de moins pour possiblement remplacer Anderson. Il y aura quelques autres vétérans disponibles sur le marché des agents libres, incluant l’ancien Sénateur Robin Lehner, les Sabres ayant décidé de ne pas lui faire d’offre qualificative à un coût de 4 M $. Jonathan Bernier devrait aussi quitter l’Avalanche et être agent libre le 1er juillet.

Les vétérans Bobby Ryan et Zack Smith sont aussi impliqués dans les rumeurs de transaction, tout comme le centre Jean-Gabriel Pageau semble-t-il. Mais leurs noms circulaient également à la date limite des échanges en février et Dorion n’avait pas obtenu d’offres à son goût.

LE REPÊCHAGE EN BREF

Groulx devra patienter

DALLAS — Le centre gatinois des Mooseheads de Halifax Benoit-Olivier Groulx n’a finalement pas entendu son nom être prononcé dans les haut-parleurs du American Airlines Arena vendredi soir. Il devra donc patienter jusqu’à samedi matin avant de connaître l’identité de son futur club de la LNH.

« Je ne sais vraiment pas ce qui va se passer. Je pensais avoir un bon feeling pour la première ronde, mais plus ça approche, moins je suis certain. Ça reste une super belle expérience de partager ça avec lui », avait confié son père Benoît Groulx quelques heures avant le début de l’encan.

Un dépisteur québécois qui a demandé l’anonymat a confié qu’il aime beaucoup le jeune Groulx, mais qu’il y avait certains de ses collègues qui avaient des réserves concernant son coup de patin.

« Il a un excellent caractère et il travaille fort sur les 100 pieds de la patinoire, c’est le genre de joueur que tout entraîneur va adorer. Son coup de patin va peut-être le rattraper dans la LNH, bien qu’il ne patine quand même pas tout croche. Avec le développement des joueurs de nos jours cependant, c’est l’élément du jeu d’un joueur qu’il est le plus possible d’améliorer », a-t-il confié au Droit.

Zadina pas content

Plusieurs partisans des Sénateurs espéraient que le Canadien sélectionne le centre finlandais Jesperi Kotkaniemi avec le troisième choix au total, pour permettre à leurs favoris de sélectionner ensuite le Tchèque Filip Zadina, coéquipier de Groulx à Halifax. Quand ils l’ont ignoré, il s’est plutôt retrouvé avec les Red Wings de Detroit au sixième rang.

« Quand je vais jouer contre Montréal et Ottawa, je vais vouloir remplir le filet pour leur montrer qu’ils n’ont pas pris la bonne décision », a déclaré Zadina.

Entre les lignes 

Croisé vendredi, le super-agent Pat Brisson était un homme occupé quelques heures avant la première ronde du repêchage, lui qui avait plusieurs clients québécois (incluant Benoit-Olivier Groulx) qui avaient des chances d’être sélectionnés.

Interrogé par Le Droit à savoir si l’été d’enfer des Sénateurs avaient un impact sur le désir du centre Matt Duchene, un autre de ses clients, d’accepter une prolongation de contrat après le 1er juillet, il a indiqué : « On n’est pas rendu là. On va voir ce qui va se passer au repêchage et on va en discuter après », a indiqué l’ancien Olympique de Hull.

Le premier choix des Blue Jackets de Columbus Liam Foudy a une connexion avec Ottawa, son père Sean ayant joué pour les Rough Riders au début des année 1990.