Connor McDavid affrontera les Sénateurs jeudi pour une deuxième fois cette saison.

Jouer pour l’honneur

En cette fin de saison terne, on attendait avec impatience ce duel entre deux des meilleurs joueurs sur la planète.

Connor McDavid sera présent. Il est débarqué à Ottawa en début d’après-midi, mercredi. Il s’est entraîné brièvement au Centre Canadian Tire, en prévision de son deuxième et dernier affrontement de la saison contre les Sénateurs.

Erik Karlsson pourrait l’affronter, jeudi soir. Il pourrait aussi choisir d’étirer davantage son congé. La direction des Sénateurs ne va certainement pas lui mettre de pression. Le capitaine, qui traverse une dure épreuve, reviendra quand il se sentira prêt.

Sinon, ce sera un duel entre deux formations qui croupissent dans les bas fonds du classement.

Deux formations qui ont grandement déçu leurs partisans, cette saison.

«Nous sommes dans le même bateau, croit Matt Duchene. Avant le début de la saison, si quelqu’un avait prédit une finale de la coupe Stanley entre Ottawa et Edmonton, personne n’aurait ri. En ce moment, on joue pour la même raison. Nous avons le même objectif.»

Les Sénateurs, comme les Oilers, jouent pour l’honneur.

Les représentants de la capitale albertaine ont plutôt bien paru à leur dernière sortie. Mardi soir, en Caroline, ils ont corrigé les Hurricanes, 7-3.

«Dernièrement, nous jouons très bien. Nous nous amusons. Nous ne ressentons pas la pression. Nous avons du plaisir. Idéalement, il aurait fallu trouver cet état d’esprit plus tôt, dans la saison. Ça n’a pas fonctionné comme nous aurions voulu. Nous pouvons quand même trouver une façon de compléter l’année en force», commentait Ryan Nugent-Hopkins, mercredi.

«J’espère que nous allons trouver une façon d’étirer notre séquence et de continuer à bien jouer», s’est exclamé son entraîneur, Todd McLellan.

Les Sénateurs s’en tiraient plutôt bien, eux aussi, depuis un certain temps. Après neuf matches, en mars, ils présentaient une fiche fort respectable de 5-3-1. Leurs quatre revers avaient été subis dans des matches où un seul but avait fait la différence.

Mardi, ça s’est passé différemment. Ils ont été complètement dominés par les Panthers de la Floride, dans un match qu’ils ont perdu 7-2.

L’entraîneur-chef Guy Boucher a invoqué des circonstances atténuantes.

«Après le match, je n’ai pas trop voulu m’étendre là-dessus. Je ne voulais pas chercher des excuses, trop rapidement, pour expliquer notre contre-performance. Je dois être honnête envers nos joueurs. Nous avons vécu une journée très difficile. Cette journée fut difficile pour tout le monde», dit-il.

Au CCT, dans une certaine mesure, tout le monde partage le deuil de Karlsson.

«Il y a plusieurs jeunes couples au sein de l’organisation. L’épouse d’Erik n’était pas la seule à porter un enfant. C’est dur. Le côté humain et les émotions ont vite pris le dessus, mardi. Ça se sentait avant le match. Dans notre vestiaire, il flottait un silence de mort. C’était la même chose, plus tard, sur le banc des joueurs. Les gars se sont battus, quand même, du mieux qu’ils ont pu. Je ne me souviens pas de la dernière fois que notre équipe a connu un match comme celui-là.»

Boucher espère que les choses se passeront différemment, pour son équipe, contre les Oilers.

«La performance de mardi est excusée. Maintenant, notre devoir consiste à rebondir. Il faudra offrir un meilleur effort et faire notre travail.»


•••


Le petit garçon devait s’appeler Axel

Tandis que la séance d’entraînement des Sénateurs tirait à sa fin, mercredi après-midi, Erik Karlsson s’est branché sur Internet pour écrire à ses fans. 

Dans un bref message partagé dans les réseaux sociaux, le capitaine des Sénateurs a voulu remercier tous ceux qui lui ont accordé du soutien dans les dernières heures.

«Durant cette période très éprouvante, il est difficile de voir la lumière au bout du tunnel. Un jour, nous réussirons», a-t-il écrit.


Karlsson et son épouse, Melinda, ont annoncé que leur bébé est mort-né. Le couple a également choisi de révéler le prénom qu’ils avaient choisi pour le garçon qu’ils attendaient avec impatience. 

«Nous nous considérons chanceux d’être les parents d’Axel. Cet enfant nous a permis de vivre des moments de bonheur que nous ne pourrons jamais oublier.»

Karlsson demande aux partisans de continuer à respecter sa vie privée. 

Dans le vestiaire, ses coéquipiers ont été nombreux à lui envoyer des messages.  «Cette équipe est remplie de jeunes couples qui songent à fonder des familles. Il faut leur laisser le temps et l’espace nécessaire pour leur permettre de faire leur deuil et de nous revenir en pleine santé, mentalement et émotivement», a commenté le défenseur Mark Borowiecki.