Le joueur de centre des Sénateurs, Josh Norris, se dit être prêt à évoluer à l’aile la saison prochaine, si cela peut lui permettre de faire le saut dans la LNH dèsl cette saison.

Josh Norris mise sur sa polyvalence

N’allez pas dire à Josh Norris qu’il part avec une prise contre lui au camp d’entraînement des Sénateurs parce qu’il a raté la deuxième moitié de la dernière saison parce qu’il a été opéré à une épaule.

Le jeune centre américain qui a signé son premier contrat professionnel cet été, quittant l’université du Michigan après deux saisons, part probablement avec une longueur d’avance sur un espoir comme Logan Brown, mais ça ne le dérange vraiment pas. Il est d’ailleurs bien prêt à jouer à l’aile si c’est pour lui permettre de donner ses premiers coups de patin chez les professionnels dans la LNH plutôt qu’à Belleville, dans la Ligue américaine.

« Je pense que je suis assez polyvalent. J’ai joué sur l’équipe nationale au Championnat mondial junior il y a deux ans comme ailier droit, même si je suis gaucher. Que ce soit au haut ou au bas de l’alignement, je pense que je peux jouer n’importe où », a-t-il lancé en rencontrant les médias locaux après l’entraînement des jeunes Sénateurs qui ont pris le chemin de Belleville pour le tournoi des espoirs jeudi.

Norris sera lancé dans la mêlée vendredi soir contre les jeunes Jets de Winnipeg, mais l’entraîneur Troy Mann a laissé entendre qu’il n’est pas question pour lui de jouer la partie de samedi contre les espoirs du Canadien de Montréal. « Comme il revient d’une blessure, on ne prendra pas de chance avec lui », a-t-il indiqué.

Norris a laissé entendre qu’il n’est pas trop anxieux de mettre son épaule, disloquée au dernier Championnat mondial de hockey junior à Vancouver, à l’épreuve pour la première fois.

« J’ai demandé à quelques gars de me bousculer lors de certains exercices. Ça a bien tenu. On m’a frappé assez solidement et je n’ai pas eu de problème, je me sens à 100 %. On va voir comment ça va se passer dans un match. Il n’y a rien comme un vrai match, c’est certain. Mais je me sens bien. Je suis prêt à commencer, a-t-il dit. Je ne pense pas que ça va me nuire. Tout le monde a des blessures dans un sport physique comme le hockey. J’ai parlé à des gars qui ont été blessés en février ou mars qui sont dans le même bateau que moi. S’il y a quelque chose, ça m’a donné un avantage. J’ai pu m’entraîner plus fort, plus longtemps afin d’être en meilleure forme et plus affamé pour faire mes preuves. »

Avant son dernier match à Vancouver, Norris avait épaté la galerie, récoltant 10 buts et 19 points en 17 matches avec les Wolverines. Même s’il n’est pas revenu après les Fêtes, il a quand même été le candidat de son club pour le trophée Hobey Baker de meilleur joueur universitaire dans la NCAA.

Dans l’esprit des dirigeants des Sénateurs, ce premier choix des Sharks (19e au total en 2017) est un espoir clé obtenu dans l’échange d’Erik Karlsson, en même temps que les Dylan DeMelo, Chris Tierney et Rudolfs Balcers.

« Je ne ressens pas de pression parce que j’ai fait partie de cet échange. Je ne changerai pas ma façon de jouer. L’échange ne va pas définir qui je suis, c’est la même chose pour tous les autres qui ont été impliqués dans celui-ci. Je vais juste travailler fort et voir où ça va me mener », a noté l’ancien coéquipier de Brady Tkachuk au sein de l’équipe nationale américaine des moins de 18 ans, qui espère évidemment jouer plusieurs années à ses côtés à Ottawa.

+

LES SÉNATEURS EN BREF

Chabot à Chicago

Pendant que les espoirs des Sénateurs sautaient sur la glace du Sensplex avant de prendre le chemin de Belleville pour leur tournoi contre Winnipeg et Montréal, le défenseur étoile Thomas Chabot a succédé à Matt Duchene comme représentant de l’équipe à la journée médias que la LNH tient annuellement, cette fois à Chicago. L’arrière québécois s’est promené sur toutes les tribunes et il a notamment mentionné en entrevue avec Sportsnet qu’il s’attend « à un camp d’entraînement très compétitif, il va y avoir plusieurs bonnes batailles pour des postes ». Concernant ses négociations pour une prolongation de contrat qui ont commencé lentement au cours de la période estivale, celui qui sera joueur autonome avec restriction l’été dernier a réitéré qu’il espère qu’une entente pourra être négociée parce qu’il « adore ça à Ottawa ».

Entre les lignes

  • L’entraîneur-chef Troy Mann a indiqué que le gardien suédois Filip Gustavsson obtiendra le départ vendredi soir contre les Jets lors du tournoi des espoirs à Belleville, tandis que Joey D’Accord sera appelé à affronter les espoirs du Canadien de Montréal samedi. Les jeunes Kevin Mandolese et Mats Sogaard, qui vont retourner chez les juniors après quelques jours au camp principal, vont se partager le travail lors du match de lundi contre les Jets.
  • Les trois parties du tournoi seront retransmises en ligne sur le site de TSN.ca.
  • Le gardien Craig Anderson est de retour en ville et il a participé à la dernière sortie de la tournée des Sénateurs dans la région à Perth jeudi soir. En route, il a accordé une entrevue à TSN 1200 où il a dit qu’il est « trop tôt pour dire si je vais continuer à jouer (après la saison 2019-2020, dernière de son contrat), je sais que je vis sur du temps emprunté (à 38 ans), mais si je suis encore utile, je prendrai une décision à la fin de l’année ».