Le joueur de centre des Sénateurs, Josh Norris, se dit être prêt à évoluer à l’aile la saison prochaine, si cela peut lui permettre de faire le saut dans la LNH dèsl cette saison.

Josh Norris mise sur sa polyvalence

N’allez pas dire à Josh Norris qu’il part avec une prise contre lui au camp d’entraînement des Sénateurs parce qu’il a raté la deuxième moitié de la dernière saison parce qu’il a été opéré à une épaule.

Le jeune centre américain qui a signé son premier contrat professionnel cet été, quittant l’université du Michigan après deux saisons, part probablement avec une longueur d’avance sur un espoir comme Logan Brown, mais ça ne le dérange vraiment pas. Il est d’ailleurs bien prêt à jouer à l’aile si c’est pour lui permettre de donner ses premiers coups de patin chez les professionnels dans la LNH plutôt qu’à Belleville, dans la Ligue américaine.

« Je pense que je suis assez polyvalent. J’ai joué sur l’équipe nationale au Championnat mondial junior il y a deux ans comme ailier droit, même si je suis gaucher. Que ce soit au haut ou au bas de l’alignement, je pense que je peux jouer n’importe où », a-t-il lancé en rencontrant les médias locaux après l’entraînement des jeunes Sénateurs qui ont pris le chemin de Belleville pour le tournoi des espoirs jeudi.

Norris sera lancé dans la mêlée vendredi soir contre les jeunes Jets de Winnipeg, mais l’entraîneur Troy Mann a laissé entendre qu’il n’est pas question pour lui de jouer la partie de samedi contre les espoirs du Canadien de Montréal. « Comme il revient d’une blessure, on ne prendra pas de chance avec lui », a-t-il indiqué.

Norris a laissé entendre qu’il n’est pas trop anxieux de mettre son épaule, disloquée au dernier Championnat mondial de hockey junior à Vancouver, à l’épreuve pour la première fois.

« J’ai demandé à quelques gars de me bousculer lors de certains exercices. Ça a bien tenu. On m’a frappé assez solidement et je n’ai pas eu de problème, je me sens à 100 %. On va voir comment ça va se passer dans un match. Il n’y a rien comme un vrai match, c’est certain. Mais je me sens bien. Je suis prêt à commencer, a-t-il dit. Je ne pense pas que ça va me nuire. Tout le monde a des blessures dans un sport physique comme le hockey. J’ai parlé à des gars qui ont été blessés en février ou mars qui sont dans le même bateau que moi. S’il y a quelque chose, ça m’a donné un avantage. J’ai pu m’entraîner plus fort, plus longtemps afin d’être en meilleure forme et plus affamé pour faire mes preuves. »

Avant son dernier match à Vancouver, Norris avait épaté la galerie, récoltant 10 buts et 19 points en 17 matches avec les Wolverines. Même s’il n’est pas revenu après les Fêtes, il a quand même été le candidat de son club pour le trophée Hobey Baker de meilleur joueur universitaire dans la NCAA.

Dans l’esprit des dirigeants des Sénateurs, ce premier choix des Sharks (19e au total en 2017) est un espoir clé obtenu dans l’échange d’Erik Karlsson, en même temps que les Dylan DeMelo, Chris Tierney et Rudolfs Balcers.

« Je ne ressens pas de pression parce que j’ai fait partie de cet échange. Je ne changerai pas ma façon de jouer. L’échange ne va pas définir qui je suis, c’est la même chose pour tous les autres qui ont été impliqués dans celui-ci. Je vais juste travailler fort et voir où ça va me mener », a noté l’ancien coéquipier de Brady Tkachuk au sein de l’équipe nationale américaine des moins de 18 ans, qui espère évidemment jouer plusieurs années à ses côtés à Ottawa.

+

LES SÉNATEURS EN BREF

Chabot à Chicago

Pendant que les espoirs des Sénateurs sautaient sur la glace du Sensplex avant de prendre le chemin de Belleville pour leur tournoi contre Winnipeg et Montréal, le défenseur étoile Thomas Chabot a succédé à Matt Duchene comme représentant de l’équipe à la journée médias que la LNH tient annuellement, cette fois à Chicago. L’arrière québécois s’est promené sur toutes les tribunes et il a notamment mentionné en entrevue avec Sportsnet qu’il s’attend « à un camp d’entraînement très compétitif, il va y avoir plusieurs bonnes batailles pour des postes ». Concernant ses négociations pour une prolongation de contrat qui ont commencé lentement au cours de la période estivale, celui qui sera joueur autonome avec restriction l’été dernier a réitéré qu’il espère qu’une entente pourra être négociée parce qu’il « adore ça à Ottawa ».

Entre les lignes

  • L’entraîneur-chef Troy Mann a indiqué que le gardien suédois Filip Gustavsson obtiendra le départ vendredi soir contre les Jets lors du tournoi des espoirs à Belleville, tandis que Joey D’Accord sera appelé à affronter les espoirs du Canadien de Montréal samedi. Les jeunes Kevin Mandolese et Mats Sogaard, qui vont retourner chez les juniors après quelques jours au camp principal, vont se partager le travail lors du match de lundi contre les Jets.
  • Les trois parties du tournoi seront retransmises en ligne sur le site de TSN.ca.
  • Le gardien Craig Anderson est de retour en ville et il a participé à la dernière sortie de la tournée des Sénateurs dans la région à Perth jeudi soir. En route, il a accordé une entrevue à TSN 1200 où il a dit qu’il est « trop tôt pour dire si je vais continuer à jouer (après la saison 2019-2020, dernière de son contrat), je sais que je vis sur du temps emprunté (à 38 ans), mais si je suis encore utile, je prendrai une décision à la fin de l’année ».

Sénateurs

Les Sénateurs encaissent un premier revers

On savait bien que ça finirait par arriver. Les Sénateurs d'Ottawa n'allaient quand même pas traverser le calendrier préparatoire sans subir un seul revers!

La première défaite a été encaissée samedi soir. Dans le deuxième - et dernier - match préparatoire disputé sur leur patinoire, ils ont été blanchis, 4-0, par le Canadien de Montréal.

Jeff Petry, Jake Evans, Tomas Tatar et Phillip Danault ont inscrit les buts du Tricolore, dans un building encore une fois rempli à moitié par leurs fans.

Trois des quatre buts ont été marqués lors de supériorités numériques.

Les unités spéciales des Sénateurs n’ont simplement pas été à la hauteur.

Les joueurs de D.J. Smith ont obtenu les premières opportunités d’attaquer à cinq contre quatre, en début de soirée. Ça n’a rien donné.

«Tout ça ne fait que nous rappeler qu’il nous reste beaucoup de travail à faire en prévision de la saison régulière», a conclu Thomas Chabot après la rencontre.

Deux jours après avoir signé son nouveau contrat de huit ans, le jeune défenseur beauceron portait un «A» sur son chandail. Il s’agissait d’une première.

Les unités spéciales ne racontent pas toute l’histoire du match.

«Nous n’étions pas les premiers sur la rondelle. Nous n’avons pas assez travaillé à l’intérieur de l’enclave. Nous n’avons pas réussi à travailler aussi fort qu’eux. Ils nous ont complètement défoncés dans les cercles des mises en jeu», résume Dylan DeMelo.

«Nous avons laissé passé plusieurs opportunités de lancer. Surtout dans les deux premières périodes. Nous avons commencé à faire les choses correctement en troisième. C’était trop peu, trop tard», ajoute le jeune vétéran de la brigade défensive.

La soirée a été plutôt difficile pour plusieurs jeunes joueurs qui cherchent à impressionner les dirigeants des Sénateurs.

Drake Batherson s’est plutôt bien débrouillé. Il a fait partie du trio le plus dangereux d’Ottawa, avec Anthony Duclair et Jean-Gabriel Pageau.

Josh Norris, Jonathan Davidsson, Alex Formenton et Filip Chlapik n’ont pas eu autant de succès.

Les décisions finales, celles qui mèneront aux dernières coupes, pourraient être plus faciles que prévu.

«Tout fait partie d’un long processus d’apprentissage pour les jeunes, insiste l’entraîneur-chef Smith. La Ligue nationale, ce n’est pas facile. Les meilleurs joueurs qu’on retrouve dans cette ligue sont capables de jouer de la même façon, soir après soir. Les jeunes connaissent autant de mauvais matches que de bons matches. C’est normal. Tout ça fait partie du processus.»

Craig Anderson a encaissé le revers. Il a quand même bien fait. Il a encaissé ses deux buts dans un deuxième tiers où il a fait face à 18 lancers.

En troisième période, Joey Daccord a été battu deux fois sur cinq tirs.

Les Sénateurs blanchis 4-0

Sénateurs

Deux victoires en matches hors-concours n'impressionnent pas Anderson

Le niveau d’enthousiasme est élevé chez les Sénateurs cette semaine après les deux victoires contre les Maple Leafs en matches hors-concours ainsi que la prolongation de contrat signée par Thomas Chabot.

Le vétéran gardien Craig Anderson a vu neiger cependant, et il ne s’emporte pas trop avec ces développements de début de calendrier pré-saison.

Sénateurs

Pageau voudrait imiter Chabot et prolonger son contrat

Jean-Gabriel Pageau est bien heureux de voir que Thomas Chabot s’est engagé pour rester longtemps avec les Sénateurs d’Ottawa.

Le centre gatinois ne demanderait pas mieux que de faire de même, mais il n’a pas encore discuté avec le DG Pierre Dorion de la possibilité de prolonger son contrat arrivant à échéance le 1er juillet prochain, quand le hockeyeur de 26 ans pourrait réclamer son autonomie complète.

Sénateurs

Chabot s'entend pour huit ans avec les Sénateurs

Les Sénateurs d’Ottawa n’avaient pas vraiment le choix de miser gros sur Thomas Chabot pour tenir leur promesse de rebâtir leur équipe autour de lui.

Le défenseur étoile de 22 ans aurait pu explorer ses options en attendant pour négocier, lui qui pouvait devenir joueur autonome avec compensation l’an prochain. C’est pourquoi sa décision d’accepter une prolongation de contrat de huit ans pour 64 millions $ se veut si importante pour cette organisation qui a vécu une descente aux enfers lors des deux dernières années, incluant une vente de feu de vedettes (Erik Karlsson, Mark Stone, Matt Duchene et Mike Hoffman) au cours des 14 derniers mois.

À LIRE AUSSI : Des coéquipiers heureux pour Chabot

Le prochain capitaine, c’est lui

« On s’est assis pour discuter peu après le 1er juillet, et sans entrer dans les détails, on a su tout de suite qu’on pourrait trouver une solution, a relaté le directeur général Pierre Dorion en conférence de presse jeudi. Nous avons parlé à ses agents (Ian Pulver et Dominic De Blois) de notre plan à long terme, ils ont relayé notre vision de comment les Sénateurs pourraient connaître du succès avec Thomas et nous avons réussi à nous entendre tard (mercredi) soir... Les deux partis voulaient un contrat à long terme, mais je pense que ça en dit long sur l’engagement de Thomas envers les Sénateurs et notre plan à long terme. »

Il reste encore une année au contrat d’entrée du premier choix de l’équipe (18e au total) au repêchage de 2015, à un salaire de 832 500 $. Par la suite, son nouveau pacte entrera en vigueur et lui rapportera 8 millions $ en moyenne par année à compter de 2020-2021. Il fera 7 M$ lors des deux premières saisons, puis 4 M$ en 2022-23, puis 8 ou 10 $ lors des saisons subséquentes jusqu’à la fin de l’entente, en 2027-2028.

Chabot a dit que de voir le centre Colin White s’engager envers le club pour six ans à un salaire de 4,75 M$ par an le mois dernier a pesé dans la balance lorsqu’est venu le temps pour lui de s’engager pour rester dans la capitale nationale jusqu’à l’âge de 30 ans.

« Premièrement j’ai la chance de jouer dans la Ligue nationale de hockey. Deuxièmement, j’ai la chance d’être un gros morceau d’une équipe de la LNH qui veut rebâtir autour de moi et d’autres joueurs. Avoir la chance d’être ici, avec les fans qu’on a... On sait qu’ils adorent l’équipe, la ville est extraordinaire, j’ai toujours été bien traité ici, j’ai adoré chaque moment que j’ai été ici. Quand l’opportunité est venue d’avoir un contrat de huit ans, c’est sûr on n’a jamais hésité. Je veux avoir ma maison à Ottawa pour longtemps », a d’abord commenté Chabot.

« Colin et moi, on s’est parlé tout l’été. Le fait de le voir signer un contrat à long terme, de le voir heureux de rester ici pour plusieurs années, ça incite beaucoup de jeunes joueurs à avoir la même intention, d’être sur la même page. C’est ça qui est important, tout le monde veut bâtir ensemble. Il y a beaucoup de talent dans notre chambre, que ce soit ici en ce moment ou dans la Ligue américaine... Il va y avoir des hauts et des bas parce que nous sommes jeunes, on va tous faire des erreurs, mais ce qui compte, c’est à quel point les gars veulent être ici », a-t-il ajouté au sujet de White.

Chabot n’avait pas joué la veille lors du gain de 4-3 contre les Maple Leafs de Toronto parce qu’il ne se sentait pas à 100 %. Dorion a indiqué qu’il n’en avait pas parlé aux soigneurs de l’équipe parce qu’il tenait à jouer aux côtés du défenseur recrue Maxence Guénette, nerveux à l’idée de jouer un premier match de la LNH. « Ça montre bien le caractère qu’il a... Il est venu dans mon bureau avec son agent et je lui ai dit qu’il n’allait pas jouer », a-t-il relaté. 

Quand le contrat de Chabot entrera en vigueur l’an prochain, il ne faudrait pas se surprendre que le « C » de capitaine soit alors brodé sur son chandail numéro 72, lui qui a établi des sommets personnels avec 14 buts et 55 points en 70 matches l’an dernier.

Sénateurs

Des coéquipiers heureux pour Chabot

Thomas Chabot l’a dit jeudi, les choses « vont très vite » pour lui et sa famille alors que l’annonce de sa mise sous contrat à long terme par les Sénateurs « change ma vie » à tout jamais.

L’arrière québécois de 22 ans demeure humble cependant et quand il s’est présenté devant les médias pour sa conférence de presse, il l’a fait en portant un beau complet noir avec des motifs floraux qu’il a recyclé. « Je l’avais l’année passée », a-t-il avoué en riant au Droit.

Sénateurs

Bon départ des anciens Leafs

Trois des quatre anciens des Maple Leafs de Toronto ont effectué leur début dans l’uniforme des Sénateurs d’Ottawa mercredi soir au Centre Canadian Tire, et le moins qu’on puisse dire, c’est qu’ils ont fait sentir leur présence.

Les attaquants Connor Brown et Tyler Ennis ont tous deux secoué les cordages, le premier deux fois plutôt qu’une. Le défenseur Ron Hainsey a récolté une passe sur un but en avantage numérique de Max Véronneau et les hommes de D.J. Smith ont remporté un deuxième match en 24 heures contre leurs rivaux de la Bataille de l’Ontario, 4-3 devant 11 531 amateurs, majoritairement des partisans des visiteurs comme d’habitude.

Sénateurs

Maxence Guénette lancé dans la fosse aux lions

L’entraîneur-chef des Sénateurs D.J. Smith a décidé de ne pas utiliser son vétéran défenseur Nikita Zaitsev contre son ancien club mercredi soir.

À sa place du côté droit, il a décidé d’utiliser le jeune Maxence Guénette, qui devait à l’origine se retrouver aux côtés de Thomas Chabot, sauf que ce dernier a déclaré forfait en raison d’un début de virus. Il a été remplacé à la dernière minute par l’ex-Olympique Hubert Labrie, qui a commencé le match aux côtés du choix de septième ronde au dernier repêchage en juin à Vancouver.

Sénateurs

Paul veut plaire à Smith

Depuis qu’ils ont fait son acquisition dans l’échange de Jason Spezza il y a cinq ans, Nick Paul a joué des matches dans l’uniforme des Sénateurs d’Ottawa à chaque saison, 56 en tout.

L’attaquant de 24 ans ne s’est cependant jamais taillé de poste à l’issue du camp d’entraînement pour ainsi amorcer la saison dans la LNH, et il a la ferme intention que ça change cette année.

Sénateurs

Tkachuk aime son nouveau trio

Le portrait a commencé à se préciser un peu au camp d’entraînement des Sénateurs d’Ottawa dimanche alors que D.J. Smith et les autres dirigeants du club ont procédé à une première ronde de coupures.

Avant une journée de congé lundi et de prendre le chemin de Saint-Jean, Terre-Neuve, mardi pour un premier match hors-concours, 11 joueurs ont vu le couperet tomber sur eux.

Sénateurs

Une belle expérience pour Sogaard

Mads Sogaard a pris le chemin de Medicine Hat dimanche alors que Kevin Mandolese mettait le cap vers l’autre bout du pays, Sydney en Nouvelle-Écosse, les deux gardiens d’âge junior venant en tête de la liste des 11 joueurs retranchés au camp des Sénateurs.

De loin, ils vont poursuivre cette saison leur lutte pour devenir le véritable « gardien de l’avenir » de l’organisation ottavienne, qui compte aussi les jeunes Marcus Högberg, Filip Gustavsson et Joey Daccord dans son écurie.

Sénateurs

Labrie ajoute de la profondeur à Belleville

La blessure de Christian Wolanin avant même que le camp des Sénateurs commence n’a pas que des répercussions chez les espoirs de premier plan comme Erik Brännström et Maxime Lajoie.

Pour un vieux routier de la Ligue américaine comme Hubert Labrie, ça pourrait bien être la différence entre un poste régulier sur la troisième paire de défenseurs du club-école de Belleville plutôt que d’être relégué à la galerie de presse plus souvent qu’autrement comme septième défenseur.

Sénateurs

Duclair reprend là où il a laissé la saison dernière

Anthony Duclair a donné le ton au premier match intra-équipe du camp des Sénateurs vendredi quand il s’est amené en échec-avant et qu’il a solidement plaqué le jeune défenseur Erik Brännström.

En fin de match, l’attaquant québécois acquis contre Ryan Dzingel a ensuite compté un but avec un bon tir pour bien afficher ses couleurs : il a l’intention de reprendre les choses là où il les a laissées après son arrivée de Columbus, quand il a récolté 8 buts et 14 points en 21 parties pour terminer la campagne avec une récolte de 19 buts.

Sénateurs

Ryan jumelé à Anisimov au camp des Sénateurs

Il est beaucoup question du mouvement jeunesse des Sénateurs d’Ottawa à l’ouverture de leur camp d’entraînement, mais dans le chemin de leurs espoirs, il y a des vétérans avec d’importants contrats qui veulent conserver leurs postes tout en encadrant la relève le mieux possible.

Bobby Ryan est certes du nombre, lui qui demeure le plus haut salarié du club (7,25 millions $ pour encore trois ans) alors qu’il amorce sa septième saison dans la capitale.

Sénateurs

Des «A» pour Pageau, Borowiecki et Hainsey

La dernière fois que Jean-Gabriel Pageau a porté une lettre sur son chandail à temps plein, il était le capitaine des Olympiques de Gatineau et il avait été échangé à la mi-saison.

On verra au cours des prochains mois si le centre gatinois, qui amorce la dernière année de son contrat avant de pouvoir réclamer son autonomie complète, subira le même sort cette saison. Jeudi à l’ouverture du camp des Sénateurs d’Ottawa, Pageau se réjouissait tout simplement d’être un des trois assistants-capitaine de son club, au même titre que les défenseurs Mark Borowiecki et Ron Hainsey.

Jour de tests pour les Sénateurs

Sénateurs

Wolanin blessé avant le début du camp des Sénateurs

Les Sénateurs d’Ottawa espéraient prendre un nouveau départ sous un nouvel entraîneur, mais leur camp d’entraînement a commencé sur une fausse note avec l’annonce que le défenseur Christian Wolanin s’est déchiré le labrum de l’épaule gauche avant même que le club saute sur la glace.

Le pilote D.J. Smith a donc commencé son premier point de presse de la saison en révélant que ce jeune arrière de 23 ans qui avait de bonnes chances d’obtenir un poste pour amorcer la saison régulière avec son club devra s’absenter pour au moins quatre mois.

« C’est malheureux pour lui, il a juste glissé sur la glace plus tôt cette semaine en se préparant pour le camp d’entraînement. C’est un accident et il devra maintenant rater quatre mois, peut-être plus, indiqué Smith. C’est dommage parce que c’est un gars qui était inscrit au crayon dans l’alignement, mais ces choses-là arrivent. Il était arrivé bien préparé et c’est un gars que j’aimais sur vidéo, mais on doit avoir la mentalité que ce sera au prochain gars (dans la hiérarchie des défenseurs) de compenser. »

Wolanin avait récolté 12 points, dont 4 buts, en 30 parties avec les Sénateurs la saison dernière, en plus d’en amasser 31 (7 buts) en 40 matches avec le club-école de Belleville, à sa première saison complète chez les professionnels. Un choix de quatrième ronde en 2015, il avait fait ses débuts avec le club à la fin de la saison 2017-2018, jouant 10 parties (un but, deux passes) à sa sortie de l’Université du North Dakota.

À LIRE AUSSI : Des «A» pour Pageau, Borowiecki et Hainsey

C’est la deuxième année de suite qu’un joueur des Sénateurs se blesse sérieusement avant même le premier entraînement sur glace du camp. L’an dernier, le centre Jean-Gabriel Pageau s’était déchiré un tendon d’Achille et il avait raté les quatre premiers mois de la saison lui aussi.

Hier, après avoir passé les tests physiques avec succès, Pageau sympathisait avec son jeune coéquipier.

« C’est un gars qui poussait pour se tailler un poste au sein de l’équipe. Il a déjà joué avec nous et tout le monde l’apprécie, il est un bon ami. Ce n’est jamais plaisant de voir un gars tomber de cette façon. C’est certain qu’il va revenir plus fort encore, il va faire le travail nécessaire pour revenir le plus rapidement possible », a-t-il souligné.

Rencontré par Le Droit la semaine dernière, Wolanin s’était dit déçu de ne pas avoir l’occasion de lancer sa saison au tournoi des espoirs de Belleville, lui qui avait été dominant à celui de Laval l’an dernier avant de connaître un camp ordinaire, ce qui a mené à son renvoi à Belleville à la fin de celui-ci.

« C’est quand même bon de patiner ici, “Dono” (Shean Donovan, le responsable du développement des joueurs) nous fait bien travailler et je vais être prêt pour le camp, avait-il confié. L’an passé, j’ai eu un bon tournoi d’espoirs et mon camp n’a pas été aussi bon ensuite. J’espère changer ça cette fois-ci. Je souhaite le meilleur, pas juste pour moi, mais aussi pour l’équipe, je pense qu’on va dans la bonne direction pour être un club gagnant. »

Wolanin, qui a été vu dans les couloirs du Centre Canadian Tire jeudi avec son bras gauche dans une écharpe, n’a pas commenté jeudi, étant visiblement secoué par ce coup de malchance.

« J’avais trouvé qu’il était bon en offensive et sur le jeu de puissance l’an dernier quand il avait joué contre nous (à Toronto). Il voit bien la glace et a des habiletés offensives, je pensais qu’il serait un bon complément à (Thomas) Chabot sur la deuxième unité du jeu de puissance. Maintenant, il va falloir explorer nos autres options. On se sent mal pour lui, c’est le genre d’accident que tu ne peux pas prévenir », a dit D.J. Smith.

+

CHANCES AMÉLIORÉES POUR BRÄNNSTRÖM

Le malheur de l’un fait souvent le bonheur d’un autre, c’est vrai dans la vie comme lors d’un camp de hockey.

L’absence prolongée de Christian Wolanin, que D.J. Smith a avoué voir dans sa soupe pour travailler sur une deuxième unité d’avantage numérique aux côtés de Thomas Chabot, pourrait améliorer les chances du jeune Erik Brännström de se tailler un poste.

Smith a d’ailleurs lui-même convenu que c’est le cas. « C’est un fait, mais en même temps, on ne veut pas précipiter les choses avec lui. On ne peut pas modifier le plan concernant un jeune joueur en se basant sur le fait que quelqu’un d’autre s’est blessé. S’il est prêt, il va jouer. S’il ne l’est pas, on va lui donner assez de temps (dans la Ligue américaine) jusqu’à ce qu’il soit prêt », a-t-il indiqué.

Le défenseur suédois de 20 ans sera évidemment épié de près pendant le camp, lui qui est la pièce maîtresse de l’échange qui a envoyé Mark Stone à Las Vegas.

« C’est dommage de voir qu’il (Wolanin) s’est blessé, mais moi, je veux juste jouer à ma façon pour “faire” l’équipe, donc... », s’est limité à dire Brännström à ce sujet.

« J’ai travaillé fort cet été pour ajouter du poids et m’améliorer défensivement. Je pense que j’ai été meilleur dans ma zone lors du dernier tournoi (le week-end dernier à Belleville). Je travaille là-dessus tous les jours, je regarde beaucoup de vidéos », a-t-il noté.

Brännström ne sera évidemment pas le seul à espérer pouvoir profiter de cette ouverture pour mettre la main sur un des deux postes identifiés comme disponibles par la direction de l’équipe. Christian Jaros a une longueur d’avance pour un de ceux-ci, a déjà indiqué le DG Pierre Dorion, et Maxime Lajoie, révélation du début de la saison dernière avant d’être rétrogradé à Belleville, pourrait certes revenir dans le portrait, tout comme le vétéran des mineures Andreas Englund, un autre Suédois.

Sénateurs

Les Leafs à la rescousse des Sénateurs en attendant la relève

Le capitaine Bonhomme disait il y a longtemps que les sceptiques seront confondus.

À l’aube de l’ouverture du camp d’entraînement des Sénateurs d’Ottawa, ceux-ci sont encore nombreux à travers la LNH, la plupart des magazines qui publient leurs prévisions pour la saison 2019-2020 étant convaincus qu’ils termineront à nouveau dans la cave du circuit Bettman, ou tout près de celle-ci.

Sénateurs

Smith, Hainsey, Zaitsev et Ennis amènent du changement

L’année dernière au début du camp d’entraînement des Sénateurs d’Ottawa, la saga Erik Karlsson tirait à sa fin alors que l’incertitude planait autour des Mark Stone et Matt Duchene, éventuellement échangés. L’avenir de l’entraîneur-chef Guy Boucher était aussi incertain alors qu’il amorçait la dernière saison de son contrat.

Mardi au club Marshes de Kanata, le tournoi de golf annuel de l’équipe marquait un nouveau départ pour cette organisation qui a vécu une descente aux enfers au cours des deux saisons suivant sa participation à la finale de l’Est au printemps de 2017.

Sénateurs

Pas de capitaine encore cette saison

Comme l’an dernier, les Sénateurs ont décidé de ne pas nommer de capitaine pour succéder à Erik Karlsson. Ils vont y aller à nouveau avec trois assistants-capitaines, probablement des vétérans comme Mark Borowiecki, Jean-Gabriel Pageau et Ron Hainsey, même si ces nominations restent à venir.

« Les gars plus vieux dans notre chambre vont être en mesure de partager le rôle du capitaine. Quand il va y avoir des soirées difficiles, ou des choses comme ça, ils vont pouvoir partager les responsabilités, ce qui va permettre à nos jeunes de grandir. C’est le plus important à mes yeux : les vétérans savent comment composer avec ces situations, on va juste laisser les kids apprendre le jeu, apprendre comment être des leaders et quand ils vont être prêts, on va sélectionner un capitaine », a expliqué le nouveau pilote D.J. Smith.

À LIRE AUSSI :

Smith, Hainsey, Zaitsev et Ennis amènent du changement

Pageau prêt à refaire ses preuves avec D.J. Smith

Sénateurs

Pageau prêt à refaire ses preuves avec D.J. Smith

Presque un an jour pour jour après s’être déchiré le tendon d’Achille lors de la journée d’examens médicaux et de tests physiques ouvrant le camp d’entraînement des Sénateurs, Jean-Gabriel Pageau est capable de rire de ce coup de malchance.

Le centre gatinois des Sénateurs n’a pas à être trop nerveux lors de cette journée qui reviendra jeudi au Centre Canadian Tire, puisque les dirigeants de l’équipe ont décidé de ne pas soumettre les joueurs au test de jeu de pieds entre des cônes où il s’était blessé.

Des nouveaux visages chez les Sénateurs

Sénateurs

Mandolese et Sogaard s'illustrent contre les recrues des Jets

Kevin Mandolese ne voulait pas se laisser distraire par la présence de nombreux autres « gardiens d’avenir » au camp des recrues des Sénateurs d’Ottawa.

Le gardien montréalais des Screaming Eagles du Cap-Breton peut dire mission accomplie alors qu’il a été fort solide devant le filet des siens lundi soir à Belleville, repoussant 19 des 20 tirs auxquels il a fait face au cours de la première moitié du troisième et dernier match du tournoi des espoirs tenu au CAA Arena.

Sénateurs

Départ sur les chapeaux de roue pour Abramov

Vitalii Abramov a changé un peu sa routine cet été, commençant à patiner un peu plus tôt qu’à l’habitude en Russie.

La décision porte ses fruits jusqu’à maintenant alors que l’ancien Olympique a explosé pour quatre buts et une passe lors des deux premiers matches des Sénateurs au tournoi des espoirs qui se déroule à Belleville.

Sénateurs

La course automobile virtuelle, l'autre passion de Craig Anderson

La plupart des joueurs de hockey de ligue d’adultes n’auront probablement jamais la chance d’affronter un gardien de la LNH comme Craig Anderson.

Dans le monde des courses automobiles virtuelles, il est cependant possible de se frotter au vétéran gardien des Sénateurs d’Ottawa en ligne, si on se trouve à participer à la même course que lui.

Sénateurs

Véronneau et Guénette, deux « Max » aux antipodes

Maximilian Véronneau et Maxence Guénette sont des espoirs vivant un camp des recrues diamétralement différent en fin de semaine à Belleville.

Le premier « Max » ne vise rien de moins qu’un poste dans la LNH avec le club de son patelin, ayant terminé la dernière saison avec les Sénateurs d’Ottawa une fois sa carrière à l’université de Princeton terminée.

Sénateurs

Brännström se sent prêt à faire le saut avec les Sénateurs

Pièce maîtresse de l’échange qui a envoyé Mark Stone à Las Vegas l’hiver dernier, Erik Brännström a montré dès son arrivée dans l’organisation des Sénateurs d’Ottawa qu’il avait de la graine d’Erik Karlsson en lui, autant par son flair offensif que la confiance en lui-même qu’il affiche.

Le défenseur suédois de 20 ans n’a rien perdu de sa superbe au cours de la saison estivale et il entend montrer à ses patrons qu’il est prêt pour un poste à temps plein dans la LNH dès le tournoi des espoirs qui se mettra en branle vendredi soir à Belleville avec un match contre les jeunes des Jets de Winnipeg.