Jonathan Aspirot a disputé 44 parties avec les petits Senators (sur un total de 63) au cours de la dernière saison interrompue par la pandémie de la COVID-19, récoltant deux buts, 14 passes et 39 minutes de punition.
Jonathan Aspirot a disputé 44 parties avec les petits Senators (sur un total de 63) au cours de la dernière saison interrompue par la pandémie de la COVID-19, récoltant deux buts, 14 passes et 39 minutes de punition.

Jonathan Aspirot gagne du galon chez les Sénateurs

Il n’est pas un espoir choisi en première ronde comme Jacob Bernard-Docker ou Lassi Thomson, n’ayant même jamais été repêché. Ça n’empêche pas Jonathan Aspirot de figurer dans les plans à la ligne bleue des Sénateurs d’Ottawa, qui lui ont accordé un contrat de la LNH lundi après une excellente saison recrue à Belleville.

Le défenseur de 20 ans originaire de Mascouche, un simple joueur invité à deux camps estivaux de développement, avait paraphé un contrat de la Ligue américaine de deux ans l’automne dernier, à l’issue du camp d’entraînement. La deuxième année de celui-ci se trouve à être annulée pour faire place à son nouveau pacte qui entrera en vigueur quand la saison 2020-2021 se mettra en branle, a annoncé le club lundi.

Jonathan Aspirot

L’ancien capitaine des Wildcats de Moncton a disputé 44 parties avec les petits Senators (sur un total de 63) au cours de la dernière saison interrompue par la pandémie de la COVID-19, récoltant deux buts, 14 passes et 39 minutes de punition. L’arrière de 6’ et 200 livres a aussi présenté un différentiel de plus-14, troisième parmi les défenseurs de l’équipe et à égalité au sixième rang au sein de toute l’équipe.

« Jonathan est un joueur que notre équipe de dépisteurs dans les rangs amateurs surveille depuis que nous l’avons invité à un camp de développement en 2018, a dit le dg. des Sénateurs Pierre Dorion par voie de communiqué. Il a depuis longtemps démontré un excellent sens du hockey et une détermination exceptionnelle, au point où il est devenu un joueur régulier à la ligne bleue à Belleville au cours de la dernière saison. Sa progression indique à tous les membres de notre personnel hockey qu’il est devenu un espoir légitime pour la LNH. »

Les dépisteurs des Sénateurs ont remarqué Aspirot lors de ses trois saisons dans la LHJMQ, où il a récolté 73 points, dont 22 buts, et 167 minutes de punition en 188 matches. Il aurait pu retourner avec les Wildcats comme joueur de 20 ans au cours de la dernière campagne, mais ce n’était pas dans ses plans.

«C’est super le ‘fun’ d’obtenir ce contrat. J’ai travaillé fort à Belleville toute l’année pour essayer de prouver que j’étais capable de jouer à ce niveau-là. C’est certain que ça fait pas mal chaud au coeur de voir que l’organisation croit en moi comme ça», a-t-il confié au Droit lorsque joint au domicile de ses parents à Mascouche lundi.

«J’ai essayé de me créer un poste pour être toujours dans l’alignement. Ce n’était pas facile parce qu’il y avait beaucoup de vétérans, mais j’ai gagné de l’expérience à leur contact, j’ai beaucoup appris. C’était la meilleure chose pour moi de monter au prochain niveau et d’essayer de ‘performer’ dans le meilleur calibre où je pouvais jouer cette année», a-t-il ajouté, lui qui n’a jamais été cédé au club affilié de Belleville dans la Ligue East Coast, le Beast de Brampton.

Premiers au classement de la division Nord avec une fiche de 38-20-5 lorsque les activités de la LAH ont été interrompus, les Senators avaient de grandes aspirations lors des séries de la coupe Calder, qui n’ont pas encore été officiellement annulées. Avec chaque jour qui passe en confinement, les chances qu’il y ait une reprise semblent s’amincir. Ça n’empêche pas Aspirot de tenter de garder la forme du mieux qu’il le peut à la maison.

«On avait vraiment un bon club cette année, un des meilleurs de la ligue. On aurait pu faire un bon bout (en séries) si les événements que l’on sait n’étaient pas arrivés. Ça aurait été vraiment le ‘fun’ de pouvoir continuer et on espère encore pouvoir le faire et finir ce qu’on a commencé... Ce qui s’est passé, c’est quelque chose qui n’arrive jamais, dans le fond. Il faut faire avec, ça fait partie de la vie, on doit continuer à avancer», souligne-t-il.

+

Kevin Mandolese

Mandolese récompensé

L’espoir des Sénateurs Kevin Mandolese a été récompensé pour une excellente dernière saison chez les juniors lundi quand il a signé son contrat d’entrée dans la LNH, pacte à deux sens bon pour trois ans.

Âgé de 19 ans, ce choix de sixième ronde en 2018 a connu la meilleure de ses quatre saisons avec les Eagles du Cap-Breton et menant la Ligue de hockey junior majeur du Québec pour le taux d’efficacité (,925) alors qu’il a terminé au troisième rang pour la moyenne de buts alloués (2,33).

« Kevin a travaillé dur au cours de la dernière saison pour devenir un des meilleurs gardiens dans la LHJMQ, a déclaré le directeur général Pierre Dorion dans un communiqué. Il est solide dans son positionnement, il possède de bons mouvements latéraux et il a démontré son habileté à lire le jeu. Depuis que nous l’avons réclamé au repêchage, il s’est appliqué à comprendre ce qu’il doit faire sur la patinoire et à l’extérieur pour être prêt pour garder les buts dans les rangs professionnels. Il a démontré une capacité à réaliser des arrêts opportuns et avec plus d’expérience, il aura l’occasion de signer des victoires pour notre équipe plus tard. »

Blessé à un genou en novembre, le gardien originaire de Blainville a présenté une fiche de 26-8-1 avec deux blanchissages en 37 parties cette saison, étant nommé le gardien du mois dans la LHJMQ pour décembre, en plus d’obtenir une mention honorable pour ce même titre en janvier et février. 

Avec 86 victoires en carrière, il est deuxième à ce chapitre dans l’histoire des Eagles, derrière Olivier Roy (94) et devant Marc-André Fleury, notamment (63).

Avec Craig Anderson qui va devenir joueur autonome cet été, les Sénateurs ont maintenant cinq gardiens sous contrat en vue de la prochaine saison, Anders Nilsson et les jeunes Marcus Högberg, Filip Gustavsson, Joey Daccord et Mandolese, tous âgés de 25 ans ou moins.