Daniel Alfredsson a effectué une rare visite au Centre Canadian Tire, cette semaine.

Jim Little tend la main vers Daniel Alfredsson

Daniel Alfredsson a effectué une rare visite au Centre Canadian Tire, cette semaine.

Il n’est pas passé inaperçu. Lors de sa très courte apparition à l’écran géant, au début de la cérémonie honorant Chris Phillips, il a été chaleureusement applaudi.

Cela met en relief un des plus grands malaises en ville.

Alfredsson était là pour soutenir un de ses plus grands amis. En temps normal, même s’il vit à Ottawa, il ne trouve jamais le temps de visiter l’amphithéâtre où il a passé l’essentiel de sa carrière.

À LIRE AUSSI : Cinq ans pour tout réparer 

Alfredsson n’a jamais vraiment pris le temps de s’expliquer, à ce sujet.

En 2018, dans un événement public organisé par le maire d’Ottawa, Alfredsson a quand même lâché une déclaration lourde de sens. «Nous aimerions que l’équipe ait un nouveau propriétaire», a-t-il dit à une blogueuse.

Dans ce contexte difficile, Jim Little entend tendre la main au joueur le plus populaire de l’histoire des Sénateurs.

«Je n’ai pas eu la chance de faire sa connaissance mardi, parce que je me suis tenu assez loin des projecteurs. C’était la soirée de Chris Phillips. Éventuellement, j’aurai la chance de rencontrer tous les gens qui sont associés au passé de notre organisation», explique M. Little.

«Nous allons certainement prendre le temps de le rencontrer. Je veux m’assurer de comprendre son point de vue, sur ce que nous devrions faire dans les prochaines années.»

Alfredsson a passé 17 saisons à Ottawa. Il a récolté 1108 points dans l’uniforme des Sénateurs. Il a surtout été le capitaine d’une équipe qui a participé aux séries éliminatoires à 14 occasions.

«Les anciens occupent une grande place, chez nous. Quand ils sont arrivés, ils étaient très jeunes. Ceux qui sont restés ont des familles, ils s’impliquent dans des organismes de bienfaisance, ils dirigent de petites entreprises, ils jouent au golf... Ils sont des leaders dans notre communauté. Nous avons besoin d’eux. Ils peuvent nous aider.»