Jean-Gabriel Pageau a connu des séries remarquables, atteignant le plateau des 10 points en récoltant une passe sur le but de Mark Stone en deuxième période jeudi soir au PPG Paints Arena.

Jean-Gabriel Pageau a de quoi être fier

PITTSBURGH - Jean-Gabriel Pageau a connu des séries remarquables, atteignant le plateau des 10 points en récoltant une passe sur le but de Mark Stone en deuxième période jeudi soir au PPG Paints Arena.
Le centre gatinois aurait certes échangé ses huit buts - dont quatre dans un seul match contre les Rangers - et deux passes pour ne pas s'être retrouvé au mauvais endroit au mauvais moment, voilant le gardien Craig Anderson sur le but vainqueur de Chris Kunitz.
« C'est tellement dur de se rendre là. Avec le groupe de gars qui l'a fait, c'est assez remarquable. C'était le fun comme run, mais quand tu arrives aussi proche et que tu perds, c'est sur que c'est décevant. (Sur le but gagnant), c'est un jeu qui arrive vite, Anderson ne l'a pas vue, j'étais devant lui. On a manqué des chances, eux aussi. C'est ça le hockey, c'est un jeu d'erreurs et c'est allé en leur faveur ce soir », a raconté Pageau dans les instants qui ont suivi le revers de 3-2 des siens.
C'est tout à son honneur, le centre qui a réussi à contenir Sidney Crosby pendant une bonne partie de la série finale de l'Est a fait face à la musique après avoir vu le tir de Kunitz qu'il souhaitait bloquer lui passer par dessus l'épaule ainsi que celle d'Anderson.
Il ne pouvait s'empêcher de ressentir de la fierté pour le parcours de son équipe ce printemps.
« C'est dur de trouver les bons mots pour ça, on a traversé tellement d'émotions. Ça a commencé avec (Craig) Anderson, puis avec (Clarke) MacArthur qui revient. Il y a eu de vraiment belles histoires qui nous ont ramenés tous ensemble. C'est ce qui faisait notre force de caractère, c'est pour ça qu'on est allé aussi loin. On a une équipe de gagnants ici. Les gars sont déçus d'avoir perdu, c'est certain, mais on peut se donner une tape dans le dos et on est fier du travail qu'on a accompli... On a montré beaucoup de caractère et on a bataillé jusqu'à la fin », a-t-il souligné.
« Je n'ai jamais été aussi proche d'une gang de gars. Sentir qu'ils ont ton derrière, que tout le monde pousse dans le même sens, qu'on est là l'un pour l'autre. C'est vraiment une bonne gang de chums et je me compte chanceux d'avoir fait partie de cette gang-là », ajoute celui qui sera joueur autonome avec restriction, et le droit à l'arbitrage salarial, le 1er juillet prochain.