Tout baigne dans l'huile pour Jonathan Huberdeau.

Huberdeau de retour en forme et en force

SUNRISE - Lorsque les Sénateurs sont passés en Floride le mois dernier, Jonathan Huberdeau avait exprimé le souhait de rencontrer Erik Karlsson pour discuter de sa remise en forme d'une blessure au tendon d'Achilles il y a quatre ans.
Comme par hasard, l'attaquant québécois des Panthers de la Floride est revenu au jeu quelques jours plus tard, mais ça n'a rien eu à voir avec des mots d'encouragement du capitaine des Sénateurs.
« Je n'ai pas eu la chance de lui en parler (après le gain de 6-5 des Panthers le 31 janvier). Mais ce n'est pas grave, mon retour au jeu s'est décidé en peu de temps parce que je me sentais vraiment bien. À un moment donné, je ne voyais pas le bout de ma blessure, mais tout d'un coup, je me suis senti bien sur la glace et dès le départ, ça a bien été. Je me sentais à 100 % sur la glace, c'est pour ça que je suis revenu. En dehors de la glace, ça va peut-être prendre un an avant que ce soit complètement guéri », a-t-il confié dimanche matin.
En effet, Huberdeau a effectué un retour remarquable le 3 février dernier, comptant le but gagnant en prolongation d'un gain de 2-1 contre les Ducks d'Anaheim. Il n'a pas eu qu'un impact immédiat puisqu'avant le match de dimanche soir, il avait récolté neuf points, dont quatre buts, en neuf parties depuis.
« C'est certain que ça aide de revenir au jeu et de contribuer aux succès de l'équipe. Depuis qu'on est revenus, (Aleksander) Barkov et moi, tout s'est remis en place et l'équipe joue bien. L'objectif maintenant est de faire les séries », a-t-il ajouté.
Barkov est revenu d'une blessure au dos le même soir que son ailier gauche attitré et il a été encore plus productif lors de ces neuf rencontres, avec sept buts et trois passes pour 10 points. Ils ont retrouvé avec plaisir leur éternel ailier droit, Jaromir Jagr, qui ne ralentit toujours pas à 45 ans, lui qui avait cinq points à ses cinq dernières sorties avant le match de dimanche.
« En revenant, on ne savait pas comment ça serait, si la chimie était toujours là. Mais ça a bien été dès le départ. On doit peut-être jouer un peu mieux défensivement alors qu'offensivement, on sait ce qu'on a à faire », a souligné Huberdeau, le troisième choix au total du repêchage de 2011.
Luongo sur le banc
Si tout baigne dans l'huile pour Huberdeau, il n'en va pas nécessairement autant pour le vétéran gardien Roberto Luongo, qui a été relégué au banc pour le match important contre les Sénateurs à la faveur de l'ancien Leaf James Reimer, alors qu'il ne lui manque que deux victoires pour rattraper Curtis Joseph au quatrième rang de tous les temps dans la LNH à ce chapitre, lui qui a 452 gains en poche. Il avait cependant connu une sortie difficile vendredi dans un revers de 4-2 contre les Flames de Calgary.
« ''Reims'' joue vraiment bien et on pense qu'il mérite ce départ. Il y a probablement une couple de buts que Roberto voudrait ravoir dans ce match, on va donc le laisser travailler certaines choses. C'est le luxe d'avoir ''Reims'' ici, il a été incroyable toute la saison. On peut l'utiliser et laisser Roberto se réorganiser et être prêt pour le dernier droit. Il est un futur membre du Temple de la renommée qui pense peut-être un peu trop à certaines choses. Il va être correct, mais c'est pourquoi nous sommes allés chercher Reimer l'été dernier, Roberto était d'accord avec cette décision », a indiqué l'entraîneur-chef Tom Rowe.
Luongo n'en a pas trop fait de cas, disant après l'exercice matinal que « ça arrive à tous les gardiens numéro un d'en arracher parfois au fil d'une saison ».
Les Sénateurs en bref
Stone et Hoffman rétablis
Les attaquants Mark Stone et Mike Hoffman ont été en mesure de revenir au jeu dimanche, une semaine après avoir été blessés respectivement au cou et à l'aine dimanche dernier contre Winnipeg. Une décision à leur sujet a été prise seulement en soirée, avant le début du match. « Je me sens pas mal bien, il reste à voir si je vais me sentir aussi bien cet après-midi. Je me sentais comme ça après l'échauffement (vendredi) en Caroline, cependant », avait indiqué Stone en matinée.
« Ça va mieux de jour en jour, j'ai eu l'occasion de patiner pas mal (samedi), mais il me reste à parler aux soigneurs et aux entraîneurs », a dit Hoffman.Avec leur retour, les rappels de Mike Blunden et Phil Varone samedi pour remplacer Casey Baiey et Max McCormick auraient été inutiles, sauf que Varone a finalement remplacé Curtis Lazar dans l'alignement, Guy Boucher disant qu'il a une « blessure mineure au haut du corps avec laquelle le club ne veut pas prendre de chance. »
Trois vedettes et un alligator
Erik Karlsson a eu la trouille samedi lorsqu'il est allé jouer une ronde de golf avec Daniel Alfredsson et le légendaire golfeur suédois Jesper Parnevik au club The Plantation, à Jupiter. Parnevik a filmé le défenseur des Suédois alors qu'il s'est approché d'un alligator qui était allongé près d'un cours d'eau sur un des trous du parcours. Quand celui-ci a bougé brusquement, Karlsson a sursauté de façon assez spectaculaire.
« C'était la première fois que je voyais un alligator à l'état sauvage. Je voulais aller prendre une photo, mais ça n'a pas vraiment marché. Je ne le regardais pas vraiment. Alfie avait mentionné plus tôt qu'ils peuvent sauter sur toi, et comme je l'ai juste entendu bouger, j'ai paniqué un peu... Mon coup de départ au trou suivant n'a pas été mon meilleur, mon rythme cardiaque était assez élevé. Mais en général, ce fut une belle journée relaxante », a-t-il relaté.