D’abord échangé aux Sharks de San Jose en retour de l’attaquant Mikkel Boedker, Mike Hoffman endossera finalement l’uniforme des Panthers de la Floride.

Hoffman passe aux Sharks, puis aux Panthers

Les observateurs qui pensaient que la carrière de Mike Hoffman serait affectée négativement par les accusations de cyberintimidation dirigées vers sa fiancée Monika Caryk par l’épouse de son coéquipier Erik Karlsson étaient apparemment dans les patates.

Le franc tireur a été échangé deux fois mardi. D’abord par les Sénateurs d’Ottawa qui l’ont refilé aux Sharks de San Jose en retour de l’attaquant Mikkel Boedker et du défenseur Julius Bergman et d’un choix de sixième ronde en 2020, le DG Pierre Dorion cédant aussi le défenseur des mineures Cody Donaghey et un choix de cinquième ronde en 2020 pour régler ce cas problème.

Ensuite, un peu plus de deux heures après l’annonce de la transaction vers les 8 h mardi, les Sharks ont refilé le compteur de 20 buts lors des quatre dernières saisons aux Panthers de la Floride avec un septième choix, contre des choix de quatrième et cinquième ronde au repêchage du week-end à Dallas, ainsi qu’un deuxième choix l’an prochain.

Il faudra attendre pour savoir si Dorion a été surpris de voir l’ancien numéro 68 des Sénateurs revenir dans la division Atlantique, puisqu’il n’a pas répondu aux questions des journalistes après la transaction. Son seul commentaire a été émis par voie de communiqué, et il en disait long sur les raisons qui ont motivé l’échange.

« L’échange d’aujourd’hui illustre notre détermination à solidifier le futur de l’équipe en améliorant la chimie, le leadership et le caractère dans le vestiaire et sur la glace. Nous sommes confiants que c’est un pas dans la bonne direction pour le succès à long terme de cette organisation », a-t-il déclaré Dorion.

Un grand golfeur devant l’éternel, Hoffman pourra assouvir sa passion à longueur d’année en poursuivant sa carrière à Fort Lauderdale, avec des Panthers qui comptent un de ses anciens coéquipiers dans les rangs juniors avec les Sea Dogs de Saint-Jean, Jonathan Huberdeau, parmi leurs piliers.

En vacances en Italie avec sa désormais célèbre fiancée, Hoffman n’a pas tenu d’appel-conférence lui non plus pour commenter la nouvelle. Il a émis une déclaration par l’entremise de son compte Twitter où il a écrit : « Aux partisans, à la communauté et à l’organisation des Sénateurs. Les mots me manquent pour exprimer à quel point je suis reconnaissant de l’appui que vous m’avez donné pendant mes neuf années avec vous. Vous m’avez permis de réaliser mon rêve d’atteindre la LNH. La prochaine fois que je vais jouer à Ottawa, je ne porterai pas le ‘O’ ou le logo des Sénateurs sur ma poitrine, mais plutôt celui des Panthers. Je suis vraiment excité de me joindre à un club comme la Floride, qui est très près de gagner à mon avis. Je n’ai entendu que de bonnes choses au sujet de l’organisation, des joueurs et du personnel. J’ai hâte de passer à la prochaine étape avec mes nouveaux coéquipiers. Au revoir Ottawa. ‘Go Cats Go !’ »

En retour de l’attaquant qui est sous contrat pour encore deux ans à un salaire de près de 5,2 millions $, les Sénateurs obtiennent Boedker, vétéran du même âge (28 ans) qui fait 4 M $ sous le plafond (3 M $ en salaire réel) pour les deux prochaines saisons, ainsi que Bergman, un espoir suédois de 22 ans qui a passé les trois dernières saisons dans la Ligue américaine après avoir été un choix de deuxième ronde en 2014. Originaire du Danemark, Boedker a compté 15 buts et ajouté 22 passes pour 37 points en 74 parties la saison dernière avec les Sharks. Un ancien premier choix (8e au total) des Coyotes de Phoenix, il totalise 109 buts et 179 passes pour 288 points en 618 matches en carrière, ce qui comprend deux tours du chapeau contre Ottawa (8 buts en 11 matches).

« Mikkel Boedker est un attaquant bon dans les deux sens de la glace, compétitif et polyvalent. Il peut jouer sur les deux ailes, a dit Dorion à son sujet. Historiquement, il joue son meilleur hockey lors des matches importants, incluant les séries et les parties internationales. Ses habiletés – en particulier sa vitesse – de même que le leadership de vétéran qu’il apporte cadrent bien dans notre vision pour l’équipe. »

« Nous avons fait nos devoirs » — Dale Tallon

Avant d’accepter l’offre des Sharks pour Mike Hoffman, Pierre Dorion avait parlé à son homologue des Panthers Dale Tallon la semaine dernière pour jauger son intérêt.

En appel-conférence mardi matin, Tallon a révélé qu’il n’avait pas réussi à s’entendre avec le DG des Sénateurs parce qu’il était trop gourmand et qu’il n’était prêt qu’à céder des choix de repêchage, aucun joueur, pour mettre la main sur le franc-tireur originaire de Kitchener.

« J’ai été contacté par Ottawa la semaine passée et on a décidé de laisser faire parce que le prix à payer était trop élevé. Puis j’ai été contacté (lundi) soir par San Jose, ils m’ont demandé si j’étais intéressé. On a regardé l’échange et on pensait qu’il (Hoffman) cadrerait bien dans notre équipe. Il a 28 ans, il peut compter, il patine, il a un tir canon... Nous avons raté les séries par un point. Je pensais que nous devions ajouter un peu d’attaque, de vitesse et d’habileté à notre alignement, et ça tombait bien pour notre club », a indiqué Tallon.

L’homme de hockey originaire de Rouyn-Noranda a indiqué que son club « a fait ses devoirs » concernant l’affaire scabreuse dans laquelle la fiancée de Hoffman est impliquée, la police d’Ottawa poursuivant une enquête concernant les accusations de cyberintimidation à l’endroit de Melinda Karlsson, épouse d’Erik Karlsson.

« Notre groupe de vétérans n’avait pas d’objections. Il a joué avec (Jonathan) Huberdeau (à Saint-Jean) et nos gars de personnel, Chris Pronger et (Bryan) McCabe, ont de bonnes connexions, ils connaissent beaucoup de gens qui le connaissent... Nous pensons que c’est dans le passé, cette distraction. Nous avons confiance qu’il sera bien accueilli par nos joueurs ainsi que leurs femmes et copines. Nous avons une culture forte ici maintenant et en parlant avec Mike et toutes les parties concernées, ça va fonctionner à notre bénéfice. Quand tu gagnes, elles (les épouses et blondes) s’entendent mieux », a-t-il ajouté.

De son côté, la manœuvre orchestrée par le DG des Sharks Doug Wilson lui donnera beaucoup de flexibilité puisqu’il a libéré les 4 M $ sous le plafond salarial que faisait Mikkel Boedker. Il pourrait avoir assez d’argent pour remettre Joe Thornton sous contrat et aussi tenter sa chance avec des agents libres comme John Tavares et Ilya Kovalchuk.

« Cette série d’échanges nous a permis de rencontrer plusieurs objectifs organisationnels, a-t-il dit par voie de communiqué. Ces transactions nous permettent d’ajouter des choix à notre banque pour le repêchage, en plus de libérer de l’espace considérable sous le plafond salarial pour des options de joueurs à l’interne et l’externe lors des prochains mois. »

Au sujet de l’espoir Julius Bergman acquis des Sharks dans la première transaction, Dorion a dit par l’entremise d’une porte-parole qu’il « est un jeune défenseur imposant et habile avec la rondelle. Il apportera de la profondeur au sein de notre brigade défensive et nous pensons qu’il pourra disputer des matches dans la LNH pour nous dans le futur ». Il a récolté 10 buts et 10 passes en 65 parties la saison dernière avec les Barracudas de San Jose, de la LAH.