Mike Hoffman (68) a atteint le plateau des 20 buts pour une troisième saison consécutive.

Hoffman impressionne en défensive

DALLAS - Personne ne va «pomper ses pneus» pour qu'il soit considéré pour le trophée Selke de meilleur attaquant défensif de la LNH, mais pour une deuxième fois cette saison, Mike Hoffman s'est joint au duo de Jean-Gabriel Pageau et Tom Pyatt pour obtenir une mission défensive et il s'est acquitté de ce travail sans coup férir lundi soir contre Boston.
L'entraîneur-chef Guy Boucher a révélé après le match que son personnel d'entraîneur lui avait donné son titre de joueur du match, pas parce qu'il a compté son 20e but de la campagne en avantage numérique et que celui-ci a fait la différence dans un gain de 4-2, mais plutôt parce qu'il a aidé à limiter les dégâts contre le trio de Patrice Bergeron, Brad Marchand et David Backes. Hoffman n'était d'ailleurs pas sur la glace quand le premier a marqué au premier tiers, et Marchand a réussi son but en avantage numérique, lui.
«Hoffman a obtenu le but gagnant, mais il a été notre joueur du match en jouant des deux côtés de la patinoire. Il ne voulait tout simplement pas qu'un but soit compté contre lui, comme lorsqu'on l'a utilisé contre (Sidney) Crosby et (Alex) Ovechkin (au début janvier). Il semble vraiment aimer relever ces défis, il a été incroyable (lundi soir)», a souligné Boucher.
Le principal intéressé, qui a réussi un 12e but en avantage numérique cette saison (à trois du record d'équipe détenu par Dany Heatley), a réitéré à quel point il apprécie la confiance qui lui est témoignée par son entraîneur.
«Quand on sort avec les deux points, tu te sens bien d'avoir rempli ta tâche pour la soirée. C'est un très bon trio, ils ont des gars très habiles. Qu'on nous donne cette responsabilité, c'est une question de fierté pour nous... Ça montre que le coach a confiance en toi lorsqu'il t'utilise contre le meilleur trio adverse. Je dois changer un peu ma façon de jouer, essayer de chipper les rondelles hors de la zone plus que je le fais d'habitude. Mais si c'est ce que ça prend pour donner la meilleure chance de gagner à notre équipe, je vais accepter ce rôle, ce n'est pas un problème», a noté Hoffman, qui a atteint le plateau des 20 buts pour une troisième saison consécutive.
Pageau, dont peu d'observateurs parlent comme candidat au trophée Selke, a évidemment un gros mot à dire quand il faut neutraliser les meilleurs attaquants adverses. 
Même s'il se dit chanceux d'avoir déjà bien établi une complicité avec Derick Brassard et Mark Stone sur le premier trio, le nouveau venu Alexandre Burrows n'a pas manqué de le remarquer depuis qu'il est arrivé de Vancouver.
«Pageau m'impressionne vraiment beaucoup. C'est un méchant bon joueur, il comprend bien la game et il m'impressionne avec sa façon de travailler. Je savais qu'il était bon, mais en jouant avec depuis trois matches, je vois vraiment de belles choses de lui. Peu importe avec qui tu joues dans cet alignement-là, que ce soit avec Brassard, Pageau ou (Kyle) Turris, tu peux avoir du succès. 
Ce ne sont pas des joueurs qui trichent offensivement pour obtenir des points, ils jouent de la bonne manière défensivement et quand l'autre équipe fait un revirement, tout le monde est capable de faire des jeux et de contribuer à l'attaque», a-t-il confié au Droit.
Du succès quand c'est serré
Alexandre Burrows (14)
Les cinq derniers gains des Sénateurs ont été remportés par la marge d'un seul but, si on ne compte pas le but dans un filet désert d'Alexandre Burrows lundi soir contre Boston. Cet état de fait n'est pas sans réjouir l'entraîneur-chef Guy Boucher. « J'ai appris ça de Scotty Bowman... Si vous vous concentrez à exceller lors des parties qui se scellent par la marge d'un but, c'est la majorité des matches d'habitude. Il faut être à l'aise dans ces parties et présentement, nos joueurs travaillent sans relâche à l'intérieur de la structure », a-t-il souligné. Les Sénateurs ont perdu quatre de leurs cinq derniers matches à Dallas, mais ils ont défait les Stars - par un but - le 9 février lors du premier duel entre les deux clubs cette saison.
Un collégien signe
L'organisation des Sénateurs a rapatrié dans son giron un joueur repêché issu des collèges américains mardi, mais non, il ne s'agit pas du premier choix de 2015 Colin White. Les Senators de Binghamton ont plutôt accordé un essai amateur à l'attaquant Chris LeBlanc maintenant que sa saison est terminée avec le Merrimack College. Ce choix de sixième ronde en 2013 a amassé 5 buts et 15 points en 27 parties cette saison, sa quatrième avec cette université. Natif du Massachusetts, LeBlanc a un physique imposant à 6' 3'' et 205 livres. Quant à White, ses séries avec Boston College commencent en fin de semaine contre l'université du Vermont. Dès son élimination, les Sénateurs vont tenter de le mettre sous contrat.
Hemsky de retour
Ales Hemsky
L'ancien des Sénateurs et des Olympiques Alex Hemsky vient de revenir au jeu avec les Stars après avoir été opéré à une hanche le 31 octobre. Il a disputé les trois derniers matches des siens, incluant le gain de 4-2 à Washington lundi, mais est toujours en quête d'un premier point cette saison. Il s'était blessé lors de la Coupe du monde et il a tenté de jouer après avoir réhabilité la blessure, mais il a été décidé qu'il valait mieux l'opérer après un seul match. Il a été un des nombreux blessés des Stars cette saison, eux qui ont perdu 272 matches de joueurs à des blessures cette saison. Par comparaison, les Sénateurs en ont perdu 136, incluant toute la campagne pour Clarke MacArthur.