Ales Hemsky a marqué l'unique but en fusillade pour donner la victoire à son équipe.

Hemsky tranche en fusillade

Ales Hemsky aura fait sa part pour aider les Sénateurs d'Ottawa dans le dernier droit.
La plus récente acquisition du directeur général, Bryan Murray, a connu une autre grosse soirée, lundi soir au Centre Canadian Tire. 
Il a commencé le match en force. Une superbe pièce de jeu lui a permis d'obtenir sa 10e mention d'aide en 13 parties.
Il a terminé le match en force, marquant le seul but lors de la séance de tirs de barrage. Il a donc permis aux Sénateurs de signer une troisième victoire consécutive.
Oui, trois victoires d'affilée. Ça ne s'était pas produit une seule fois au cours des trois derniers mois.
«Je me suis fixé un seul objectif en arrivant ici. Je me suis dit que je devais aider mon équipe à gagner chaque soir sans jamais regarder le classement», a déclaré Hemsky en fin de soirée.
Ce n'était pas un match parfait pour les Sénateurs, mais ils étaient un peu fatigués. Ils avaient joué la veille contre les Flames de Calgary.
Les Sénateurs devaient aussi se débrouiller sans deux joueurs réguliers. Jason Spezza et Jared Cowen sont blessés au «bas du corps».
Spezza et Cowen ont joué contre Calgary. Ils ont plutôt bien joué.
«Ils ne devraient pas s'absenter trop longtemps», promet Paul MacLean.
Afin de remplacer Cowen, lundi, l'entraîneur a simplement utilisé son septième défenseur, Cody Ceci.
Afin de remplacer Spezza, le directeur général Bryan Murray a fait appel au meilleur centre à Binghamton, Jean-Gabriel Pageau.
On devrait peut-être parler du meilleur centre «en santé» à Binghamton. Stéphane Da Costa n'a pas participé au dernier match des Senators de la Ligue américaine. Il s'est infligé une blessure.
Pageau n'avait pas nécessairement à remplacer Spezza dans la formation débutante. On lui a confié la mission un peu moins périlleuse de diriger le quatrième trio.
Le quatrième centre des dernières semaines, Mika Zibanejad, a été promu entre Michalek et Hemsky.
Ce n'était qu'un petit match. Tout peut arriver dans un match. Mais la complicité entre ces trois attaquants européens était évidente.
«Jouer avec ces deux gars-là, ce n'est vraiment pas compliqué. Ils n'ont pas trop de misère à se trouver sur la patinoire, je n'ai qu'à les suivre», indique le jeune Suédois.
Dès sa première présence sur la patinoire, Zibanejad a profité du beau jeu de Hemsky pour ouvrir la marque. C'était son premier but en six parties.
Le nouveau premier trio des Sénateurs a poursuivi son bon travail durant le reste de la soirée. Contre une brigade défensive qui n'est pas particulièrement intimidante, les chances de marquer n'étaient pas trop difficiles à obtenir.
En profiter, c'était une autre histoire.
Les meilleurs attaquants des Sénateurs auraient pu s'amuser à remplir le filet de Cam Ward s'ils n'avaient pas passé la soirée à chercher l'occasion parfaite.
Jeff Skinner a été le seul à déjouer Craig Anderson. C'était presque un accident. Il a cherché à compléter une passe vers l'enclave, mais la rondelle a dévié contre un patin d'Erik Karlsson avant de se retrouver dans le filet.