Guy Boucher a fait comprendre à ses joueurs que leur performance dans la défaite de dimanche dernier contre les Ducks d'Anaheim était inacceptable.

Guy Boucher met son pied à terre

Il avait beau y avoir de la musique de Noël qui se faisait entendre dans l'enceinte du Centre Canadian Tire pendant une partie de la pratique des Sénateurs d'Ottawa mardi, Guy Boucher était loin d'être dans l'esprit des Fêtes.
L'entraîneur-chef des Sénateurs n'a pas aimé la fin du voyage des siens en Californie et au retour sur la glace, il a fait bien sentir que la performance dans un revers de 5-1 à Anaheim dimanche était inacceptable à ses yeux. Il n'a pas hésité à lever le ton à plusieurs occasions pour rappeler certains de ses joueurs à l'ordre, visant notamment Derick Brassard à un moment donné parce qu'il n'avait pas terminé une mise en échec contre un défenseur en échec avant.
« Nous n'avons pas aimé notre voyage, il y a eu des bouts qui étaient bons mais j'ai aussi trouvé qu'il y a eu un relâchement et ça ne peut pas arriver. Nous avons une identité et quand on s'en écarte, ça ne fonctionne pas pour nous... Cette identité est de jouer de façon serrée en défensive et d'avoir une meilleure attitude pour lancer à l'autre bout », a-t-il déclaré en point de presse.
« Tu mets toujours ton pied à terre comme entraîneur, tu le fais de différentes façons. Parfois tu te retiens, ce que j'ai fait cette saison, parfois tu injectes comme je l'ai fait aujourd'hui. C'est mon travail de m'assurer que le standard établi ne baisse pas. Les joueurs comprennent ça, les leaders comprennent. Notre esprit de compétition n'était pas bon et c'est inacceptable. Personne n'était visé en particulier, il faut juste que tout le monde soit sur la même page, comme on l'était avant. Ce n'était pas individuel, c'est une affaire de groupe et notre groupe va être meilleur, je le sais », a-t-il ajouté, estimant qu'il valait mieux engueuler ses joueurs que d'y aller d'un entraînement sans rondelles axé sur le patinage.
Le capitaine Erik Karlsson n'avait pas de problème avec l'approche préconisée par son patron.
« Nous avons eu une journée de voyage (lundi) et ça prenait une bonne pratique pour se remettre du décalage horaire, ce n'était donc rien d'inattendu. Toutes les pratiques ont pour objectif de nous améliorer, on va donc être prêts à revenir pour un match difficile contre San Jose, où on a joué un match difficile (gain de 4-2) il y a quelques jours, ils vont être prêts... Quand on ne joue pas comme nous sommes supposés le faire, c'est la 'business' dans laquelle nous sommes, on va se faire dire qu'on n'a pas joué avez assez d'ardeur. C'est son travail (à Boucher) qu'on soit tous sur la même page, et c'est le nôtre de l'être », a-t-il indiqué.
Pour l'attaquant Mark Stone, il n'y a pas d'inquiétude à avoir même si les Sénateurs ont perdu leurs deux derniers matches et trois des quatre parties de ce dernier voyage.
« Même les meilleurs clubs de la ligue vont avoir un relâchement à un moment donné. Deux revers de suite et trois en quatre, ce n'est pas ce qu'on voulait, mais tout peut être corrigé. Tu n'aimes pas avoir des pratiques du genre (de mardi), mais quand tu joues comme on l'a fait, c'est ce que ça prend pour revenir à nos bonnes habitudes », pense-t-il.
Nicholle Anderson prend du mieux
Le gardien numéro un Craig Anderson brillait toujours par son absence mardi lors du retour des Sénateurs sur la glace du CCT, Mike Condon, qui affrontera les Sharks mercredi, et Andrew Hammond étant les deux gardiens d'office. «Il n'y a pas eu de changement, il va toujours s'absenter pour un petit bout de temps encore. J'aimerais pouvoir en dire plus, mais on ne le sait pas. Ça dépend de comment les choses vont et ce qui doit être fait», a commenté Guy Boucher en matinée. En après-midi, des nouvelles encourageantes concernant les traitements de l'épouse d'Anderson, Nicholle, sont arrivées par l'entremise du blogue que tient cette dernière pour relater sa bataille contre un rare cancer de la gorge. «Je suis très excitée de partager cette nouvelle aujourd'hui. Ma tumeur a répondu positivement (et on s'en va) dans la bonne direction... Les Anderson sourient beaucoup aujourd'hui», a-t-elle écrit sur www.stickbynik.com, accompagnant son texte d'une photo de ses examens de tomodensitométrie («CT scan») illustrant cette progression.