Plusieurs yeux d’amateurs seront tournés vers les filets, où on retrouvera cinq gardiens de but, le Suédois de 20 ans Filip Gustavsson en tête.

Gustavsson entre en scène

Il va y avoir beaucoup de monde sur la glace du Sensplex cette semaine alors que les Sénateurs d’Ottawa vont tenir leur camp de développement annuel.

Une liste de 43 invités a été dévoilée par l’équipe lundi, ce qui représente un record. Celle-ci comprend les huit joueurs qui ont été sélectionnés au repêchage du week-end dernier à Dallas, à commencer par les premiers choix Brady Tkachuk, quatrième au total, et Jacob Bernard-Docker, choisi au 26e rang.

Au milieu d’une saison morte où les nouvelles n’ont pas été trop positives, il sera intéressant de voir le développement des meilleurs espoirs de l’organisation. Peut-être qu’il sera possible de parler un peu plus de hockey plutôt que de scandales et de contrats, en attendant les développements du 1er juillet.

Six joueurs qui ont endossé l’uniforme des Sénateurs la saison dernière seront présents, les Colin White, Filip Chlapik, Christian Wolanin, Logan Brown, Christian Jaros et Alex Formenton, tout comme d’autres de leurs meilleurs espoirs, comme Drake Batherson, le choix de quatrième ronde qui a connu une excellente saison dans la LHJMQ, et le joueur autonome Aaron Luchuk, meilleur compteur de la LHOntario.

Plusieurs yeux d’amateurs seront cependant tournés vers les filets, où on retrouvera cinq gardiens de but, le Suédois de 20 ans Filip Gustavsson en tête. Acquis dans l’échange qui a envoyé Derick Brassard à Pittsburgh, cet ancien choix de deuxième ronde a traversé l’Atlantique pour la première fois en fin de saison pour jouer quelques parties à Belleville (fiche de 2-4-0, moyenne de 3,01) et il sera un régulier à cet endroit la saison prochaine alors que les Sénateurs fondent l’espoir qu’il deviendra leur solution à long terme devant le filet.

Sélectionné en sixième ronde samedi, le Montréalais Kevin Mandolese, des Screaming Eagles du Cap-Breton, s’est ajouté à un groupe qui comprend aussi Marcus Hogberg (3e choix en 2013), Jordan Hollett (7e choix l’an dernier) et Joel Daccord (7e choix en 2015).

« Mandolese était là en sixième ronde et nous pensons qu’il est important de continuer à amener des gardiens à Ottawa si on a de forts sentiments à leur endroit, a commenté le dépisteur-chef Trent Mann samedi à la fin du repêchage. Ça va forcer Pierre (Dorion) à prendre des décisions à un moment donné. Notre situation chez les gardiens est la meilleure qu’elle l’a jamais été depuis que je suis ici. On va continuer à mettre l’accent là-dessus, tout le monde sait à quel point c’est important. Quand tu n’as pas de gardien, c’est difficile de gagner. »

Mandolese a passé les six premières années de sa vie à Nepean, alors que son père travaillait pour Costco, avant de déménager à Blainville. Il avait vu des matches des Sénateurs quand il était jeune, mais il est devenu un partisan du Canadien et un admirateur de Carey Price en habitant en banlieue de Montréal. Comme ce dernier, il est un habile manieur de bâton. « J’ai essayé de compter des buts à trois reprises l’an passé. Deux fois, le même joueur adverse a arrêté mes tentatives à sa ligne bleue, je me demandais ce qu’il faisait là avec le gardien retiré à la faveur d’un sixième joueur », a-t-il confié.

Mandolese, gardien format géant (il fait 6’ 4’’ et pense pouvoir gagner encore un pouce ou deux) est conscient que la compétition pour le titre de gardien d’avenir des Sénateurs est forte et que Gustavsson part avec une longueur d’avance. « Ça va être le “fun”, je prends ça comme un bon “challenge”. J’ai toujours eu plusieurs gardiens autour de mon âge et je suis habitué à avoir de la compétition », a-t-il souligné.

Meilleur buteur à Belleville la saison dernière, Gabriel Gagné sera au camp de développement, mais pas Francis Perron, qui se remet d’une opération à un poignet qui a mis fin à sa saison.

En l’absence du DG adjoint Randy Lee, c’est le responsable du développement des joueurs Shean Donovan qui va superviser le camp, avec l’aide du personnel d’entraîneurs de l’équipe. Guy Boucher en tête. Le camp sera marqué comme d’habitude par un match intraéquipe, vendredi soir à 18 h au Richcraft Sensplex de Gloucester, et prendra fin avec un tournoi à trois contre trois lundi prochain au Sensplex de Kanata.

Le gardien Craig Anderson souhaiterait lui aussi un changement d’air, après sept saisons à Ottawa.

ANDERSON DU CÔTÉ DE HOFFMAN ?

Il n’y a pas eu beaucoup d’action à Dallas sur le marché des transactions, pas du côté des Sénateurs en tout cas à part celle pour reculer de quelques rangs en fin de première ronde pour obtenir un choix de deuxième tour des Rangers.

En coulisses cependant, l’état de la franchise ottavienne suscitait des multitudes de conversations, l’avenir d’Erik Karlsson venant tout juste devant le scandale impliquant son épouse et la fiancée de Mike Hoffman, qui a valu à ce dernier de passer aux Panthers de la Floride, via San Jose.

Le bruit qui a couru au American Airlines Center vendredi à l’effet que le gardien Craig Anderson souhaiterait lui aussi un changement d’air, après sept saisons à Ottawa, pourrait-il être relié à cette triste histoire ?

Aucune source officielle ne veut commenter à ce sujet, mais il est intéressant de noter que l’épouse d’Anderson, Nicholle, n’a pas fait de commentaire d’appui aux Karlsson sur son compte Twitter depuis que les allégations de cyberintimidation ont été déposées contre Monika Caryk, la fiancée de Hoffman, par Melinda Karlsson dans le cadre d’une procédure d’obtention d’un ordre de protection contre celle-ci. 

Pendant ce temps en Floride, le gardien Roberto Luongo ne s’est fait pas tiré l’oreille pour déclarer que Hoffman serait accueilli à bras ouverts dans le vestiaire des Panthers. Luongo est le bon ami et voisin d’Anderson à Parkland, en banlieue de Fort Lauderdale (quartier où a eu lieu une fusillade dans une école secondaire en février dernier).

« Il va être un gros morceau de notre club. Nous sommes excités d’ajouter quelqu’un qui peut jouer sur nos deux premiers trios. Nous avons déjà un bon groupe, mais je pense que l’ajouter va vraiment aider notre offensive », a-t-il dit lors de son passage à Las Vegas pour la remise des trophées de la LNH.

« Je ne suis pas inquiet du tout. D’abord parce que nous avons entendu de bonnes choses sur lui comme personne et joueur. Nous avons un vestiaire fort, un excellent groupe de joueurs. Je suis certain qu’il va bien s’intégrer. On va lui souhaiter la bienvenue. Le reste, je pense que ça va se régler par soi-même », a-t-il ajouté.

Le DG des Sénateurs Pierre Dorion a pourtant déclaré après avoir échangé Hoffman qu’il devait le faire parce que « le vestiaire était brisé ». Qui sait, peut-être que c’est l’équipe qui souhaite en sortir Anderson, qui n’avait pas la meilleure réputation comme coéquipier au Colorado avant de s’amener dans la capitale.

Il ne sera pas évident de trouver preneur pour le cerbère de 37 ans alors qu’il a un salaire moyen de 4,75 millions $ lors des deux prochaines saisons (5,5 M $ la saison prochaine en vrai salaire) et qu’il a connu une de ses pires saisons en carrière.

Est-ce que l’adjoint de Luongo, l’ancien Leaf James Reimer (3,4 M $ de salaire moyen pour encore trois ans), pourrait représenter une piste de solution meilleure que les agents libres que seront Robin Lehner, Jonathan Bernier ou Petr Mrazek ?