Le nouveau de chef de l’exploitation chez les Sénateurs, Nicolas Ruszkowski

Gros défi pour Ruszkowski

Ray Ferraro a déclaré cette semaine en entrevue à la radio que les Sénateurs d’Ottawa sont devenus «la risée de toute la LNH».

L’analyste de plusieurs matches de l’équipe à TSN faisait évidemment référence à leur image de marque qui en a pris un coup au cours de la dernière année, en commençant avec le départ de Daniel Alfredsson le 1er juillet de l’an dernier et en culminant avec les accusations de cyberintimidation de l’épouse du capitaine Erik Karlsson envers la conjointe de son coéquipier Mike Hoffman.

Ajoutez entre ça l’insatisfaction des amateurs envers le propriétaire Eugene Melnyk, affichée très publiquement avec le mouvement #Melnykout après sa menace de déménager l’équipe en décembre dernier, en plus de négociations avec la Commission de la capitale nationale et la Ville d’Ottawa pour le projet RendezVous LeBreton qui ne semblent pas progresser, et vous avez une franchise qui a grand besoin d’un spécialiste de la gestion des crises de communications.

Ça tombe bien, il y en a justement un qui est débarqué au Centre Canadian Tire jeudi pour sa première journée de travail.

L’embauche de Nicolas Ruszkowski pour pourvoir le nouveau poste de chef de l’exploitation avait été annoncée par le club il y a deux semaines et il entre en poste alors qu’il y a des tonnes de feux à éteindre, les gros mentionnés autant que des petits comme le rappel de vêtements pour bébés (des grenouillères) dont les boutons-pression en métal peuvent se détacher, ce qui représente un danger pour les poupons.

Ruszkowski, un diplômé en communications de l’Université d’Ottawa qui serait parfaitement bilingue, revient dans son patelin pour appuyer le chef de la direction et propriétaire Eugene Melnyk du côté affaires seulement. Il n’aura pas à se préoccuper du côté hockey de l’entreprise, comme les présidents précédents, Tom Anselmi, qui a démissionné en janvier dernier après avoir passé seulement un an en poste, et Cyril Leeder, remercié de ses services en janvier 2017.

À son premier jour à Kanata, il était évidemment trop occupé pour accepter une demande d’entrevue du Droit. Un porte-parole de l’équipe a dit que ce n’était que partie remise alors que «la relation (avec le Droit) est importante autant pour lui que pour nous».

Âgé de 44 ans, Ruszkowski était jusqu’à tout récemment le premier vice-président, stratégie et croissance pour MSL USA, l’une des quatre plus grandes firmes de communications au monde. Il a auparavant été le directeur général de Publicis Consultants, compagnie qui, selon le communiqué émis lors de sa nomination par les Sénateurs, est la deuxième plus importante agence de conseil en communication de France.

Avant de quitter la capitale il y a trois ans, il avait occupé différents postes où il devait utiliser les deux langues officielles, notamment comme premier vice-président, associé principal et directeur général de FleishmanHillard, ainsi que de vice-président, communications et relations extérieures de l’Hôpital d’Ottawa. En 2006, il s’est occupé des communications du député Stéphane Dion, alors leader du Parti libéral du Canada.

Son profil sur le réseau LinkedIn indique qu’il est notamment un spécialiste de «la gestion de la réputation», ce qui devrait bien le servir alors qu’il a un énorme défi à relever avec son nouvel employeur.

Entre les lignes
Correction par rapport à une information véhiculée dans notre édition d’hier concernant le rachat possible de contrats, la fenêtre pour ce faire s’ouvre officiellement à minuit vendredi soir, le 15 juin, pour se refermer ensuite le 30 juin..

La prochaine audience du d.g. adjoint Randy Lee devant un tribunal de Buffalo pour l’accusation de harcèlement à laquelle il doit faire face a été reportée du 22 juin au 6 juillet. Il reste à voir si Lee sera invité à la table de l’équipe pour le repêchage des 22 et 23 juin à Dallas.