Pendant que Matt Duchene cherche ses repères avec les Sénateurs, le joueur qu’il a remplacé à Ottawa, Kyle Turris, continue d’accumuler les points dans son nouvel uniforme. Il a récolté deux passes dans la victoire des Predators de Nashville contre les Bruins de Boston, lundi soir.

Grisaille sous le soleil californien

Les Sénateurs d’Ottawa sont débarqués sous le soleil de la Californie lundi pour profiter d’une journée de congé et ils ont grand besoin de faire le plein de vitamine D alors qu’ils vivent dans la grisaille depuis leur retour de Stockholm il y a trois semaines.

La défaite de 5-0 encaissée aux mains des Jets de Winnipeg dimanche soir a rapidement fait oublier la victoire de 6-5 contre les Islanders de New York vendredi qui avait freiné une série de sept revers de suite (0-6-1) depuis leur balayage du programme double suédois contre l’Avalanche du Colorado. 

Impossible de dire s’ils ont atteint le fond du baril après cette performance que le vétéran Mark Stone, qui s’impose de plus en plus comme un leader dans le vestiaire, a qualifiée de « plus gênante depuis que je suis dans la LNH », remettant en question l’éthique de travail de tout le monde.

Ce n’est pas un bon signe en arrivant à Los Angeles pour un programme double mercredi et jeudi contre les Ducks d’Anaheim et les Kings de Los Angeles, deux clubs qui les avaient humiliés 4-1 et 5-1 respectivement l’an dernier en décembre, des performances disgracieuses qui avaient poussé l’entraîneur-chef Guy Boucher à passer un savon à ses joueurs à leur retour dans la capitale nationale.

« C’est pas mal ça, a dit Boucher quand il s’est fait demander après le match de dimanche s’il était d’accord avec l’évaluation de Stone. Notre niveau de compétitivité n’était pas assez élevé. On avait parlé de leur éthique de travail et de leur niveau de confiance, on s’attendait à ce que nos gars soient capables de matcher ça, mais ça n’a pas été le cas. C’était décevant. Notre éthique de travail a été bonne même quand on a perdu des matches, ce n’était pas un problème. Ça l’a été cette fois, ce n’était pas assez bon comparativement à eux... Ils (les Jets) fonctionnent à plein régime présentement et ils ont bien joué alors qu’on a mal joué, ce qui était une recette pour un désastre. »

Parlant de désastre, l’échange pour amener le centre Matt Duchene dans la capitale nationale en est un jusqu’à maintenant, alors qu’il n’a toujours qu’un but et une passe en 11 parties avec son nouveau club. Boucher ne cesse de défendre l’ancien de l’Avalanche du Colorado en disant qu’il est difficile de s’adapter à un nouvel environnement après avoir été échangé en cours de saison, mais ça n’a pas été un problème pour Kyle Turris, qui a deux buts et huit passes en 12 parties avec son nouveau club, les Predators de Nashville, auxquels il est passé dans la transaction à trois équipes effectuée il y a un mois mardi, le 5 novembre dernier.

Gardiens mal protégés

Le système préconisé par Boucher, qui vise à embouteiller l’adversaire en zone neutre pour causer des revirements, ne fonctionne plus aussi bien que la saison dernière, soit parce que leurs adversaires ont trouvé des moyens de le contrer, soit parce que ses joueurs n’y adhèrent plus aussi bien. D’une façon ou d’une autre, les gardiens Craig Anderson et Mike Condon ne sont plus aussi bien protégés et ça se reflète dans leurs statistiques bien inférieures à l’an passé. Anderson est notamment 44e sur 51 gardiens dans la ligue avec son taux d’efficacité de ,894, qui a remonté quand il a effectué 27 arrêts en relève à Winnipeg.

« J’ai déjà été dans un club qui avait cinq victoires à Noël et on avait trouvé le moyen de se qualifier pour les séries. Tout peut arriver. On n’a qu’à penser à il y a quelques années quand “Hammy” (Andrew Hammond) est arrivé et a tout gagné pour nous. J’ai vu des choses plus étranges arriver, mais en fin de compte, quand ces choses-là arrivent, c’est parce qu’on s’est regroupés en tant qu’équipe et c’est dont nous avons besoin présentement. Il faut se tenir ensemble et on va se sortir de ce trou. C’est la seule façon que ça peut arriver », a dit Anderson tard dimanche soir.

Au début de la séquence incroyable du « Hamburglar » en février 2015, il avait aidé les Sénateurs à balayer les trois clubs californiens pour la première fois de leur histoire, des gains de 3-0 à Anaheim, 1-0 à Los Angeles et 4-2 à San Jose qui étaient ses troisième, quatrième et cinquième gains de suite, en route vers sa fiche de 20-1-2.

LES SÉNATEURS EN BREF

Tendance inquiétante

Au cours de leur surprenante saison 2016-2017, les Sénateurs avaient pris la bonne habitude de jouer particulièrement bien contre les bonnes formations de la LNH, échappant parfois des parties contre les équipes plus faibles pour se compliquer la vie un peu. 

Ce n’est certes pas le cas jusqu’à maintenant cette saison, alors que la volée encaissée aux mains des Jets dimanche soir à Winnipeg portait leur dossier contre les équipes qui seraient des séries éliminatoires si elles avaient commencé lundi matin a été porté à trois victoires, neuf défaites et quatre revers en prolongation ou tirs de barrage.

Entre les lignes

  • L’amateur qui a lancé son chandail des Sénateurs sur la glace du Bell MTS Place dimanche soir n’a pas aidé l’humeur de l’attaquant Mark Stone, particulièrement humilié par ce revers dans son patelin. « Quand vous voyez votre chandail sur la glace, ce n’est jamais une bonne sensation », a-t-il dit.
  • L’attaquant Zack Smith a été blessé à une main en bloquant un tir en première période, lui qui vient de soigner un pouce disloqué, mais il a été en mesure de revenir au deuxième tiers.
  • Le club-école des Senators de Belleville a rappelé l’attaquant gatinois Vincent Dunn ainsi que le gardien Marcus Högberg de Brampton (ligue East Coast) dimanche soir. Dunn a trois passes en 11 matches à Belleville, avec 27 minutes de punition, et il n’a disputé qu’un match à Brampton... Högberg a une fiche de 3-4-1 avec Brampton, avec une moyenne de 3,46 et un taux d’efficacité de ,913.