Brady Tkachuk se fait mettre en échec par le capitaine des Sabres de Buffalo, Jack Eichel.

Garder Tkachuk, une bonne décision

La loterie du repêchage de la LNH sera tenue mardi soir dans un studio de l’édifice de la CBC à Toronto, et les partisans des Sénateurs vont évidemment faire plus de boutons qu’un adolescent en crise de puberté s’il fallait que l’Avalanche du Colorado la remporte.

Faut-il le rappeler, leur d.g. Joe Sakic a soutiré un choix de première ronde à son homologue Pierre Dorion dans l’échange qui a amené le centre Matt Duchene à Ottawa le 5 novembre 2017, une transaction à trois clubs qui a aussi envoyé le centre Kyle Turris à Nashville.

Dorion avait deux options pour ce premier choix : soit qu’il cédait celui du repêchage de 2018, le quatrième au total après que son club ait perdu la loterie à laquelle il participait en tant que club de 30e place, ou qu’il le conservait et que le Colorado obtenait assurément celui de 2019.

La décision finale de sélectionner l’attaquant Brady Tkachuk avec ce quatrième choix au total de l’encan tenu à Dallas avait fait jaser, et elle va continuer de le faire encore longtemps, mais à la fin de la saison recrue du numéro 7, on peut douter que Dorion ait quelque regret que ce soit d’avoir jeté son dévolu sur lui plutôt que de miser sur les résultats d’une loterie qu’il n’aurait eu que 18,5 % des chances de remporter (l’Avalanche a 38,8 % des chances d’avoir un des trois premiers choix).

À 19 ans, Tkachuk s’est imposé comme un futur attaquant en puissance qui va déranger l’adversaire pendant plusieurs années et compter de nombreux buts en s’installant dans son bureau, situé tout près de l’enceinte bleue du filet adverse.

Il va se présenter pour le dernier match de sa première saison dans la LNH samedi soir au Centre Canadian Tire avec 22 buts et 23 passes à sa fiche pour 45 points en 70 parties, en ayant raté 11 en début de saison lorsque blessé à une cheville.

Avant de se présenter sur le plancher du repêchage au American Airlines Center l’an dernier, Dorion avait dit qu’il était certain « à 99 % » de conserver son choix, parce que son club avait la chance de « repêcher le meilleur joueur (au quatrième rang) qui va pouvoir nous aider dans deux ou trois ans, pas nécessairement dès l’an prochain, même si on sait que les joueurs repêchés aussi tôt ont plus de chances d’avoir un impact rapidement ».

Tkachuk, dont la sélection de préférence avait été critiquée par plusieurs observateurs du repêchage amateur parce qu’il n’avait compté que 8 buts la saison précédente à l’Université de Boston, a effectivement eu un impact immédiat non seulement par son jeu, mais par son attitude dans le vestiaire, où le fils de l’ancien de la LNH Keith Tkachuk se démarque par ses aptitudes de leader et son éthique de travail irréprochable.

Encore jeudi soir à Buffalo, il a montré à quel point il est un joueur d’équipe en prenant le blâme pour le cinquième but des Sabres, réussi sur une sortie hasardeuse du gardien Joel Daccord, qui disputait son premier match dans la LNH.

« Je lui ai joué un tour sur le dernier but, la rondelle a dévié sur mon bâton et a changé de direction. Je lui ai dit que c’était de ma faute, j’ai fait dévier le tir et je dois être en meilleure position pour éviter que ça arrive. Je lui ai dit de ne pas s’inquiéter de ça et je me suis excusé », a raconté Tkachuk après coup.

Le numéro 7 des Sénateurs n’a pas des statistiques comparables au favori pour le trophée Calder de recrue de l’année, Elias Pettersson, des Canucks de Vancouver (27 buts, 65 points), tandis que le premier choix du repêchage Rasmus Dahlin, des Sabres (8 buts, 42 points), et le gardien Jordan Binnington, qui a mené les Blues de St. Louis à une participation aux séries qui semblait improbable au début janvier, risquent d’être les deux autres finalistes au scrutin qui sera mené au cours des prochains jours auprès des journalistes couvrant les activités de la LNH. Mais Brady Tkachuk risque à tout le moins de se retrouver sur l’équipe d’étoiles des recrues, lui qui est le deuxième compteur chez les joueurs de première année.

+

LES SÉNATEURS EN BREF

Condon sur la glace

Après des mois de réhabilitation pour un problème au niveau de ses hanches, le gardien Mike Condon a recommencé à pratiquer cette semaine avec les Senators de Belleville. Avant le match de ces derniers vendredi, il a accordé une entrevue à TSN alors qu’il parlait pour la première fois depuis qu’il avait alloué un but sur une distance de 150 pieds à Derek Stepan, des Coyotes de l’Arizona, le 30 octobre dernier.

Mike Condon

« Mon corps à ce moment-là était en mauvais état, mais mon esprit était fort et je tentais de passer à travers », a-t-il relaté. Une injection de cortisone n’a pas eu l’effet escompté et il a eu besoin de traitement de cellules souches pour finalement pouvoir réduire l’inflammation. Il s’est dit confiant de pouvoir revenir en forme au prochain camp d’entraînement. « Je vais être un nouveau gardien », a-t-il dit.

***

Christian Jaros

Défenseurs blessés

L’hécatombe chez les défenseurs de l’organisation des Sénateurs s’est poursuivie jeudi soir alors que Christian Jaros a quitté le match après avoir joué seulement un peu plus de six minutes.

« Il a été blessé à une jambe, je n’ai pas de mise à jour. Je ne sais pas s’il sera en mesure de jouer samedi soir, ça reste à voir. Il a essayé en deuxième période, il faut lui donner du crédit pour ça, mais il n’a pas pu continuer et nous avons terminé avec cinq défenseurs », a indiqué l’entraîneur-chef Marc Crawford après le match.

Son absence s’est ajoutée à celle du vétéran Mark Borowiecki et de Ben Harpur, qui ont raté les deux parties du voyage dans l’état de New York, le premier en raison d’une blessure au haut du corps et le second en raison d’un virus. Borowiecki pourrait affronter Columbus samedi soir.

***

Le chien des Sénateurs, Rookie

Entre les lignes

Comme d’habitude à leur dernier match de la saison, les Sénateurs vont tenir leur soirée de remerciement à leurs partisans samedi soir, des détenteurs d’abonnements et de loges chanceux ayant notamment l’occasion de repartir avec le chandail utilisé par un joueur lors de ce match. La mise au jeu officielle doit être effectuée par le chien adopté par le club, Rookie.

La Coupe annuelle des célébrités des Anciens Sénateurs a été présentée vendredi au Sensplex et grâce à la participation d’anciens joueurs comme Chris Neil, Alexandre Daigle, Pascal Leclaire et André Roy, de même qu’à des invités de marque comme les anciens Islanders Brian Trottier et Billy Smith ainsi que Matthew Barnaby, l’événement a permis d’amasser plus de 103 000 $ pour la Fondation des Sénateurs.