« Je continue à travailler fort chaque jour, donner mon 100 % et on verra plus tard dans le camp ce qui va se produire », confie le jeune Québécois de 19 ans, Jonathan Aspirot.

Gagné et Aspirot donnent tout pour impressionner

Jean-Gabriel Pageau blessé, Francis Perron échangé et Kevin Mandolese retourné chez les juniors, il ne reste plus que trois Québécois au camp des Sénateurs d’Ottawa, quatre si on compte aussi le Franco-Albertain Maxime Lajoie, qui est natif de Québec.

Thomas Chabot est assuré de son poste à la ligne bleue, ayant même été installé sur la première paire avec Cody Ceci maintenant qu’Erik Karlsson est passé aux Sharks de San Jose. Pour les deux autres, l’attaquant Gabriel Gagné et le défenseur Jonathan Aspirot, les chances de commencer la campagne dans la capitale sont minces, sinon nulles dans le dernier cas.

L’arrière des Wildcats de Moncton peut quand même se targuer d’avoir ouvert des yeux à Ottawa, suffisamment en tout cas pour avoir été inscrit sur la liste des joueurs qui pourraient affronter les Maple Leafs de Toronto mercredi soir au Centre Canadian Tire (six des huit défenseurs inscrits vont jouer).

Pour un arrière de 19 ans qui n’a pas été sélectionné lors des deux derniers repêchages de la LNH, ça relève de l’exploit, alors que Gagné, un choix de deuxième ronde qui a été le meilleur buteur du club-école de Belleville la saison dernière, n’a pas été retenu pour un de ces deux matches.

« Je suis très content de ce qui se passe en ce moment. Je continue à travailler fort chaque jour, donner mon 100 % et on verra plus tard dans le camp ce qui va se produire. C’est vraiment incroyable ce qui se passe, c’est un petit rêve qui se réalise, de vivre ça... C’est tellement du bon hockey, le meilleur qu’il n’y a pas au monde. C’est incroyable », a confié Aspirot, qui est originaire de Mascouche, plus tôt cette semaine.

Aspirot a été invité au camp de développement l’été dernier, et comme il a bien tenu son bout, les Sénateurs l’ont convié au tournoi des recrues dans le cadre d’un essai amateur. À Laval, il s’est fait remarquer notamment en servant une sévère mise en échec à l’espoir du Canadien Zack Evans, qui a quitté en civière, victime d’une commotion cérébrale. « Ce n’était pas mon intention, ce ne l’est jamais de blesser un joueur sur la glace. Ce sont des choses qui arrivent. Je pense qu’il est mal tombé, ce qui a pu occasionner une commotion. Je voulais juste finir ma mise en échec et jouer ma game », a dit à ce sujet l’arrière de 6’ et 200 livres qui a récolté 7 buts et 26 points en 67 parties la saison dernière.

Gagné, lui, est encore mieux équipé cette saison pour jouer de façon robuste, alors qu’il s’est rapporté au camp d’entraînement avec une quinzaine de livres supplémentaires sur sa charpente de 6’ 5’’.

« L’an passé, je suis arrivé à 190 livres, là, je suis à 215, ça fait quand même une bonne différence, a-t-il indiqué cette semaine. J’ai eu une bonne année dans la Ligue américaine l’an passé, ça m’a donné beaucoup d’expérience. Ma première année avait été dure, mais l’an passé, j’ai montré ce que j’étais capable de faire, et il faut que je l’amène à ce niveau-ci. J’ai travaillé sur mon coup de patin aussi pour ne pas que ça paraisse (son changement de poids). »

L’auteur de 20 buts et 5 passes en 68 parties l’an dernier à Belleville espère pouvoir se faire justice lors des prochaines parties hors-concours. « Je vais donner tout ce que j’ai, c’est certain. Il n’y a pas beaucoup de matches, je vais peut-être en jouer un ou deux, et c’est important », note-t-il.