Nick Shore n’a su qu’après son match de mardi soir avec les Kings de Los Angeles qu’il avait été échangé aux Sénateurs.

Gaborik et Shore encaissent le choc

Contrairement à Dion Phaneuf, Marian Gaborik et Nick Shore n’ont su qu’après leur match de mardi soir avec les Kings de Los Angeles qu’ils avaient été échangés aux Sénateurs.

Le choc initial d’un passage du soleil de la Californie à la grisaille de l’hiver canadien encaissé, les deux joueurs sont débarqués dans le vestiaire de leur nouveau club jeudi pour l’entraînement matinal qui a précédé leur premier match dans leur nouvel uniforme, contre les Sabres. Devant les micros et les caméras, ils se sont comportés en professionnels, acceptant sans rechigner de passer à une équipe qui croupit dans les bas-fonds du classement de la LNH.

« Honnêtement, j’ai été surpris (par l’échange), mais c’est comme ça, c’est une business, a déclaré Gaborik. J’ai eu quatre années incroyables avec L.A., incluant une coupe (Stanley), et je n’ai que de bonnes choses à dire sur l’organisation et les gars. Ici, c’est un nouveau chapitre et j’ai hâte de voir ce qui va se passer. Un nouveau système, de nouveaux coéquipiers, une nouvelle ville, ça va être intéressant de découvrir tout ça. »

Le vétéran slovaque de 36 ans avait un rôle réduit avec les Kings et il pensait possiblement être échangé plus près de la date limite pour les échanges. Il n’a pas discuté de ce qui pourrait arriver dans un avenir rapproché, alors qu’il est fortement question que les Sénateurs rachètent son contrat valide pour encore trois saisons après la présente.

« J’espère venir ici et bien jouer, c’est un retour dans l’association Est où j’ai joué avec les Rangers, et c’est la première équipe canadienne pour laquelle je vais jouer. Si je peux aider ce club à avoir du succès de quelque façon que ce soit, ce serait fantastique... Je me sens bien, ma santé est bonne. Je n’ai pas été à mon meilleur lors des dernières années et j’espère redevenir moi-même », a dit celui qui a été opéré à un genou l’été dernier.

Gaborik a été inséré sur un trio offensif aux côtés de Matt Duchene et Mike Hoffman pour sa première sortie devant ses nouveaux partisans, qui l’avaient vu être nommé le joueur par excellence du match des étoiles de la LNH de 2012 au Centre Canadian Tire. « Ça fait déjà six ans de ça, le temps file », a noté celui qui avait réussi un tour du chapeau lors de ce match.

« On va voir avec qui il va mieux fitter, que ce soit Duchene, (Derick) Brassard ou (Jean-Gabriel) Pageau. Le but est d’avoir un meilleur top-9, on ne peut pas juste avoir un top-6 », a indiqué l’entraîneur-chef Guy Boucher. Ce dernier a inséré Shore sur son quatrième trio, entre Ryan Dzingel et Colin White.

« J’ai eu un choc en apprenant l’échange, on l’a su après notre match (en Caroline). Ça fait beaucoup de changement, mais en même temps, c’est excitant... J’ai l’intention de m’en tenir à mon style de jeu, j’ai toujours été un joueur de centre fiable dans les deux sens », a indiqué Shore, dont le frère Quentin a été un choix de sixième ronde des Sénateurs en 2013 (le centre n’a participé qu’à deux camps de développement et n’a pas été mis sous contrat à sa sortie des rangs universitaires américains).

En attendant de voir l’impact que Gaborik et Shore pourraient avoir, le grand gagnant de l’échange de mardi soir pourrait bien être le défenseur Ben Harpur, qui a été rappelé jeudi matin et qui a été désigné immédiatement comme nouveau partenaire de Cody Ceci en remplacement de Phaneuf, alors que Fredrik Claesson est demeuré dans les gradins.

« Chaque fois qu’une chance se présente, c’est excitant. Mais je pense que je vais traiter ça comme n’importe quel rappel. Je dois venir à l’aréna chaque jour et faire mes preuves », a indiqué Harpur, heureux que le club lui ait témoigné sa confiance en lui faisant signer une prolongation de contrat de deux ans la semaine dernière.