L’entraîneur des Senators de Belleville est fatigué mais satisfait à la suite d’un voyage au cours duquel son équipe a remporté cinq victoires en sept rencontres.

Fructueux périple des Senators

Troy Mann voit la lumière au bout du tunnel.

La fatigue était perceptible dans la voix de l’entraîneur-chef des Senators de Belleville mercredi matin quand il a retourné un appel du Droit pour parler du voyage de huit parties en 16 jours, sur une distance de plus de 7000 kilomètres, qui tire à sa fin pour le club-école des Sénateurs d’Ottawa.

La veille, son club s’était incliné 2-1 face aux Admirals de Milwaukee, un premier revers en temps réglementaire du périple amorcé avec cinq victoires et une défaite en prolongation à Winnipeg, le deuxième arrêt du voyage qui a commencé à Rochester le 10 janvier.

La journée de mercredi allait en être une autre de déplacement, alors que son club est débarqué dans un hôtel d’aéroport à Chicago tard mardi soir afin de prendre un vol vers Syracuse vers l’heure du midi, après quoi l’autobus du club allait récupérer joueurs et personnel de l’équipe pour aller à Utica, dans l’état de New York. L’aventure va prendre fin vendredi soir avec un dernier match avant le retour à Belleville, où les Senators affronteront les Comets samedi avant la pause du Match des étoiles.

« Si on m’avait dit avant le voyage qu’on aurait une fiche de 5-1-1 après sept matches, je ne l’aurais pas cru. N’importe quel entraîneur serait satisfait d’une telle fiche », a raconté Mann.

« En consultant le calendrier quand il est sorti l’été dernier, on s’était dit que ce voyage serait un gros test à un moment crucial de la saison, et on l’a bien passé alors que les gars se sont serré les coudes pour passer à travers. Nous avons divisé toute notre saison en segments de trois matches et les gars pensent qu’on peut gagner chaque soir », a-t-il ajouté.

Avec leur poussée de début d’année 2020, les petits Senators ont réussi à se hisser à égalité au premier rang de la division avec une fiche de 25-14-4, à égalité avec Utica. Son dossier de 16-4-2 à l’étranger en est responsable en grande partie. Les meilleurs espoirs du club, un des plus jeunes de la Ligue américaine, sont donc en bonne posture pour participer aux séries éliminatoires ce printemps. « On ne sait jamais parce que notre division est forte et que le classement est encore serré. L’an passé, nous étions quatre parties sous la barre des ,500 à la pause du Match des étoiles et nous étions revenus dans la course, même si ça nous avait pris une série de 17 parties avec au moins un point de classement », a rappelé Mann.

Ce dernier est impressionné par les performances de ses protégés alors que plusieurs attaquants, dont Jean-Christophe Beaudin (poignet) sont blessés. Il avait 11 attaquants et 10 défenseurs à sa disposition pour amorcer le voyage, avant que Drake Batherson, Rudolfs Balcers et Filip Chlapik ne soient rétrogradés en renfort quand les Sénateurs sont tombés en pause dans la LNH.

« Leur retour a évidemment fait du bien, Batherson et Balcers sont deux joueurs étoiles dans cette ligue, alors que Chlapik apporte un élément d’intensité en tout temps », souligne l’entraîneur de carrière dans les mineures.

Batherson et Balcers vont repartir sur la route dimanche pour aller au Match des étoiles de la LAH à Ontario, en Californie, accompagnés du centre recrue Josh Norris, invité à la dernière minute pour remplacer un blessé. « Je suis très content pour lui [Norris], c’est bien mérité cette invitation. Le jeune joue du gros hockey pour nous, je le double shift au centre tout comme Logan Brown. Il n’a pas de faiblesse dans son jeu : il patine, il passe bien la rondelle, il est intelligent, anticipe bien le jeu et il est très bon sur les mises au jeu. Je ne sais pas quel sera son plafond dans la LNH, mais il me fait penser un peu à Logan Couture », dit Mann au sujet de l’espoir obtenu justement des Sharks de San Jose dans l’échange d’Erik Karlsson.

Daccord «excellent»

Pendant que Marcus Högberg s’est illustré devant le filet au cours des dernières semaines lorsque rappelé en raison des blessures à Craig Anderson, puis Anders Nilsson, les petits Senators se sont bien débrouillés. Joey Daccord s’est amené de Brampton, dans la ligue East Coast, pour offrir des performances sans bavure, incluant son premier jeu blanc pendant le voyage, à Utica. Il a une fiche de 8-3-3 avec une moyenne de 2,54 et un taux d’efficacité de ,915.

« Il n’y a pas beaucoup de clubs qui pourraient continuer à gagner des matches sans leur gardien numéro un, mais Joey a été excellent. Il a profité pleinement de la chance qui se présentait à lui. Et il a aussi forcé Gus [Filip Gustavsson] à augmenter son jeu d’un cran. Il fait beaucoup mieux depuis quelques matches », souligne Mann. Gustavsson, espoir obtenu de Pittsburgh contre Derick Brassard, a obtenu un premier jeu blanc en carrière dans la LAH lundi à Rockford dans un gain de 3-0.