Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Alex Formenton n’en est pas à sa première expérience comme jeune joueur tentant d’assurer sa place au sein d’une équipe.
Alex Formenton n’en est pas à sa première expérience comme jeune joueur tentant d’assurer sa place au sein d’une équipe.

Formenton veut peaufiner son jeu en désavantage numérique

Marc Brassard
Marc Brassard
Le Droit
Article réservé aux abonnés
Alex Formenton n’en est pas à sa première expérience comme jeune joueur tentant d’assurer sa place au sein d’une équipe.

Le rapide patineur recrue des Sénateurs est bien conscient qu’une bonne façon de gagner un poste permanent, c’est de prouver d’abord son utilité à écouler les punitions, tout en étant fiable à cinq contre cinq évidemment.

Depuis qu’il a été rappelé et qu’il a joué un premier match cette saison le 24 mars dernier, il a certes montré son efficacité à quatre contre cinq, comptant un but en désavantage numérique tandis que cette unité spéciale a écoulé 32 punitions sur 38 pour un pourcentage de 84,2 %. C’est une nette amélioration par rapport au début de la saison et le taux d’efficacité de l’équipe a été rehaussé à 77,5 % (avant le match de jeudi à Vancouver), ce qui était bon pour le 23e rang dans la LNH.

«Il apporte certes un élément de vitesse, lorsqu’on obtient des revirements, il peut sauter sur la rondelle, donc il a certainement aidé beaucoup notre désavantage numérique, a souligné l’entraîneur-chef D.J. Smith cette semaine. Il y a nos gardiens qui ont contribué (à cette amélioration). Quand les gardiens réalisent des arrêts, votre ‘P.K.’ (penalty killing, en anglais) va être bon.»

Formenton a déjà été dans le même genre de situation où il se retrouve maintenant, un jeune joueur qui cherche à obtenir le plus de temps de glace possible.

«J’ai commencé à être exposé aux unités de désavantage numérique lorsque j’ai joué dans le junior A pour les Tigers d’Aurora. Étant un jeune joueur (15 ans) dans cette ligue, les joueurs plus âgés jouent plus souvent, donc je me suis trempé les pieds sur le ‘P.K.’ alors qu’on ne m’utilisait pas sur le jeu de puissance, a-t-il relaté. Je me suis spécialisé pour aider l’équipe et je pense que ça s’est poursuivi ensuite avec London dans la LHO, ils m’ont aidé beaucoup sur le P.K. et maintenant, c’est un rôle que je cherche à perfectionner dans la LNH... Je me mouille les pieds ici aussi et ça va bien, mais il y a toujours place à amélioration.»

Le choix de deuxième ronde en 2017 n’en est pas à son premier essai avec les Sénateurs, ayant eu l’occasion de jouer un match dès l’âge de 18 ans au début de la saison 2017-2018, puis neuf autres l’année suivante avant d’être rétrogradé aux Knights. Il avait eu le temps de compter son premier but dans la LNH à cette occasion, et il en a ajouté trois en 12 matches au cours du dernier mois. Après 22 matches, il a secoué les cordages, mais il n’a toujours pas obtenu de mention d’assistance. C’est assez particulier parce qu’avec Belleville l’an dernier, il avait récolté presqu’autant de passes (26) que de buts (27) lors d’une saison où il pris part au match des étoiles de la Ligue américaine de hockey.

Se retrouvant à l’aile gauche d’un trio avec Shane Pinto et Connor Brown à l’heure actuelle, Formenton espère solidifier sa place sur l’équipe en vue de la saison 2021-2022.

«Je veux finir la saison en force, tout comme l’équipe qui veut gagner le plus de matches possible afin de bâtir cette chimie pour l’an prochain. On joue de gros matches contre des équipes qui se battent pour des places en séries, il faut qu’on travaille fort en espérant que ça va se poursuivre ensuite la saison prochaine», ajoute-t-il.

L'entraîneur-chef D.J. Smith

Entre les lignes

  • D.J. Smith ne voulait pas se prononcer jeudi à savoir si certains de ses jeunes joueurs bénéficieraient de prolonger leur saison en participant au Championnat mondial prévu pour la fin mai à Riga, en Lettonie. «Ce sera à Pierre (Dorion) de parler avec les pays concernés et nos joueurs s’ils veulent y prendre part, la décision leur appartient. Moi, tout ce qui me concerne, c’est ce que nous faisons ici et nous allons jouer jusqu’au dernier ‘buzzer’, a-t-il affirmé. Peu importe contre qui on joue et que ce soit un match ou une pratique, nous devons continuer à nous améliorer. Nous n’avons pas eu de parties hors-concours cette année et ces dernières parties sont une bonne occasion de compenser pour ça. Nous sommes excités d’affronter le reste de notre calendrier et ça devrait nous mettre en bonne position pour une bonne saison morte.»
  • Le match de jeudi soir était le premier de quatre de suite contre les Canucks, les deux premiers à Vancouver et les deux suivants à Ottawa au début de la semaine prochaine. «Je ne sais pas s’il y a un avantage à tirer de ça, les deux clubs vont connaître les tendances de l’autre. En bout de ligne, ce sera de voir qui exécute le mieux et commet le moins d’erreur, estimait Smith. Ils ont eu du succès contre nous en début de saison (fiche de 0-3-2 contre eux), mais on ne se préoccupe pas trop de l’adversaire dans le dernier droit, on se concentre sur notre façon de jouer à nous.»