La portion tourisme du voyage en Suède des Sénateurs d’Ottawa est maintenant terminée. Deux matches importants les attendent.

Fini le tourisme pour les Québécois

STOCKHOLM — Les trois Suédois des Sénateurs d’Ottawa, Erik Karlsson, Johnny Oduya et Fredrik Claesson, étaient encore très sollicités à la veille du premier match de la Série Globale contre l’Avalanche du Colorado.

Leurs trois Québécois, Derick Brassard, Jean-Gabriel Pageau et Alexandre Burrows, se retrouvent dans l’ombre comme la plupart de leurs coéquipiers, ce qui a bien fait leur affaire. Ils ont pu profiter pleinement de leurs temps libres pour découvrir les attraits de Stockholm.

Brassard a revu des endroits qu’il avait déjà visités il y a une dizaine d’années alors qu’il était venu jouer des parties hors-concours contre les Sharks de San Jose avec les Blue Jackets de Columbus en octobre 2010.

« Quand on se promenait en autobus, je parlais à Freddy. Il était pas mal impressionné par mes flash-backs. C’est le fun de revenir ici. Je tente d’en profiter au maximum parce que le temps file vite et je suis presque rendu à 10 ans dans la ligue, qui sait si je vais encore jouer dans six, sept ou huit ans. Mais c’est surtout le fun pour les gars de la Suède qui peuvent jouer devant leurs parents, leurs frères et leurs sœurs, leurs amis. J’ai cette chance à chaque match à Ottawa et je pense que c’est pas mal cool », 

Brassard s’est avéré un contact intéressant pour des connaissances en Suède, alors qu’il a invité quelques jeunes faisant partie de l’équipe nationale des moins de 16 ans de la Suède à rencontrer Karlsson, « que tout le monde ici cherche à imiter », a-t-il dit. Un ami qu’il avait en commun avec Mats Zuccarello à New York, Patrick Hansson, est revenu à Stockholm pour permettre à son fils Liam de jouer sur cette formation suédoise, qui compte aussi le fils de l’ancien Sénateur Andreas Johansson dans ses rangs (on l’a croisé cette semaine avant qu’il ne s’en aille en Finlande pour un tournoi en fin de semaine).

À sa première visite en Suède, Jean-Gabriel Pageau a apprécié tout autant son séjour, arpentant les rues de la ville toute la journée de congé de mercredi avec quelques coéquipiers. « J’adore ça ici, le monde est très accueillant, ils sont très gentils avec nous. Évidemment, c’est facile de dire que c’est une super belle ville. C’est le fun de voir la culture, d’aller dans les restaurants et essayer des mets typiques d’ici », a confié Pageau, qui parlait d’un dessert particulièrement « délicieux » goûté la veille. 

Place au hockey

La portion tourisme du voyage est cependant terminée alors que la partie business – ou hockey – débutera vendredi. « C’est vraiment bien ici, ça me fait penser un peu à la ville de Québec, avec l’architecture un peu plus vieille. Les gens sont très sympathiques, tout le monde parle bien l’anglais. Ils sont peut-être juste un peu moins chaleureux que nous au Québec... Mais là, on s’est habitué au décalage horaire, ce qui était le plus gros défi. Les gars se sentent pas mal bien pour la plupart, une bonne nuit de sommeil (jeudi soir) va certes faire du bien. On a de gros matches à jouer ici, on dirait que tous les clubs dans l’Est gagnent de ce temps-ci et le classement est serré. On veut se remettre à bien jouer sans la rondelle, notre côté défensif a fait défaut un peu dernièrement », analysait l’attaquant Alexandre Burrows, qui devrait jouer avec Pageau et Tom Pyatt vendredi.

LES SÉNATEURS EN BREF

Réplique de Landeskog

Le défenseur Fredrik Claesson a dit sur toutes les tribunes en Suède et à Ottawa qu’il a l’intention de frapper solidement son bon ami Gabriel Landeskog si l’occasion se présente en fin de semaine, mais le capitaine suédois de l’Avalanche souhaite bien que le contraire se produise. « Je pense que ça va être le contraire. Si je le vois sur la glace devant moi, je vais envoyer la rondelle dans son coin et c’est moi qui vais le frapper. Ça va être très amusant et je me demande bien qui nos amis communs dans les gradins vont encourager », a dit Landeskog, ami de longue date de Claesson. Celui-ci pense que son club est prêt à amorcer la vie sans Matt Duchene. « En général, nous avons bien fait pour gérer cette situation dans notre vestiaire et maintenant, on va de l’avant et on veut gagner des matches de hockey », a-t-il dit.

Entre les lignes

Guy Boucher a laissé entendre que Craig Anderson obtiendra le départ pour le premier match, et il ne sait pas s’il va utiliser six ou sept défenseurs... Comme le DG Pierre Dorion l’a laissé entendre mercredi, Boucher entend donner au moins un match à Nick Paul en Suède. « J’ai eu un bon été d’entraînement et ça a été décevant de me blesser à la cheville au premier jour du camp, mais je suis revenu en force (à Belleville) quand j’ai été rétabli. Je voulais montrer que je veux être avec ce club et c’est excitant d’avoir eu l’appel pour aller en Suède », a dit Paul... Boucher s’est fait demander s’il avait connaissance de l’engouement créé par ces matches à Stockholm. « Non, pas vraiment, j’ai juste fait ma petite affaire entre l’aréna et l’hôtel. Et je ne peux rien lire dans les journaux d’ici », a-t-il rétorqué.