Erik Karlsson tentera de surpasser Steve Duchesne pour établir une nouvelle marque chez les défenseurs.

Erik Karlsson à un but d'un record

Un petit quelque chose pour faire sourire Erik Karlsson en cette fin de saison difficile.
Samedi, à Dallas, le défenseur vedette des Sénateurs a marqué le seul but de son équipe. C'était son 19e de la saison.
Ça lui permet donc d'égaler sa meilleure récolte de la saison. Ça lui permet également d'égaler une marque d'équipe. Dans les 22 dernières années, seulement deux défenseurs de l'organisation des Sénateurs - Karlsson et Steve Duchesne - ont réussi à marquer 19 buts dans une saison.
Il reste une bonne douzaine de matches à jouer à cette saison de misère. Ça devrait lui donner le temps de s'approprier le record.
«Marquer des buts, ça fait toujours du bien», reconnaît-il.
«Des fois, pour marquer, il faut être un peu chanceux. Contre les Stars, par exemple, j'étais juste au bon endroit. Greener m'a servi une passe parfaite. Je n'ai eu qu'à envoyer la rondelle dans la bonne direction. J'ai vraiment été chanceux. Mon bâton a résisté à ce lancer mais il s'est brisé lors de mon lancer suivant.»
Un homme esseulé
On vous disait que ce record pourrait faire sourire Karlsson. Pourtant, quand il nous parlait de son dernier but, il n'avait pas l'air très heureux.
On peut comprendre.
Il a récemment fait quelques confidences à un journaliste suédois de passage à Ottawa. Il a confirmé la rumeur qui traîne depuis un certain temps à son sujet. Il a vécu de sérieux problèmes de couple dans les derniers mois.
Il a également reconnu que le départ de quelques-uns de ses amis - Daniel Alfredsson, Peter Regin et Jakob Silfverberg - a été dur à digérer.
Il dit qu'il n'est pas encore 100% remis de sa blessure.
Comme si ce n'était pas suffisant, les Sénateurs ont perdu six matches d'affilée.
«Si je suis satisfait de ma saison? Oui et non. Je ne crois pas que je pourrais être entièrement satisfait. Des fois ça va très bien. Des fois ça va moins bien. Comme tous les autres, je manque de constance.»
Manque de constance
«À plusieurs égards. Je ne pourrais pas vraiment identifier un truc plutôt qu'un autre. Il y a vraiment plein d'aspects de mon jeu que je pourrais améliorer. Je n'ai pas besoin de m'étendre sur le sujet. Vous n'avez qu'à regarder notre fiche. Personne ne peut vraiment être satisfait de sa saison.»
Karlsson ne s'attend donc pas à remporter son deuxième trophée Norris en carrière.
«Je ne serais pas capable de vous dire ce qui nous est arrivé. Dans le monde du sport, quand ça commence à mal aller, ça peut créer l'effet boule de neige. Une boule de neige, c'est parfois dur à arrêter. En ce moment, on dirait que plus rien ne va. Quand les autres équipes obtiennent une chance de marquer à nos dépens, elles marquent. À Dallas, j'ai vraiment l'impression que nous avons bien joué dans notre territoire. Nous n'avons presque pas alloué de descentes en surnombre aux Stars. Quand ils ont réussi à nous attaquer en surnombre, ils ont marqué des buts.»
Même s'il n'est pas heureux, il se répète qu'il doit garder le moral. «Nous n'avons pas le choix de terminer la saison. Se présenter au bureau chaque jour avec le caquet bas n'aidera personne ou ne réglera rien.»
«Nous formons quand même un très bon groupe. Nous n'avons pas vraiment besoin de recommencer la reconstruction à zéro. Il faut juste trouver une façon de mettre un terme à cette léthargie.»