Le 13 février 2013, un coup de patin de Matt Cook a blessé Erik Karlsson au tendon d'Achille.

Erik Karlsson a tourné la page

Si Eugene Melnyk a effectivement déposé les résultats d'une enquête médico-légale sur le coup de patin de Matt Cooke aux bureaux de la LNH lundi, Erik Karlsson apprécie le geste, mais il ne s'en mêle pas.
Le défenseur des Sénateurs, qui n'a jamais accepté les excuses de Cooke après l'incident du 13 février dernier, a tourné la page et il préfère regarder vers l'avant.
«J'en ai entendu parler. Je ne suis pas personnellement impliqué dans une telle affaire et je ne m'en mêle pas», a dit Karlsson hier matin.
«Il (Melnyk) est un gars émotif et il se préoccupe de tout le monde dans l'équipe. Il veut toujours nous protéger. Si c'est quelque chose qu'il veut faire, ça le regarde. Mais je ne m'en occupe pas», a-t-il ajouté.
Le sujet de la visite de Melnyk et du dg Bryan Murray au bureau de Gary Bettman a été discuté dans le cadre d'une entrevue accordée par celui-ci à la station radiophonique TSN 1200 d'Ottawa hier après-midi. Le commissaire de la LNH a évidemment refusé de dévoiler la teneur de leur discussion, qui était prévue depuis déjà plusieurs semaines.
«Je ne dévoile pas ce qui se passe lors d'une réunion que je tiens avec un club ou le propriétaire d'un club et comme tous ceux qui ont écrit à ce sujet n'était pas présents à la réunion et ne savent pas ce qui s'y est dit, c'est de la spéculation pure et simple», a déclaré Bettman.
Karlsson aimerait mieux tourner la page sur cet épisode qui a fait couler tant d'encre.
«Ça fait presque un an maintenant. Vous ne pouvez pas penser à ces affaires-là. C'est terminé et c'est arrivé. Ça va toujours faire partie de moi, mais je n'y pense rarement maintenant. C'est comme ça, nous pratiquons un sport où il y a des blessures qui surviennent. Si j'avais pu jouer toute ma carrière sans être blessé, j'aurais été le gars le plus chanceux au monde», a mentionné le défenseur suédois.