Mark Stone a déjoué le gardien de but Sergeï Bobrovsky en troisième période pour briser l’égalité et aider son équipe à vaincre les Blue Jackets de Columbus, vendredi soir.

Enfin un bon spectacle

Guy Boucher a répété dans les deux langues officielles avant le match que la présence de nombreux joueurs de hockey mineur de Coupe Bell de la capitale ne serait pas une source d’inspiration pour ses joueurs.

À défaut d’être inspirés par ceux-ci, ses Sénateurs d’Ottawa leur ont offert un bon spectacle, ce qui ne s’est pas produit souvent cette saison au Centre Canadian Tire, où ils ont pris la mesure des Blue Jackets de Columbus 5-4 devant une bonne foule de 17 031 amateurs.

Des buts de Mark Stone et Bobby Ryan ont rompu une égalité de 3-3 en troisième période pour permettre aux locaux de freiner une série de quatre revers consécutifs (0-3-1), une autre au cours de cette saison difficile, pour ne pas dire de misère. Brad Werenski a compté avec 32 secondes à faire en troisième période, mais les Sénateurs (12-16-8) ont tenu le coup par la suite.

« Ils jouent présentement comme on le faisait l’an passé », avait dit Boucher en matinée quand il s’est fait demander ce qu’il pensait du club de Johh Tortorella. Ce dernier n’était certes pas d’accord après cette performance de son équipe, qui a quand même encore une bonne fiche de 22-14-3.

Stone a déjoué le gardien Sergeï Bobrovsky en faufilant la rondelle entre le poteau et sa jambière de derrière le but après avoir intercepté une passe en zone neutre pour briser l’égalité d’abord.

C’était une deuxième gaffe du récipiendaire du trophée Vézina à deux reprises, lui qui a été déjoué sur un tir inoffensif et hors cible de Nick Paul pour amorcer la remontée des Sénateurs. Le numéro 13 a ramené les Sénateurs dans le match avec son premier de la saison, après qu’ils aient concédé deux buts en l’espace de... 13 secondes, ceux de Josh Anderson et le deuxième du match de Sonny Milano.

« Si on ne peut pas retrouver notre jeu et pousser à ce moment-là en raison de ce but, il y a un problème majeur. Tout but, qu’il soit bon ou mauvais, donne du “momentum” à un club. C’est comme ça qu’on joue dans la LNH, il faut composer avec les changements de “momentum”, il faut le reprendre quand tu le perds. On ne l’a pas fait », analysait Tortorella après coup.

Avec un peu plus d’une minute à faire dans une période médiane enlevante, Matt Duchene a ensuite fait 3-3 en déjouant Bobrovsky habilement sur une échappée créée par un lobe de Johnny Oduya. Pour Duchene, c’était seulement un troisième but en 22 matches avec Ottawa, mettant fin à une disette de huit parties.

« Le but de Nick nous a relancés, je trouvais qu’on ne méritait pas de tirer de l’arrière 3-1, on jouait bien... On a réussi à avoir l’instinct du tueur pour finir la remontée en troisième. C’était bien de voir nos gars qui sont censés marquer pour ce club, dont moi, secouer les cordages. C’était le “fun” de voir le niveau d’habiletés de notre club ressortir ce soir », a noté Duchene.

Après un premier tiers sans but où les deux gardiens avaient été solides, Milano avait ouvert le pointage en saisissant un rebond sur la bande une seconde après la fin d’une attaque à cinq pour déjouer Mike Condon, d’office devant le filet des locaux.

À peine 1:27 minute plus tard, Derick Brassard a répliqué en complétant un bel échange amorcé par Mark Stone et poursuivi par Erik Karlsson, sa feinte pour aller sur son revers sortant complètement Bobrovsky de ses culottes. Karlsson a récolté deux passes dans la victoire, tout comme Dion Phaneuf.

Les Sénateurs vont maintenant disputer leur dernier match de l’année 2017 samedi soir en recevant les Bruins de Boston, qui leur ont infligé un cuisant revers de 5-1 pas plus tard que mercredi soir au TD Garden.

Beau cadeau de Bobrovsky à Paul

Il n’est pas facile de compter des buts dans la LNH, Nick Paul peut en témoigner alors qu’il ne l’avait pas fait à ses 28 derniers matches avant que Sergeï Bobrovsky ne lui fasse un cadeau de Noël en retard vendredi soir.

Les Sénateurs l’ont accepté avec joie, tout comme l’attaquant recrue.

« C’était bien, j’ai reçu la passe de Dion (Phaneuf), le défenseur est venu me mettre en échec, la rondelle était dans mes patins et j’ai juste lancé au but vu que j’avais vu (Nate) Thompson foncer au filet, et la rondelle a rentré en déviant sur son bâton. C’était une bonne sensation, surtout que ça a donné un peu de “momentum” à l’équipe et que nous sommes revenus en force. Je n’avais jamais compté un but comme ça, mais c’était bien d’avoir un bond favorable », a raconté Paul après le gain de 5-4 des siens.

L’entraîneur-chef Guy Boucher pensait que c’était un juste retour du balancier. « Ce genre de but est arrivé tellement souvent contre nous, des buts assurés qui n’ont pas rentrés... C’est toujours difficile mentalement quand tu n’as pas de “break”. Là, on en a obtenu un et ça nous a définitivement aidé mentalement. Nous étions plus que dus pour avoir un peu de chance », a-t-il dit.

Le gardien Mike Condon a effectué 21 arrêts pour mériter seulement son troisième gain de la saison, son premier lors d’un départ depuis le mois d’octobre. « Ça faisait un bout de temps. C’était bien de voir l’offensive “buzzer” ce soir, malgré ce passage à vide de six minutes en deuxième période, a dit Condon. On s’est remis à attaquer après ça et nos gros gars ont compté de gros buts. Un but comme celui de Nick n’arrivera pas souvent contre “Bob” (Bobrovsky), on ne posera pas de question et on va le prendre. »


>> Sommaire