Derick Brassard a raté l’entraînement de l’équipe mardi. Le joueur de centre soignait une blessure et est un cas douteux pour le match opposant les Sénateurs au Blackhawks.

Encore de l’adversité

Quatre réguliers, dont Brassard, sont des cas douteux mardi.

Les Sénateurs d’Ottawa auraient dû arriver au cap de la mi-saison mardi avec un optimisme renouvelé après leurs deux victoires de la fin de semaine où ils se sont éclatés en offensive, comptant 12 buts.

Mais comme rien n’est facile pour la troupe de Guy Boucher lors de cette campagne 2017-2018, il y avait plutôt de l’incertitude quant à leur alignement pour ce 41e match du calendrier contre les Blackhawks de Chicago alors qu’il manquait quatre réguliers lors de leur entraînement de lundi matin, au retour d’une journée de congé.

Les deux premiers centres du club, Derick Brassard et Matt Duchene, étaient tous les deux absents, le premier pour soigner une blessure alors que le second était grippé, tandis que les défenseurs Cody Ceci et Johnny Oduya étaient également en traitements pour des blessures.

L’entraîneur-chef Guy Boucher a dit n’avoir aucune idée combien d’entre eux seront disponibles pour affronter les Blackhawks.

« Nous allons devoir attendre à (mardi) matin pour avoir une meilleure idée, ils pourraient tous être à l’écart, ou tous être disponibles, ou ça pourrait être moitié-moitié, je ne sais pas, a laissé entendre Boucher. On va devoir y aller avec les joueurs qui sont capables de jouer et ça va donner une chance à d’autres de jouer plus de minutes. On doit se préparer pour tous les scénarios. Ça va être plus clair en matinée. »

Boucher devait discuter plus tard en journée avec le DG Pierre Dorion, qui était en route pour Fort Lauderdale afin de prendre part aux réunions de mi-saison des dépisteurs du club, de la possibilité de rappeler des joueurs du club-école de Belleville.

Le pilote québécois ne voulait pas se laisser gagner par la frustration devant cette situation hors de son contrôle.

« Ça a été comme ça toute l’année, chaque fois qu’on s’est mis à bien jouer pour une séquence de matches, on a eu des blessés ou des gars malades. Je vais être honnête, ça n’a pas été facile cette saison. Tu penses avoir de la traction, comme après nos matches contre les Rangers et Montréal (à la mi-décembre), puis il a fallu composer avec des blessures... C’est un défi, nous avons eu de bons moments cette année, les gens ont tendance à l’oublier, mais on a toujours eu à faire face à de l’adversité ensuite. C’est certain que j’aurais aimé avoir le club au complet alors qu’on vient de trouver de la chimie avec nos lignes et nos paires de défenseurs. Je ne suis pas frustré, mais j’aimerais bien juste avoir des circonstances normales », a noté Boucher.

Peu importe le résultat de leur match contre Chicago, les Sénateurs (14-17-9) vont arriver à la mi-saison en occupant le 15e rang sur 16 dans l’association Est, à peine sept mois après être passé à un but près de représenter celle-ci en finale de la Coupe Stanley. Rares étaient les « experts » qui leur prédisaient un tel revirement de situation. Encore plus rares sont ceux qui croient maintenant en leurs chances de remonter le classement pour se qualifier pour les séries éliminatoires, comme ils l’avaient fait en 2014-2015 quand ils avaient bénéficié des prouesses inattendues d’Andrew Hammond, devant leur filet. Ils sont à 10 points du dernier rang donnant accès à la danse du printemps, occupé lundi par les Penguins de Pittsburgh.

RETOUR POSSIBLE DE BOROWIECKI

Avec les blessures à Cody Ceci et Johnny Oduya, les Sénateurs pourraient hâter le retour au jeu du robuste défenseur Mark Borowiecki, qui se sent prêt à revenir de sa sévère commotion cérébrale. 

« Pour lui, ce n’est plus une question de savoir s’il est rétabli de sa blessure, c’est plus s’il a retrouvé son synchronisme en obtenant des répétitions lors des pratiques. Ça pourrait dépendre aussi si Oduya et Ceci sont capables de jouer, s’ils peuvent jouer tous les deux, on pourrait être plus patients, ce serait intelligent. Mais on pourrait aussi être en mesure d’urgence et s’il peut jouer, il joue », a dit Guy Boucher à ce sujet. 

« Moi, j’aimerais jouer demain, mais ça risque d’être décidé à l’heure du match, après le réchauffement. Ça fait longtemps que je n’ai pas joué (19 novembre) et je voudrais revenir au plus vite, surtout qu’on va avoir une pause (après le match de mercredi à Toronto) », a indiqué Borowiecki.